Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 janvier 2021

Buster Keaton suspendu à une branche d'arbre avec ses deux fils, Joseph et Robert Talmadge, vers 1931

Buster Keaton suspendu à une branche d'arbre avec ses deux fils, Joseph et Robert Talmadge, vers 1931.jpg

10:01 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : buster keaton

Dave Jordano, Detroit nocturne

Dave Jordano

Berthe Morisot, la lecture, 1888

berthe morisot

José Suàrez, 1902-1974. Marineiros

José Suàrez

Matisse 1937, robe pourpre et anémones

Matisse robe pourpre et anémones 1937.jpg

dimanche, 03 janvier 2021

Extases

Jure Kravanja Yurko, Jean-Jacques Rousseau« Je ne médite, je ne rêve jamais plus délicieusement que quand je m’oublie moi-même. Je sens des extases, des ravissements inexprimables à me fondre pour ainsi dire dans le système des êtres, à m’identifier avec la nature entière. »

Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, VII

Photo de Jure Kravanja Yurko

samedi, 02 janvier 2021

« Et nous avons des nuits plus belles que vos jours » Lettre XIV de Jean Racine à M. Vitart du 17 janvier 1662

Eqt0OncWMAEJqPK.jpg

21:23 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : racine

Un oiseau aux ailes repliées

emmanuel levinas, Félix Thiollier"Dans chaque mot se trouve un oiseau aux ailes repliées, qui attend le souffle du lecteur."

Emmanuel Levinas

Photo de Felix Thiollier

Trouble

Monique Bourgeois, 1943  Matisse.jpg« J’attends de la pensée qu’elle se trouble. Ce qui ne la met pas à l’épreuve n’existe pas. Une pensée qui ne s’expose à rien d’autre qu’à sa petite production d’idées ne vaut pas mieux qu’un container à poubelles. »
Yannick Haenel

Monique Bourgeois, 1943, Matisse

jeudi, 31 décembre 2020

Le catalan universel

Miro, le sourire de CézanneLes tableaux de Miro sont des symphonies, des hymnes à la vie. Ciel bleu, céruléen, nuages rouges. Il se voulait catalan universel. Miro, étonnant de simplicité, de clairvoyance, avouant que les mots n’étaient pas sa spécialité. Pourtant : "Les choses suivent leur cours naturel. Elles poussent, elles mûrissent. Il faut greffer. Il faut irriguer, comme pour la salade. Ca mûrit dans mon esprit. Aussi je travaille toujours énormément de choses à la fois. Et même dans des domaines différents : peinture, gravure, lithographie, sculpture, céramique." Avec cette idée, de l’impression globale du tableau, qui revient. Pour moi, un tableau doit être comme des étincelles. Il faut qu’il éblouisse comme la beauté d’une femme ou d’un poème. Qu’il ait un rayonnement... Plus que le tableau lui-même, ce qui compte, c’est ce qu’il jette en l’air, ce qu’il répand. Miro, magicien, avec son désir d’être au plus près de la vie, des objets de tous les jours, ramenant de ses promenades sur la plage de Majorque des bouts de bois, de ficelle. Il voulait un art populaire et l’avait trouvé finalement. Partout du rouge, du bleu, de l’indigo, du jaune, la passion, voilà le catalan universel.
Raymond Alcovère, Extrait du roman : "Le sourire de Cézanne", 2007, éditions N & B

Les Bêtes de le mer, Matisse, 1950

EqkRKXKXUAE6esJ.jpg

mercredi, 30 décembre 2020

Portrait de Pierre Matisse, 1909

Portrait de Pierre  Matisse, 1909.jpg

Paysage par temps calme

poussin-paysage-par-temps-calme-1651.jpgOn peut passer des dizaines de fois devant un tableau de Poussin et ne rien voir. A son ami Chantelou : "Les choses esquelles il y a de la perfection ne se doivent pas voir à la hâte, mais avec temps, jugement et intelligence. Il faut user des mêmes moyens à les bien juger comme à les bien faire". L’émotion tisse son œuvre. L’espace est baigné d’une douce lumière, transfiguré, présence de la volupté, mais aussi de la volonté farouche des hommes, touches graciles de vert dans le jade du ciel. Une perfection qu’on devinait confusément est là, manifeste, sur la toile. Lumière romaine, tour à tour triomphante et souple, sensualité des corps, justes, voluptueux, jamais idéalisés, tout précise l’harmonie, la souplesse, l’éternel retour...
Cette œuvre : Paysage par temps calme. Le bleu de l’eau et des météores se contemplent, enserrent le paysage, un rêve entre les deux, lui aussi dédoublé par son reflet. Sinon presque rien, des animaux paisibles, la montagne se fond dans l’architecture des nuages, les feuilles de l’arbre sur la droite s’effilochent irréelles, ténues, graciles, les nuages s’envolent vers le haut du ciel, la sensation de calme est rassemblée, ramenée partout, innervée.
Un homme au premier plan s’appuie sur une canne, près de lui un chien mais leur regard flotte indifférent à cette beauté, ils en sont tellement pénétrés qu’ils n’ont pas besoin de la regarder. Le mouvement de leur corps est le lever de rideau de la scène. D’autres personnages, minuscules, des cavaliers, l’un d’entre eux lance sa monture à toute vitesse, il va quitter le tableau, il n’a pas place ici, son départ imminent le montre, la tranquillité va reprendre sa place.
Partout dans l’œuvre de Poussin, ces nuances de teintes qui sculptent le paysage, répandues sur les contours, cieux déchirés, adamantins, douceur infinie des regards, apaisante. Souvent, les personnages sont pris de frénésie, c’est l’orage, le grand vent de l’Histoire, la Bible, rien n’échappe à ce déferlement. Toujours les météores, les nuées décrivent l’action, les sentiments, la palette est infinie. Son but, la délectation, la sensualité pure, l’arrondi des corps, cette chair que l’on respire. Plus on regarde un tableau de Poussin, plus on y décèle d’harmonie, plus la vue s’éclaire, prend de l’expansion, devient assurée. La fièvre subtile qui se dégage de la composition gagne le spectateur.
Ainsi dans le Paysage avec les funérailles de Phocion, la lumière du soir est posée subreptice, dans une fureur printanière, multitude des plans entrelacés. Un arbre torturé berce sa palme avec indolence. A un moment il y a résonance entre la composition, le motif, les émotions décrites. Des tableaux comme des opéras. Une œuvre ailée.

Raymond Alcovère, Le Sourire de Cézanne, roman, éditions n & b, 2007, extrait

mardi, 29 décembre 2020

Livres coups de coeur des libraires, à glisser sous le sapin, Midi libre

Coup de coeur libraire Midi libre.png

dimanche, 27 décembre 2020

Les riches heures du château de Castries

Chateau_de_Castries2.JPGTelle une vigie, le château de Castries semble observer placidement la campagne environnante. Construit entre les XVIe et XVIIe siècles par la famille de La Croix, il est un des édifices les plus aboutis du classicisme méridional. S’il n’a pas échappé aux vicissitudes du temps, une certaine unité se dégage de son histoire... 

Extrait de "Les riches heures du château de Castries"

Dans "Hauts-lieux de l'Histoire dans l'Hérault" Papillon Rouge éditeur, vient de sortir

https://papillon-rouge.com/

 

Cézanne, la montagne Sainte-Victoire vue des Lauves, 1905

Cézanne 1905.jpg

samedi, 26 décembre 2020

L'or du temps

l'aube a un goût de cerise, Hélène VallasQui sait, la fin des temps est peut-être venue, ici, à la limite de l’océan, sur cet arrondi de la terre, archipel de hasard, de roc, de vent et de sable, noyé.
Déchaînement des éléments.
La terre va s’engloutir, revenir à sa vérité première.
Matière, fusion, évanouissements.
L’homme disparaîtra, lui le passager clandestin, l’invité de la dernière heure.
Il s’en ira sur la pointe des pieds après avoir coloré d’un peu de poésie l’or du temps.
 
Raymond Alcovère, extrait de "L'aube a un goût de cerise", N&B éditions, 2010
Photo de Hélène Vallas

vendredi, 25 décembre 2020

La Japonaise, Matisse, Collioure, été 1905

Matisse

mardi, 22 décembre 2020

Le petit Versailles languedocien

les hauts lieux de l'histoire dans l'héraultOn l’ignore bien souvent mais le plus beau château de la région a été aussi le plus éphémère… Surnommé « Le petit Versailles languedocien », décrit comme « un modèle d’architecture et de finesse », ce domaine  a été conçu au XVIIIe par deux Montpelliérains, Joseph Bonnier, père et fils, sur le bord de la Mosson, à la limite entre les communes de Montpellier et Juvignac. Cette folie n’a pourtant vécu que… vingt-trois ans !

Extrait de "Le petit Versailles languedocien"

Dans "Hauts lieux de l'Histoire dans l'Hérault"

Papillon rouge éditeur, vient de sortir

http://papillon-rouge.com/

lundi, 21 décembre 2020

Mieux mesurer l'épaisseur de l'ombre

william faulkner