samedi, 06 avril 2013

Le sud

"Le Sud n'est pas un mythe... C'est peut-être en cela aussi qu'il les supporte tous..."

Marcelin Pleynet

In "Situation", L'infini n° 96 automne 2006

jeudi, 29 mai 2008

Etonnants sélénites

A voir ici

12:56 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature, sélénite

dimanche, 29 janvier 2006

Un accident de perspective

medium_magritte1.jpgTantôt le pays dans la fenêtre n'est qu'un tableau pendu au mur : tantôt, la chambre n'est qu'une coque parmi les arbres qui m'empêche de voir le tout, non d'y être. Elle n'est qu'un accident de perspective comme une feuille cache un village.
Paul Valéry, Tel quel

21:15 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (9)

lundi, 21 novembre 2005

La cathédrale de Narbonne

La cathédrale de Narbonne est la plus étrange qui soit, seul le chœur a été construit. Fière, flamboyante, élancée, on la voit de loin, mais en y pénétrant tout est différent. On est déconcerté, on cherche ses repères puis on comprend : Elle est inachevée. Au Moyen Age la ville a refusé d’abattre un mur, sa construction a été stoppée. Il y manque la nef et le transept. Elle est humaine dirait-on. Toute en élévation, en verticalité. Son architecture est un prélude. Narbonne a cette atmosphère italienne et espagnole en même temps, désinvolte, sensuelle et mystérieuse.

14:00 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (10)

jeudi, 17 novembre 2005

Le bureau de Joseph Delteil

medium_delteil_schiphorst2.jpgPlus d'infos ici

19:09 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Midi

Te voici dans ton Midi! Te voici libre!
Là de Nîmes à Pau et de Limoges à Foix, avec Albi, Cahors, Toulouse, est un territoire qui de tout temps se montra accueillant aux doctrines extrêmes, aux dogmes spécieux et durs. Un peuple étrange l'habite, maigre et dru, sensuel et fin, tourmenté, tourmenteur, amèrement passionné. On y parle une langue grosse et brillante, faite pour l'injure et pour le soupir. Les mœurs y sont rauques, triviales et pessimistes, le cœur volontiers charnel. Un climat brusque, angoissant et fier. C'est par excellence le Paradis de l'hérésie. C'est le Midi.
On dit le Midi. Il y a mille Midis. Du moins en gros, il y en a deux la Provence et l'Occitanie. La Provence est toute gréco-romaine, bien ancrée dans l'ordre de la nature, dans les lois de l'esprit. L'Occitanie au contraire me paraît essentiellement anarchique, excentrique, l'âme inquiète et rêveuse, l'imagination vagabonde. Elle est livrée sans merci aux souffles de l'esprit, lequel souffle où il veut. Je l'ai toujours vue, je la vois de plus en plus très wisigothe, avec de forts apports arabes et juifs. Les Wisigoths ont occupe Carcassonne pendant trois siècles (413-719) - trois siècles marquent un pays.


Joseph Delteil, Extrait de Le vert Galant (1931), Editions des Portiques

13:45 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (1)

jeudi, 10 novembre 2005

Les prodiges de l’espace s’élargissant

Quel vivant, quel être sensible, n’aime avant tous les prodiges de l’espace s’élargissant autour de lui, la joie universelle de la Lumière - avec ses couleurs, ses rayons et ses vagues ; sa douce omniprésence dans le jour qui éveille ? Âme la plus intime de la vie, elle est le souffle du monde gigantesque des astres sans repos, et il nage en dansant dans son flot bleu - elle est le souffle de la pierre étincelante, éternellement immobile, de la plante songeuse, suçant la sève et de l’animal sauvage, ardent, aux formes variées - mais, plus que d’eux tous, de l’Étranger superbe au regard pénétrant, à la démarche ailée et aux lèvres tendrement closes, riches de musique. Comme une reine de la nature terrestre, elle appelle chaque force à d’innombrables métamorphoses, noue et dénoue des alliances infinies, enveloppe de sa céleste image chaque créature terrestre. - Sa présence seule révèle la prodigieuse splendeur des royaumes de ce monde.

Novalis, Hymnes à la nuit

 

21:35 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (0)

Comme des ballons prêts à partir

Elle regarde alors en arrière d'elle où on voit le village s'abaisser peu à peu, vu d'en dessus, avec ses toits; mais ça ne compte pas ces toits. Ni ces pommiers, ni ces noyers, ni ces poiriers, ni toutes ces barrières, ni la ligne du chemin de fer, ni la gare; et, à mesure qu'on monte, on voit l'eau devenir de plus en plus large, avec en arrière d'elle les montagnes qui balancent dans l'air chaud comme des ballons prêts à partir.

C.F.Ramuz, la beauté sur la terre

 

20:35 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (1)

lundi, 31 octobre 2005

De longs glaives de soleil

Mais peu de temps après, la tempête revint sur nous avec une telle violence que de nouveau je perdis l'équilibre. Pendant cinq jours elle se déploya sur la terre et les eaux en ondes hululantes. Harcelés, harcelants, tous les vents passèrent sur nous, et de nuit et de jour. Les nuages tombaient l'un après l'autre ; et de grands faisceaux de lumière illuminaient les eaux à perte de vue en tournant à travers ces masses éventrées. Les illuminations balayaient l'île et de longs glaives de soleil s'enfonçaient d'un coup dans les bois, transperçaient la maison, disparaissaient.

Henri Bosco, Malicroix

03:15 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 30 octobre 2005

Une forêt sous-marine

Les arbres fantômalement formaient comme une forêt sous-marine, où les ondes, douces et longues, de cette clarté, glissaient entre les branches, telles des nappes d'eau faiblement colorées par de fugitives phosphorescences. Pas un souffle, pas un contour qui ne fût entré en lumière. Elle était l'unique substance.

Henri Bosco, Malicroix

09:55 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 29 octobre 2005

La Camargue

Il faut connaître la Camargue pour savoir comment s'y confondent les objets que l'on voit avec ceux que l'on croit voir, surtout quand la pensée, immobile sur elle-même, exerce, au centre de notre âme, cette fascination de l'idée unique, d'où naissent les mirages et les obsessions

Henri Bosco, Malicroix

13:25 Publié dans Paysages | Lien permanent | Commentaires (3)