Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juillet 2015

Une photographie de Georges Souche

Georges Souche

23:05 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : georges souche

lundi, 27 avril 2015

Venise

Venise, Sabine Laporte-AlcovèreVeni itiam (reviens toujours)

Photo de Sabine Laporte-Alcovère

samedi, 14 mars 2015

Dico de bord (extrait 21)

Nina Houzel3.jpg#‎Dicodebord‬ extrait 21
Incipit
« Les commencements ont des charmes inexprimables. » : Molière. Autre amateur, Joseph Joubert : « Les commencements sont ordinairement plus beaux que les développements. » Wan Yu, qui vécut en Chine au troisième siècle, est plus explicite : « Deux moments cruciaux dans l’exécution : le commencement et la fin. Le commencement doit être à l’image d’un cavalier au galop ; celui-ci éprouve la sensation de pouvoir à tout moment freiner le cheval sans l’arrêter tout à fait. La fin, elle, doit ressembler à une mer qui reçoit tous les cours d’eau qui se déversent en elle ; celle-ci donne l’impression de pouvoir tout contenir, tout en étant menacée de débordement. » Ces phrases qui vous empoignent pour ne plus vous faire lâcher le livre sont fascinantes ; certaines sont devenues des expressions adverbiales, parfois des lieux communs. Elles ont un supplément d’âme : « Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi. » : Rousseau, Les Confessions. « J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. » : Aden Arabie, Paul Nizan « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France... Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison.» Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. « Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon.» : Anna Karénine, Léon Tolstoï. « Je hais les voyages et les explorateurs. » : Tristes Tropiques, Claude Levi-Strauss. « Aujourd’hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » : L'Étranger, Albert Camus. « Longtemps je me suis couché de bonne heure. » : Du côté de chez Swann, Marcel Proust. « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide.» : Aurélien, Louis Aragon. Quant à celui-ci, il est magique par la sonorité, le parfait équilibre ternaire, et signé Gustave Flaubert dans Salammbô : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. »
(Raymond Alcovère : ce livre de bord, construit sous la forme d’un abécédaire, fait le tour de tout ce qui me tient à cœur, m’a construit : noms communs, mais aussi lieux, femmes et hommes célèbres, écrivains, peintres, musiciens. Les « définitions », nourries de nombreuses citations, ont des dimensions très variables : entre une ligne et trois pages)
Photo de Ni Houzel Belliappa

dimanche, 26 octobre 2014

Covoiturage

Covoiturage.jpg

17:49 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : covoiturage

jeudi, 02 octobre 2014

Richard Bruston ou l'ordre gracieux de l'instant

 

 

Th-o_Le_Soul-ch.jpgVoici un article et une interview du photographe Richard Bruston, faits pour la revue Salmigondis.(n° 19)

L’art n’est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Ces mots de Camus s’appliquent parfaitement à Richard Bruston. En trente ans de travail photographique, presque aucune exposition personnelle. Au contraire, il a multiplié les rencontres, avec d’autres artistes, écrivains, chorégraphes, dramaturges, philosophes, mais aussi hors du champ habituellement laissé aux artistes : Il s’est confronté à l’hôpital psychiatrique, aux maisons d’arrêt, aux publics en difficulté, à l’histoire. Et la notion du handicap est transversale à tout son travail.

Pour sa dernière grande exposition : “ Ils signent ”,  il a fait rencontrer des écrivains et des personnes sourdes pour un échange unique. Aux personnes sourdes il était demandé de signer ce qu’elles ont d’important à nous dire que nous ne connaissons pas, de leur vie, de leur lutte, de leur dignité d’hommes et de femmes ;  aux écrivains de traduire avec des mots ce qu’ils ressentaient et de livrer leur témoignage. L’image fait le croisement: le photographe saisit les mains du sourd en train de signer et les mains de l’écrivain en train d’écrire. Au final, 26 panneaux (autant que de lettres de l’alphabet) pour raconter ces rencontres, et une exposition forte, émouvante, un travail en profondeur.

En 1995 c’est “ Double miroir ” , autre pari difficile mais réussi : Richard Bruston demandait à des écrivains de s’interroger sur leur propre image. Côte à côte donc la photographie de l’écrivain et les mots qu’elle lui inspire. Mise en perspective étonnante. “ Le portrait résume tout de l’histoire d’une personne. On voit tout d’un visage, y compris ses zones d’ombre : le visage et son contraire (le retenu, le caché), ombre et lumière où cette dualité s’affronte. Pas un être n’échappe à ses contradictions, c’est une constante de l’humain. ”

La photographie est pour Richard Bruston cet instant magique où tout se concentre, un jaillissement, ce qu’il appelle “ l’ordre gracieux de l’instant ”. Et cet ordre gracieux, c’est toujours une lecture de l’autre.

 

3195_001.jpg

Ø    C’est très rare chez les photographes, tu n’a presque jamais fait d’exposition personnelle, mais beaucoup travaillé avec d’autres créateurs , pourquoi ?

Mes photographies ne sont pas égotiques. J’ai le “ moi ” en horreur, mon postulat procède de l’autre en tant qu’être radicalement différent. Ma quête est la recherche du vrai dans ce que je vis dans l’instant, c’est-à-dire ce qui m’est donné de voir, de sentir au moment du face à face (ce qui est montré et caché) et cela m’applique et m’implique dans mes couilles et mon cœur. A chaque fois, il s ‘agit d’épousailles réussies ou loupées. Je place très haut le collectif “ qui est au cœur de l’art lui-même ” selon le mot de Jaurès, c’est pourquoi j’aime se faire croiser toutes sortes de différences réunies par le biais de la photographie.

Ø    Une des constantes de ton travail est ton voisinage avec les écrivains, quel rapport entretiens-tu avec l’écriture ?

Les écrivains se risquent par jeu avec talent dans la photographie. J’aime à faire avec eux un chemin où peuvent coexister l’écriture et l’écriture photographique. Je me sens toujours gratifié d’un quelque chose en plus. Leur compagnie m’enchante, j’aime être envahi, démoli par un texte. Je suis souvent en apesanteur avec l’écriture poétique. Sinon, mes seuls rapports avec l’écriture sont, banalement, intimes. Comme tout le monde, j’écris. Cela me différencie de l’écrivain.

Ø    A regarder ton parcours, on s’aperçoit que tu as souvent travaillé sur la question du handicap ou avec les laissés pour compte de la société, milieux défavorisés, psychiatrie, maisons d’arrêts, sourds et muets, pourquoi ?

Les êtres en perdition sont vrais, ils ne jouent pas. Ils sont vrais comme leur visage, ils ne cherchent pas à paraître, face au gouffre de ce qu’ils vivent. Ils sont l’abîme même du verbe être. La société s’en moque éperdument. Qui d’entre nous s’intéresse à leur immense solitude (prison, psychiatrie) ? Idem pour le ghetto historique dans lequel vivent les personnes sourdes.

Ø    Tu as souvent fait des portraits, qu’est-ce que ce travail a de spécifique pour toi, est-ce que tu l’affectionnes particulièrement, quel type de relation humaine est-ce que cela instaure entre toi et la personne ?

Le portrait résume tout de l’histoire d’une personne. On voit tout d’un visage, y compris ses zones d’ombre : le visage et son contraire (le retenu, le caché), ombre et lumière où cette dualité s’affronte. Pas un être n’échappe à ses contradictions, c’est une constante de l’humain. Ce qui peut arriver dans l’échange est unique, quelque chose comme un ordre gracieux de l’instant. J’aime le présent. Je n’ai pas envie de creuser plus, c’est mon côté superficiel.

Ø    Tu fais de la photographie artistique depuis plus de trente ans, qu’est-ce qui t’a le plus marqué, de cette expérience ?

Mes rencontres, celles qui m’ont fait grandir à tous les âges de la vie, toutes mes non-rencontres aussi.

Ø    Sur l’île déserte, quel(s) livre(s) emporterais-tu ?

La Bible et Robert Musil.

3196_001.jpg

Photos de Richard Bruston

13:48 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 04 septembre 2014

Demandez la lune !

lune.jpgReuters/Handout/NASA/Courtesy

02:11 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lune

lundi, 28 juillet 2014

Robert Doisneau, autoportrait

Robert Doisneau

23:48 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : robert doisneau

jeudi, 03 juillet 2014

Fenêtres...

Fenêtre

23:22 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fenêtre

jeudi, 26 juin 2014

Allo, ici l'ombre !

ss-314-les-femmes-de-jeanloup-sieff.jpgVoici l'été, épousez une femme ombrageuse !

Jules Jouy

Photo de Jean-Louis Sieff

lundi, 02 juin 2014

Monsieur Brassaï

Brassaï

17:04 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brassaï

mardi, 27 mai 2014

Le puits initiatique du palais de la Regaleira, à Sintra, Portugal

pozoi.jpg

22:50 Publié dans Histoire, Photo | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 29 avril 2014

Central Park vu de haut

Central Park

01:02 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : central park

dimanche, 20 avril 2014

Santa Maria della Pietà, Rocca Calascio

Rocca CalascioRocca Calascio

00:10 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rocca calascio

samedi, 29 mars 2014

Au nom de la loi

René MaltêtePhoto de René Maltête

18:51 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rené maltête

samedi, 01 mars 2014

Un pas de côté

1417587_418621498263667_18829943_o.jpg© Pejac

Viral Photography
#450

15:14 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 09 février 2014

Question d'équilibre

Henri Cartier-BressonHenri Cartier-Bresson, 1957

samedi, 08 février 2014

Accrochez-vous !

Vertige

18:15 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vertige

En couleur

col.jpg

18:09 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (1)

Il ventait...

1013495_593345097414212_1104187094_n.jpg

16:30 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vent

mercredi, 15 janvier 2014

Derrière les volets

car.jpg

19:43 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (2)