Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 mars 2020

Mer de forces agitées dont il est la propre tempête

CaXcii5UkAEFnsC.jpgSavez-vous comment je vois le monde ? Des forces partout. Jeu des forces et ondes des forces. Il est un et multiple. S’accumulant ici tandis qu’il se réduit là-bas. Mer de forces agitées dont il est la propre tempête. Transformation éternelle dans un éternel va-et-vient avec d’énormes années de retour, flots perpétuel de formes, du plus simple au plus compliqué, allant du plus calme, du plus rigide et du plus froid au plus ardent, au plus sauvage, au plus contradictoire. Ce monde, qui est le monde tel que je le conçois, ce monde dionysien de l’éternelle création de soi-même, de l’éternelle destruction de soi-même, ce monde mystérieux des voluptés doubles... qui donc a l’esprit assez lucide pour le contempler sans désirer être aveugle ?"

Nietzsche, Fragments posthumes

20:45 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nietzsche

jeudi, 19 mars 2020

Routine

jung, routine« Je me suis fait une règle de considérer chaque cas comme un problème sans précédent, dont j’ignore tout. La routine peut être commode et utile tant qu’on reste à la surface des choses, mais dès que l’on touche aux problèmes importants, c’est la vie qui mène le jeu, et les plus brillants présupposés théoriques ne sont que mots inefficaces. » :
C.G. Jung.

11:08 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jung, routine

dimanche, 15 mars 2020

Il en est des écrivains comme des amis

claude roy« Il en est des écrivains comme des amis. Ceux qui nous sont les plus chers et les plus précieux, ce sont ceux qu’on a besoin de retrouver dans les mauvais jours, dont la seule présence nous laisse encore pressentir la joie au milieu du chagrin. »
Claude Roy

La tendre indifférence du monde

Albert Camus"Devant cette nuit chargée de signes et d'étoiles, je m'ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l'éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j'ai senti que j'avais été heureux et que je l'étais encore."

Albert Camus, L’Étranger

10:08 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : albert camus

jeudi, 27 février 2020

Destin

Jean Giraudoux, Luc Shadbolt"Le destin est simplement la forme accélérée du temps."
Jean Giraudoux
Photo : Luc Shadbolt

mardi, 25 février 2020

la littérature du sommeil

jean cocteau, rosie hardy"Les rêves sont la littérature du sommeil. Même les plus étranges composent avec des souvenirs. Le meilleur d'un rêve s'évapore le matin. Il reste le sentiment d'un volume, le fantôme d'une péripétie, le souvenir d'un souvenir, l'ombre d'une ombre."

Jean Cocteau

Photo : Rosie Hardy

vendredi, 21 février 2020

Mots

Diderot"Je crois que nous avons plus d’idées que de mots. Combien de choses senties qui ne sont pas nommées."
Denis Diderot.

18:16 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : diderot

mardi, 11 février 2020

Le plus beau

William_Turner_-_Snowstorm.JPG"Le plus beau serait de penser dans une forme qu'on aurait inventée"

Paul Valéry

vendredi, 31 janvier 2020

Georges Perros, Papiers collés, 1961.

EPm86ieX4AAhPBz.jpg

samedi, 25 janvier 2020

Morale

beaumarchais“Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer.”
Le Barbier de Séville.
Beaumarchais,

vendredi, 17 janvier 2020

Je voudrais me promener avec toi

dino buzzatiJe voudrais me promener avec toi, par un jour de printemps, sous un ciel un peu gris, avec quelques feuilles mortes restant encore de l’année précédente et tourbillonnant dans le vent,

Dino Buzzati

13:31 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dino buzzati

mardi, 31 décembre 2019

Et pour bien commencer l'année...

Maxim Logunov.jpgCroyances et techniques pour la prose moderne, par Jack Kerouac

Liste des points essentiels:

1. Carnets secrets, couverts de gribouillis, et pages follement dactylographiées, pour votre propre plaisir
2. Soumis à tout, ouvert, à l'écoute
3. N'essayez jamais de vous soûler en-dehors de chez vous
4. Soyez amoureux de votre vie
5. Ce que vous ressentez trouvera sa propre forme
6. Soyez fou, soyez un saint abruti de l'esprit
7. Soufflez aussi profondément que vous souhaitez souffler
8. Ecrivez ce que vous voulez sans fond depuis le fin fond de l'esprit
9. Les visions indicibles de l'individu
10. Pas de temps pour la poésie, mais exactement ce qui est
11. Des tics visionnaires tremblant dans la poitrine
12. Rêvant en transe d'un objet se trouvant devant vous
13. Eliminez l'inhibition littéraire, grammaticale et syntaxique
14. Comme Proust, soyez à la recherche du joint perdu
15. Racontez la véritable histoire du monde dans un monologue intérieur
16. Le joyau, centre d'intérêt, est l'oeil à l'intérieur de l'oeil
17. Ecrivez pour vous dans le souvenir et l'émerveillement
18. Travaillez à partir du centre de votre oeil, en vous baignant dans l'océan du langage
19. Acceptez la perte comme définitive
20. Croyez en le contour sacré de la vie
21. Luttez pour esquisser le courant qui est intact dans l'esprit
22. Ne pensez pas aux mots quand vous vous arrêtez mais pour mieux voir l'image
23. Prenez note de chaque jour la date blasonnée dans votre matin
24. Pas de peur ou de honte dans la dignité de votre expérience, langage et savoir
25. Ecrivez de façon que le monde lise, et voie les images exactes que vous avez en tête
26. Livrefilm est le film écrit, la forme américaine visuelle
27. Eloge du caractère dans la solitude inhumaine et glacée
28. Composer follement, de façon indisciplinée, pure, venant de dessous, plus c'est cinglé, mieux c'est
29. On est constamment un Génie
30. Scénariste-Metteur en scène de films Terrestres Sponsorisés et Financés par les Anges au Paradis

Evergreen Review, vol 2, n.8, 1959
Jack Kerouac

20:47 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jack kerouac

mardi, 05 novembre 2019

La conversation

EH6KTWDWsAE5SDO.jpg« Une des choses qui fait que l’on trouve si peu de gens qui paraissent raisonnables et agréables dans la conversation, c’est qu’il n’y a presque personne qui ne pense plutôt à ce qu’il veut dire qu’à répondre précisément à ce qu’on lui dit. Les plus habiles et les plus complaisants se contentent de montrer seulement une mine attentive, au même temps que l’on voit dans leurs yeux et dans leur esprit un égarement pour ce qu’on leur dit, et une précipitation pour retourner à ce qu’ils veulent dire ; au lieu de considérer que c’est un mauvais moyen de plaire aux autres ou de les persuader, que de chercher si fort à se plaire à soi-même, et que bien écouter et bien répondre est une des plus grandes perfections qu’on puisse avoir dans la conversation. »
La Rochefoucauld

lundi, 30 septembre 2019

Branloire

1689809630.jpg"Il n'y a qu'une seule chose stable, c'est le changement" disent les taoïstes ; ce que le subtil Montaigne a exprimé à sa façon : "Le monde n'est qu'une branloire pérenne."

lundi, 02 septembre 2019

Silence

Henri Bosco

"J'étais étonné du silence. Je goûte, j'aime le silence. J'en ai connu de toutes sortes et je sais distinguer leurs natures diverses. Car chaque silence, comme chaque son, a sa hauteur, son timbre, sa densité."
Henri Bosco

11:43 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : henri bosco

vendredi, 30 août 2019

On ne sait de quoi il faut le plus s'étonner chez Titien

Philippe Sollers, Titien« On ne sait de quoi il faut le plus s'étonner chez Titien : sa longévité légendaire, sa maîtrise des événements et des puissances, son sens stratégique des affaires ou, tout simplement (tout simplement!) son génie en peinture résumant celui de Venise et projetant sa lumière intérieure sur tous les tableaux après lui. Contre tous ceux qui ne peuvent voir de vraie réussite que dans l'échec, la réussite de cette vie paraît invraisemblable, elle semble une insulte à nos valeurs religieuses de mort, d'empêchement sentimental, de pauvreté ou de malédiction suicidaire. Rien ne lui fait obstacle : sa croissance est celle du temps lui-même. Comme dans un mythe parfait, jusqu'à sa date de naissance prête à controverse et il est le premier à la dissimuler. Le mystère est pourtant simple : Titien était déjà plus qu'excellent étant jeune (il se vieillissait donc pour paraître sérieux et emporter les commandes, et comme il reste incomparable devenu très vieux, il en rajoute pour avoir la paix, stupéfier ses contemporains et poursuivre à l'écart ses toiles les plus secrètes. » Il passera donc pour le grand vieillard centenaire qui continue jusqu'au bout à peindre, alors qu'il meurt seulement (seulement!) à 88 ans, en pleine épidémie de peste, en 1576. » : Philippe Sollers. Dictionnaire amoureux de Venise.
Titien : l'homme au gant

mercredi, 21 août 2019

Femmes

Antonio Palmerini.jpg

 

« L'admission des femmes à l'égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation : elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain et ses chances de bonheur. »
Stendhal
Photo de Antonio Palmerini

dimanche, 18 août 2019

Perdre connaissance

Mishima, magritte« Les nuances du couchant nous gagnaient aussi vite que l’on perd connaissance. »
Mishima
Magritte

19:52 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mishima, magritte

vendredi, 16 août 2019

Un espace intérieur désormais menacé

17352408_1280967931972745_5730859438022877246_n.jpg

 

"La lecture serait-elle la variante moderne de la prière ? Elle remplace l'espace rituel par le volume et à travers les sentiers imprévisibles des mots agencés d'une certaine manière ouvre chez le lecteur un espace intérieur désormais menacé."

Julia Kristeva

vendredi, 09 août 2019

Définition de la culture par Michel Serres

Anne Petitfils.jpg

 

« Si vous avez du pain, et si moi j’ai un euro, si je vous achète le pain, j’aurai le pain et vous aurez l’euro et vous voyez dans cet échange un équilibre, c’est-à-dire : A a un euro, B a un pain. Et dans l’autre cas B a le pain et A a l’euro. Donc, c’est un équilibre parfait. Mais, si vous avez un sonnet de Verlaine, ou le théorème de Pythagore, et que moi je n’ai rien, et si vous me les enseignez, à la fin de cet échange-là, j’aurai le sonnet et le théorème, mais vous les aurez gardés. Dans le premier cas, il y a un équilibre, c’est la marchandise, dans le second il y a un accroissement, c’est la culture. »

Michel Serres

https://next.liberation.fr/livres/2009/04/28/michel-serres-la-marchandise-c-est-l-equilibre-la-culture-c-est-l-accroissement_653194