jeudi, 19 septembre 2013

Sincérité

« Quand j’entends un critique littéraire louer un écrivain pour sa sincérité, je suis certain qu’un des deux, au moins, est un crétin. »
Nabokov
Cité par Jack-Alain Léger, dans "Hé bien, la guerre"

16:11 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nabokov

mercredi, 18 septembre 2013

Je reviens à mes chères études

carl_spitzweg_-_der_naturforscher-2.jpg

15:21 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carl spitzweg

mardi, 17 septembre 2013

Non mais sans blague !

book.jpg

14:37 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 16 septembre 2013

Au boulot !

296224_10151980877161632_836014583_n.jpg

10:53 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

à Paris

"Le souper fut comme la plupart des soupers de Paris, d’abord du silence, ensuite un bruit de paroles qu’on ne distingue point, puis des plaisanteries dont la plupart sont insipides, de fausses nouvelles, de mauvais raisonnements, un peu de politique, et beaucoup de médisance : on parla même de livres nouveaux."

Voltaire, Candide

09:07 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voltaire

jeudi, 12 septembre 2013

Ciel !

« Le ciel a créé la beauté féminine,
Afin qu’elle procure la félicité sur terre
À tout homme qui sait apprécier la grâce. »
Veronica Franco – Tre rime

13:57 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femmes

Un nouveau site pour les éditions N & B

éditions n & bA voir ici

11:39 Publié dans Edition | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : éditions n & b

mardi, 10 septembre 2013

Alfred Cheney Johnston

Alfred-Cheney-Johnston-3.jpgPhoto de Alfred Cheney Johnston

Essence d'un livre

"Le style et la structure sont l'essence d'un livre. Les grandes idées ne sont que des foutaises."

Nabokov

06:11 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nabokov

lundi, 09 septembre 2013

Ne me laissez pas seul

Gracq.jpg"Ne me laissez pas seul parmi des personnes pleines de certitudes parce que c’est terrible."

Antonio Tabucchi

Julien Gracq (photo World press)

Enfance

"Il était impossible d'ajuster le langage à ses souvenirs -  tout simplement, il n'existait pas de mots adultes pour ses impressions d'enfance."

Nabokov

l était impossible d'ajuster le langage à ces souvenirs - tout simplement, il n'existait pas de mots adultes pour ces impressions d'enfance.
La défense Loujine (1930)
Citations de Vladimir Nabokov



13:07 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nabokov

mercredi, 04 septembre 2013

Court

"Le voyage n'est nécessaire qu'aux imaginations courtes."

Colette

13:20 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : colette

lundi, 02 septembre 2013

Berthe Morisot, par Edouard Manet

Berthe Morisot, edouard manet

samedi, 31 août 2013

L'automne, déjà !

L'automne, déjà ! - Mais pourquoi regretter un éternel soleil, si nous sommes engagés à la découverte de la clarté divine, - loin des gens qui meurent sur les saisons.

L'automne. Notre barque élevée dans les brumes immobiles tourne vers le port de la misère, la cité énorme au ciel taché de feu et de boue. Ah ! les haillons pourris, le pain trempé de pluie, l'ivresse, les mille amours qui m'ont crucifié ! Elle ne finira donc point cette goule reine de millions d'âmes et de corps morts et qui seront jugés ! Je me revois la peau rongée par la boue et la peste, des vers plein les cheveux et les aisselles et encore de plus gros vers dans le coeur, étendu parmi les inconnus sans âge, sans sentiment... J'aurais pu y mourir... L'affreuse évocation ! J'exècre la misère.

Et je redoute l'hiver parce que c'est la saison du comfort !

- Quelquefois je vois au ciel des plages sans fin couvertes de blanches nations en joie. Un grand vaisseau d'or, au-dessus de moi, agite ses pavillons multicolores sous les brises du matin. J'ai créé toutes les fêtes, tous les triomphes, tous les drames. J'ai essayé d'inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres, de nouvelles chairs, de nouvelles langues. J'ai cru acquérir des pouvoirs surnaturels. Eh bien ! je dois enterrer mon imagination et mes souvenirs ! Une belle gloire d'artiste et de conteur emportée !

Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu au sol, avec un devoir à chercher, et la réalité rugueuse à étreindre ! Paysan !

Suis-je trompé ? la charité serait-elle soeur de la mort, pour moi ?

Enfin, je demanderai pardon pour m'être nourri de mensonge. Et allons.

Mais pas une main amie ! et où puiser le secours ?

¯¯¯¯¯¯¯¯

Oui l'heure nouvelle est au moins très-sévère.

Car je puis dire que la victoire m'est acquise : les grincements de dents, les sifflements de feu, les soupirs empestés se modèrent. Tous les souvenirs immondes s'effacent. Mes derniers regrets détalent, - des jalousies pour les mendiants, les brigands, les amis de la mort, les arriérés de toutes sortes. - Damnés, si je me vengeais !

Il faut être absolument moderne.

Point de cantiques : tenir le pas gagné. Dure nuit ! le sang séché fume sur ma face, et je n'ai rien derrière moi, que cet horrible arbrisseau !... Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes ; mais la vision de la justice est le plaisir de Dieu seul.

Cependant c'est la veille. Recevons tous les influx de vigueur et de tendresse réelle. Et à l'aurore, armés d'une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes.

Que parlais-je de main amie ! Un bel avantage, c'est que je puis rire des vieilles amours mensongères, et frapper de honte ces couples menteurs, - j'ai vu l'enfer des femmes là-bas ; - et il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps.

Rimbaud, avril-août, 1873.

07:30 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rimbaud

dimanche, 25 août 2013

Corricolo !

de22025.jpgPulvérisation, éclatement d’images, de mots. Un dragon menaçant scintille dans les eaux basses du port. La Mergellina encore. Naples se donne ici des airs d’ île grecque placide, recroquevillée au milieu de la grande mer. Procida...  Envie de courir, jouer, lever les yeux, les bras au ciel. Je suis incapable de rentrer ce soir, j’ai plutôt envie de traverser la ville, comme Dumas dans son corricolo, virevoltant. Loué une calèche Riviera di Chiaia, et vogue la galère ! J’ai donné au guide tout ce que j’avais, joué les touristes naïfs, me moque du monde entier, voudrais embrasser l’air que je respire, la mer qui frémit à côté, les gens que je croise. Voilà le Palais Royal, insolent, lugubre, le San Carlo, brillantissime, l’ombre de Stendhal bien sûr, Via Toledo, un concert de lumières, de cris, chatoiement de feu, enfin la montée vers San Martino.

Là, mon cicérone m’abandonne. J’ai envie de rire, lui dit qu’il peut bien partir. Il trouvera d’autres touristes à ramener  ou peut-être vit-il là, ou n’est-il qu’un gnome, ou le diable, peu importe !

Enfin seul, je laisse mes yeux respirer, se brûler aux lumières de la ville, du port, des îles. J’aimerais que tout s’arrête, mon bonheur est parfait, c’est l’instant où tout se concentre, juste avant le Big Bang. La mer frissonne, donne des baisers au vent, au ciel, une langue de feu lèche l’horizon.

Raymond Alcovère, extrait de "Fugue baroque", éditions n & b, 1998

dimanche, 18 août 2013

Pensée contemporaine

der_pflaumenschnaps.jpg" La forme de la pensée contemporaine consiste en une vaste réinterprétation de toutes les formes de pensée, de culture ". 

Philippe Sollers

Manet, La Prune

mercredi, 14 août 2013

Voyage voyage

« Le seul véritable voyage ce ne serait pas d’aller vers d’autres paysages, mais d’avoir d’autres yeux. »

Marcel Proust

mardi, 13 août 2013

Avenir ou passé ?

« L’avenir n’a été exploré que par des charlatans et c’est le passé qui demeure inexploré ! »
 
Marcel Duchamp

00:41 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marcel duchamp

lundi, 12 août 2013

Gaieté

« Je n’appelle pas gaieté ce qui excite le rire ; mais un certain charme, un air agréable
qu’on peut donner à toutes sortes de sujets, même les plus sérieux. »
 
Jean de La Fontaine – Préface aux Fables

A paraître, le 26 octobre...

Histoires vraies en Mer Méditerranée, Papillon rouge éditeur, sortie le 26 octobre 2013

51NMTT4OgRL._.jpg