Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juillet 2023

Votre œil

2588452239.jpg"Votre œil me fait un été dans mon âme."
Ronsard

jeudi, 22 juin 2023

Solitude

rainer maria rilke, Claudia d'Auria“Les œuvres d'art sont d'une infinie solitude ; rien n'est pire que la critique pour les aborder. Seul l'amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles. ”

Rainer Maria Rilke

Photo : Claudia d'Auria

vendredi, 16 juin 2023

Le huitième jour

Thomas Sailot.jpg"J'écris parce que j'ai l'impression ou le sentiment que le monde est inachevé, comme si Dieu, qui a créé le monde en six jours et qui s'est reposé le septième, n'avait pas eu le temps de tout faire. Je trouve le monde trop petit, la vie trop courte, le bonheur pas assez bonheur. J'écris pour achever le monde, pour ajouter à la création le huitième jour."
Antonine Maillet
Photo : Thomas Sailot

mardi, 13 juin 2023

Eveil

roland barthes,philippe sollers« L’éveil sollersien est un temps complexe, à la fois très long et très court : c’est un éveil naissant, un éveil dont la naissance dure. »

Roland Barthes, Sollers écrivain, p. 29

samedi, 10 juin 2023

Murielle Etc

Murielle Etc

Un personnage de roman

georges simenon«Un personnage de roman, c'est n'importe qui dans la rue, mais qui va jusqu'au bout de lui-même.»
Georges Simenon

Arbres

FxiXGkrWcAASMEi.jpg"Je suis attaché à mes arbres ; je leur ai adressé des élégies, des sonnets, des odes. Il n'y a pas un seul d'entre eux que je n'aie soigné de mes propres mains, que je n'aie délivré du ver attaché à sa racine, de la chenille collée à sa feuille ; je les connais tous par leurs noms, comme mes enfants : c'est ma famille, je n'en ai pas d'autre, j'espère mourir au milieu d'elle."
Chateaubriand, Les Mémoires d'Outre-tombe

mercredi, 07 juin 2023

Gilbert Cram

Gilbert Cram

21:04 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gilbert cram

Pedro Luis Raota

Pedro Luis Raota

lundi, 05 juin 2023

Ne sois pas un seul jour loin de moi

Monia Merlo.jpgNe sois pas un seul jour loin de moi, il est long

si long le jour, je n’arrive pas à le dire,

ou bien je t’attendrai comme on fait dans les gares

lorsque les trains se sont endormis quelque part.

Pablo Neruda /La Centaine d’amour

Photo : Monia Merlo

22:04 Publié dans amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monia merlo, pablo neruda

dimanche, 04 juin 2023

Ce que Lautréamont condamne dans ses Poésies

LautréamontLes perturbations, les anxiétés, les dépravations, la mort, les exceptions dans l’ordre physique ou moral, l’esprit de négation, les abrutissements, les hallucinations servies par la volonté, les tourments, la destruction, les renversements, les larmes, les insatiabilités, les asservissements, les imaginations creusantes, les romans, ce qui est inattendu, ce qu’il ne faut pas faire, les singularités chimiques de vautour mystérieux qui guette la charogne de quelque illusion morte, les expériences précoces et avortées, les obscurités à carapace de punaise, la monomanie terrible de l’orgueil, l’inoculation des stupeurs profondes, les oraisons funèbres, les envies, les trahisons, les tyrannies, les impiétés, les irritations, les acrimonies, les incartades agressives, la démence, le spleen, les épouvantements raisonnés, les inquiétudes étranges, que le lecteur préférerait ne pas éprouver, les grimaces, les névroses, les filières sanglantes par lesquelles on fait passer la logique aux abois, les exagérations, l’absence de sincérité, les scies, les platitudes, le sombre, le lugubre, les enfantements pires que les meurtres, les passions, le clan des romanciers de cours d’assises, les tragédies, les odes, les mélodrames, les extrêmes présentés à perpétuité, la raison impunément sifflée, les odeurs de poule mouillée, les affadissements, les grenouilles, les poulpes, les requins, le simoun des déserts, ce qui est somnambule, louche, nocturne, somnifère, noctambule, visqueux, phoque parlant, équivoque, poitrinaire, spasmodique, aphrodisiaque, anémique, borgne, hermaphrodite, bâtard, albinos, pédéraste, phénomène d’aquarium et femme à barbe, les heures soûles du découragement taciturne, les fantaisies, les âcretés, les monstres, les syllogismes démoralisateurs, les ordures, ce qui ne réfléchit pas comme l’enfant, la désolation, ce mancenillier intellectuel, les chancres parfumés, les cuisses aux camélias, la culpabilité d’un écrivain qui roule sur la pente du néant et se méprise lui-même avec des cris joyeux, les remords, les hypocrisies, les perspectives vagues qui vous broient dans leurs engrenages imperceptibles, les crachats sérieux sur les axiomes sacrés, la vermine et ses chatouillements insinuants, les préfaces insensées, comme celles de Cromwell, de Mlle de Maupin et de Dumas fils, les caducités, les impuissances, les blasphèmes, les asphyxies, les étouffements, les rages, — devant ces charniers immondes, que je rougis de nommer, il est temps de réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement. 

Lautréamont, Poésies, extrait

18:30 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lautréamont

samedi, 03 juin 2023

Le divin Philippe Sollers 

Fw_jh7QXgA8Qy-1.jpgPar Alexandre Folman, la Revue des deux mondes, 19 mai 2023

Avec la disparition de Philippe Sollers survenue le 5 mai 2023, c’est une certaine idée de la littérature qui s’en va. Philippe Sollers y voyait une affaire à prendre très au sérieux, même la plus importante qui soit.

Il tenait la littérature pour la plus secrète matrice de notre monde, celle qui transcende les contingences du présent et éclaire les mystérieuses ruelles escarpées et zigzagantes de l’esprit humain, forcément vénitiennes pour cet amoureux de la Sérénissime et du Tintoret.

Sollers considérait que « l’existence est une illusion d’optique : la littérature est là pour la renverser. » Il avait compris mieux qu’un autre la valeur heuristique du roman. Elle l’habitait. Il y a consacré sa vie.

C’est-à-dire qu’il considérait vraiment la littérature comme le lieu de la vérité de l’être, au sens le plus heideggérien du terme qui soit, absolu, sans voile, tel qu’à lui-même. En ce sens, Sollers était donc déjà d’une certaine façon à lui tout seul un personnage de roman, parlant depuis et avec les livres.

En y repensant, c’est d’ailleurs l’impression fascinante qu’il pouvait donner parfois par son style extrêmement libre, d’une virtuosité constante dans son usage du langage. L’air madré et exégète, il semblait en permanence être détenteur d’ésotérismes jubilatoires ou d’apocryphes précieux. Il paraissait appartenir à un infra monde et arpenter ses lignes de force en voyageur du temps.

Sollers naquit Joyaux, ça ne s’invente pas. Il incarna cinquante ans durant, en tant qu’écrivain et éditeur, la figure radicalement solaire de l’homme de lettres germanopratin, érudit en diable et à l’élan vital débordant.

Deux traits de caractère foncièrement imbriqués pour celui qui s’était choisi pour pseudonyme quasi homophonique « tout entier art » en latin. Cela annonçait donc la couleur : chatoyante et intelligente, celle d’Éros et d’Hermès, des Lumières étincelantes du XVIIIe sa seconde patrie.

Sollers ou le perpétuel hymne à la joie, donc Mozart. Sollers ou le gai savoir, donc Nietzsche. Et tant d’autres : Dante, Voltaire, Casanova. Joueur et rieur, il aimait les masques et être où on ne l’attendait pas.

Cela avait démarré avec ses deux improbables parrains à tout juste 20 ans, et pas des moindres, Mauriac et Aragon, pour Une curieuse solitude, premier roman qui marqua son entrée en littérature. L’Église et le Parti. Sollers d’emblée Janus, tout à tour maoïste puis ultramontain.

Brouiller les pistes, toujours. L’art de la dissimulation, de l’esquive, du clair-obscur était chez ce lecteur averti des Jésuites, une seconde nature. Sa profession de foi.

La guerre de Sollers, celle du goût comme il l’avait nommée, se voulait souterraine et subversive, à la fois patiente à travers l’édition dont il fut le condottiere au Seuil puis à « la Banque centrale » Gallimard, soudainement éclatante et gentiment machiavélique à travers les médias dont il fut l’enfant chéri (Apostrophes, Le Monde des Livres).

Mais une guerre qui était aussi et surtout exigeante. Sollers a été un véritable stakhanoviste. Et pour cette raison, son œuvre restera. Il a publié et fait publier plusieurs centaines de livres. Il y eut bien sûr aussi les revues, fondamentales.

D’abord Tel Quel avec Jean-Edern Hallier au Seuil. Haut lieu expérimental de rencontre entre l’avant-garde et les classiques qui fédéra notamment Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Derrida, Francis Ponge. L’époque qui s’y reflétait était au maoïsme, à la psychanalyse et au structuralisme.

Puis vint L’Infini chez Gallimard avec ce même souci d’exploration esthétique, frondeur et précurseur au risque de fréquenter les infréquentable. La moraline ce n’était pas le genre de Sollers. Il eut le courage de regarder en face certains astres noirs de la littérature, qu’il s’agisse de Céline, de Sade, d’Artaud, de Bataille et d’autres antimodernes. Certainement pour mieux voir le monde ? Pari réussi.

Sollers fut à lui seul le centre de gravité de la vie littéraire et des idées des cinquante dernières années. Ce n’est pas rien et ce n’est pas si fréquent. Vite, la Pléiade pour le divin Sollers !

 

  Alexandre Folman

Paul Klee "Jeu amical" 1933

Paul Klee

mardi, 30 mai 2023

C'était bien vu !

georges brassens « L’information s’étant développée plus vite que la culture, la propagande a toutes les chances de triompher. »
Georges Brassens

mercredi, 24 mai 2023

Un article sur Doubles dans l'Agglo Rieuse...

Doubles l'Agglorieuse 260423.jpg

12:02 Publié dans Doubles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doubles

lundi, 22 mai 2023

Écrivains d'ici : Paul Valéry, Gaston Baissette, Joseph Delteil, Jeanne Galzy et Léo Malet

1200x680_sc_collage-2023-05-05-14-30-58.jpgÉcrivains d'ici : Paul Valéry, Gaston Baissette, Joseph Delteil, Jeanne Galzy et Léo Malet. Je suis interviewé ici par Léopoldine Dufour sur France Bleu Hérault pour l'émission "Parlez-moi d'ici", à la suite des portraits réalisés pour "Ces Héraultais qui ont fait l'Histoire"

dimanche, 21 mai 2023

Egon Schiele, 1918

egon schiele

vendredi, 19 mai 2023

Erik Satie

erik satie

15:32 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erik satie

jeudi, 18 mai 2023

Sumba

SumbaPhotographe Daniel Kordan

Les palétuviers dansants de l’île de Sumba.

L’île isolée de Sumba, en Indonésie, est célèbre pour ses mangroves à la forme unique, surnommées « arbres dansants »

18:44 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sumba

mercredi, 17 mai 2023

« Nous sommes tous des personnages balzaciens » : Scutenaire

Andria Darius Pancrazi2.jpgPhoto : Andria Darius Pancrazi