Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 décembre 2016

Cézanne, étude d'arbres, 1904

cezanne

02:29 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cezanne

mardi, 20 décembre 2016

Les lois passent parfois plus rapidement que les phénomènes

roman de romans« Les mauvais peintres voient l'arbre, le visage, le chien, mais pas cet arbre, ce visage, ce chien. Ils ne voient rien. Les lois passent parfois plus rapidement que les phénomènes. Cet arbre n’est pas un arbre. C’est celui-là. En ce moment. »
Cézanne
Extrait de Roman de romans, vient de paraître
Photo de Ansel Adams

dimanche, 18 décembre 2016

Aveuglement

CzyWjVsWgAASz4d.jpg

13:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Chaque page nouvelle est une aventure dans laquelle nous devons nous mettre en jeu

roman de romans, Borges« Supposons que je sois sur le point d’écrire une fable et que deux arguments s’offrent à moi ; ma raison reconnaît que le premier est très supérieur ; le second est résolument médiocre, mais il m’attire. Dans ce cas-là, j’opte toujours pour le second. Chaque page nouvelle est une aventure dans laquelle nous devons nous mettre en jeu. »
Borges, extrait de "Roman de romans", Raymond Alcovère, vient de sortir

une vie spirituelle qui ne doive rien à ce qui existe

Gilles Deleuze"Parce que le monde moderne est tumulte et chaos, la tâche de l'homme moderne est de sortir du tumulte et du chaos. Comment ? En construisant une vie spirituelle à part, (...) c'est-à-dire une vie spirituelle qui ne doive rien à ce qui existe, mais vous devez la faire exister, c'est à vous de faire exister quelque chose que nous n'emprunterez pas à l'existant."
Gilles Deleuze à ses étudiants de Vincennes

vendredi, 16 décembre 2016

Les paroles sont des archipels fluctuants et sporadiques

roberto calassoRoberto Calasso évoque « le postulat qui dirige une grande partie de notre monde, qui l’aide à fonctionner, mais qui le rend en même temps incapable de saisir une vaste partie de l’essentiel. Dans sa forme la plus concise, ce postulat déclare que la pensée est langage. Plus ambitieusement, que l’esprit est langage. Mais nous ne pensons pas en paroles. Nous pensons parfois en paroles. Les paroles sont des archipels fluctuants et sporadiques. L’esprit est l’océan. Reconnaître dans l’esprit cet océan semble être quelque chose d’interdit, que les orthodoxies en vigueur, dans leurs différentes versions, scientistes ou simplement commonsensical, évitent presque instinctivement. C’est là que réside justement la bifurcation essentielle. C’est là qu’on décide dans quelle direction va opérer la connaissance. »

Photo de B. Benini

jeudi, 15 décembre 2016

Grèce


Roman de romans, Grèce« Les européens et les Occidentaux situent toujours le mystère dans les ténèbres, dans la nuit, cependant que nous, les Grecs, le situons dans la lumière qui est pour nous quelque chose d’absolu » : Odysséas Elytis. On peut parler du miracle grec ; une expérience humaine unique et inégalée est passée là. Leurs dieux descendaient souvent parmi les hommes en se métamorphosant en eux, si bien qu’on pouvait à tout moment se demander si on n’avait pas un immortel devant soi, ce qui fait dire à Nietzsche : « Dès que n’importe quel arbre peut parler une fois en tant que Nymphe ou dès qu’un dieu sous l’aspect de taureau peut emporter des vierges, dès que la même déesse, Athéna peut être vue pendant qu’elle traverse sur un beau char les marchés d’Athènes –c’est ce que croyait l’honnête Athénien – alors à n’importe quel moment tout est possible, comme dans un rêve. »
La Grèce c’est Ulysse ; le plus énigmatique des héros ; alors qu’une éternité de délices lui est offerte, il n’a qu’une idée, rentrer chez lui. Il y parviendra par la ruse – il est l’homme aux mille tours – aidé par une déesse, Athéna, qui lui fera cette déclaration d’amour stupéfiante : « Toujours et partout, quand nous devrons agir, je serai près de toi, sans te manquer jamais. » Yannick Haenel, dans Cercle, fait dire à un de ces personnages : « S’il refuse d’être immortel, c’est parce qu’il veut continuer à tout vivre, à sentir dans son corps l’illimité des sensations. S’il acceptait d’être immortel, il vivrait dans un oubli parfait. Et lui, il ne veut pas perdre la mémoire. Il veut garder la mémoire des choses prochaines, celles des contrées inconnues qui l’attirent. Il veut vivre le temps, continuer à sentir passer dans son corps l’angoisse et la joie, le péril, le repos, le hasard des occasions. Et puis RACONTER. Car seul le récit est infini et il le sait. »
Nikos Kazantzakis a écrit avec Alexis Zorba un livre magnifique : « Mer, douceur automnale, îles baignées de lumière, voile diaphane de petite pluie fine qui couvrait l’immortelle nudité de la Grèce. Heureux, pensais-je l’homme à qui il est donné, avant de mourir, de naviguer dans la mer égéenne. Nombreuses sont les joies de ce monde – les femmes, les fruits, les idées. Mais fendre cette mer-là, par un tendre automne, en murmurant le nom de chaque île, je crois qu’il n’est pas de joie, qui, davantage, plonge le cœur de l’homme dans le paradis. Nulle part ailleurs on ne passe aussi sereinement ni plus aisément de la réalité au rêve. On dirait qu’ici, en Grèce, le miracle est la fleur inévitable de la nécessité. »
Extrait de Roman de romans, Raymond Alcovère, vient de paraître
https://www.amazon.fr/dp/1539671143/ref=sr_1_1…

dimanche, 11 décembre 2016

Merci !

Lian Jiang Fishery, Xiapu.jpgMerci à tous ceux qui se sont déplacés vendredi soir et qui ont contribué à cette belle soirée. En clin d’œil, cette citation extraite du livre et qui a électrisé la fin de soirée : "Puisque la fin de ce monde est le néant, supposes que tu n'existes pas, et sois libre." : Omar Khayyâm.
Photo de Lian Jiang

mercredi, 07 décembre 2016

Lecture à la Maison pour tous Albertine Sarrazin, ce vendredi à 19 h

15401123_1033112560148629_132545616568543332_n.jpgC'est ce vendredi 9 décembre à 19H, Maison pour Tous Albertine Sarrazin à Montpellier (43 Rue Tour Gayraud, 04 67 27 24 66)

Lectures croisées de Roman de romans en compagnie de Jean Azarel qui présentera : Ciel du dessous, qui vient de paraître aux éditions La Boucherie littéraire.

Le voyage sera également pictural ; les deux écrivains seront entourés d’artistes peintres ou illustrateurs dont certains se seront inspirés de leurs extraits : Annie Caizergues, Marie-Jo Fortoul, Alain Richard et Marc Granier. Vernissage et apéritif dînatoire en clôture, entrée libre…

Contact : raymond.alcovere@gmail.com
https://www.amazon.fr/dp/1539671143/ref=sr_1_1

samedi, 03 décembre 2016

Naître

Richard Avedon.jpg"Celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir."
Bob Dylan ; extrait de Roman de romans
Photo de Richard Avedon

jeudi, 01 décembre 2016

Enfin !

CuiWNvTVYAAw-5j.jpgLe premier vrai coup de théâtre de Hollande ; Mitterrand lui les multipliait

21:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Rôle

ph.Jane Efremova.jpg"L'important est de ne jamais être tout à fait dans un rôle, ni dans un autre." : Philippe Sollers.
Raymond Alcovère, extrait de Roman de romans

Photo de Jane Efremova

samedi, 26 novembre 2016

Un voyage, des voyages

Affiche 9 décembre 2016 un voyage des voyages.jpgSoirée de présentation de Roman de romans : Vendredi 9 décembre à 19H, Maison pour Tous Albertine Sarrazin à Montpellier (43 Rue Tour Gayraud,  04 67 27 24 66)

Lectures croisées en compagnie de Jean Azarel qui présentera : Ciel du dessous, qui vient de paraître aux éditions La Boucherie littéraire.

Le voyage sera également pictural ; les deux écrivains seront entourés d’artistes peintres ou illustrateurs dont certains se seront inspirés de leurs extraits : Annie Caizergues, Marie-Jo Fortoul, Alain Richard et Marc Granier. Vernissage et apéritif dînatoire en clôture, entrée libre…

Contact : raymond.alcovere@gmail.com 

Descriptif et commande de Roman de romans

samedi, 19 novembre 2016

Extrait de #Romanderomans un abécédaire : Discrétion

#Romanderomans« La discrétion est la première des vertus, on lui doit bien des instants de bonheur » écrit Vivant Denon dans Point de lendemain. Dans un entretien pour La Revue des Deux Mondes, Philippe Sollers note, en remontant aux sources, que « dans discrétion il y a discernement ; le discernement, c’est-à-dire séparer, distinguer ». Dans le même article, il continue : « Si la discrétion est la première des vertus, on peut dire que l’indiscrétion est le premier des vices : on lui doit le continu du temps malheureux. L’indiscrétion est la négation de l’instant comme saisie du bonheur : négation à quoi tout le monde s’acharne par angoisse, ressentiment, esprit de vengeance.» Un peu plus loin, citant La Rochefoucauld : « L’homme discret parle quelquefois pour ne rien dévoiler par son silence ».

Extrait de #Romanderomans, un abécédaire : Raymond Alcovère, vient de paraître

Voir ici
Photo de Ralph Gibson

vendredi, 18 novembre 2016

Sortie de "Roman de romans"

R6.jpg"Roman de romans, un abécédaire" vient de sortir

Il est disponible ici 

Vendredi 9 décembre, à la Maison pour tous Albertine Sarrazin (43 rue Tour Gayraud à Montpellier) à 19 H, j'en ferai une lecture croisée avec mon ami Jean Azarel ; apéritif en clôture, entrée libre. Il y a aussi des peintres invités, sur le thème "Voyage, voyages" : Annie Caizergues, Marc Granier, Marie-Jo Fortoul etAlain Richard.

mardi, 15 novembre 2016

Naples, pour toujours...

Naples

samedi, 12 novembre 2016

Réaliser des sensations

cezanne« Peindre d’après nature, ce n’est pas copier l’objectif, c’est réaliser des sensations. » Cézanne

21:59 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cezanne

Zen

zen« Le Zen est un nuage qui flotte dans le ciel. »

21:46 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zen

J’ai entrevu quelquefois...

Gustave Flaubert« J’ai entrevu quelquefois (dans mes grands jours de soleil), à la lueur d’un enthousiasme qui faisait frissonner ma peau du talon à la racine des cheveux, un état de l’âme ainsi supérieur à la vie, pour qui la gloire ne serait rien, et le bonheur même inutile. »
Flaubert ; lettre à Louise Colet du 24 avril 1852

Le Cavalier polonais

RembrandtRembrandt, 1655

11:58 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rembrandt