mardi, 29 avril 2014

Central Park vu de haut

Central Park

01:02 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : central park

dimanche, 27 avril 2014

Partir d'un bond naturel

bond naturel

03:42 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bond naturel

jeudi, 24 avril 2014

Chercher la femme

Dean Martin & Jerry Lewis  Photo Phillip Halsman.jpg"Je rappelle contre Schopenhauer, et en faveur de Platon, que tout ce que la Franceclassique a produit de supérieur, tant dans la civilisation que dans la littérature, s’est développé dans un climat d’intérêt pour les choses de l’amour. Partout on peut y chercher la galanterie, les sens, l’affrontement des sexes – bref, y «chercher la femme»-, on ne cherchera jamais en vain... »

Nietzsche, Le crépuscule des idoles

Dean Martin & Jerry Lewis  Photo Phillip Halsman

lundi, 21 avril 2014

Le mouvement perpétuel

"[Qui] aurait trouvé le secret de se réjouir du bien sans se fâcher du mal contraire aurait trouvé le point. C’est le mouvement perpétuel."

Pascal (exergue du dernier roman de Philippe Sollers, Médium)

23:32 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pascal

dimanche, 20 avril 2014

Santa Maria della Pietà, Rocca Calascio

Rocca CalascioRocca Calascio

00:10 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rocca calascio

samedi, 19 avril 2014

Joyeuses Pâques !

1622253_596394837103100_919605447_n.jpg

vendredi, 18 avril 2014

Printemps

printemps.jpg

dimanche, 13 avril 2014

Quand avril fait deuil de ses lilas

619359914.jpgQuand avril fait deuil de ses lilas, que moutonne l'eau du lac sous les rafales du mistral et que merles transis pas plus que rousserolles ne vous donnent envie de chanter, alors où voulez-vous aller puiser la force d'encore continuer jusqu'à la passerelle, là-bas, où les grands roseaux bleus font signe et nous appellent ?
Une averse sauvage désole soudain sentes et sous-bois qu'au sortir de la forêt ne viendra consoler aucun arc-en-ciel, ils sont tombés des nues les cerfs-volants de fine étoffe qu'enfant nous lancions à l'assaut du soleil et maintenant même l'iris des marais prend sous nos pas une pâleur d'ennui tandis que s'évanouissent en ricanant dans le vent les souvenirs jaunis des jours passés.
Quelque chose de nous déjà doucement gagne l'agonie qu'on voudrait voir encore cavaler vers la vie, au cœur cependant la tranquille espérance qu'un frisson de lumière, agitant là-bas les grands roseaux bleus, suffira sans doute pour atteindre bientôt la passerelle.

Pierre Autin-Grenier, Les Radis bleus

mercredi, 09 avril 2014

Bruit

Ce soir, le silence bruit

22:07 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 08 avril 2014

Nourrir sa vie, à l'écart du bonheur

41E8A6PFPWL._SY445_.jpgVoilà un livre nourricier, éveilleur. François Jullien, dans ses livres, interroge la pensée chinoise en regard de la pensée grecque ; dans ce livre-ci, il s'intéresse plus particulièrement à Zhuangzi (ou Tchouang-Tseu), au souffle vital : comment nourrir sa vie, à travers la voie chinoise...

dimanche, 30 mars 2014

Courage !

537360_471082589677719_188736625_n.jpg"Même le plus courageux d'entre nous a rarement le courage d'assumer tout ce qu'il sait."

Nietzsche

samedi, 29 mars 2014

Au nom de la loi

René MaltêtePhoto de René Maltête

18:51 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rené maltête

jeudi, 27 mars 2014

Quand on veut plaire dans le monde

1622113_547366265382441_2049064311_n.jpg" Quand on veut plaire dans le monde, il faut se résoudre à se laisser apprendre beaucoup de choses qu'on sait par des gens qui les ignorent. " Chamfort

19:55 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chamfort

mardi, 25 mars 2014

Le sculpteur, une pièce de Nicky Attiki

9782343031859j.jpgDans cette quatrième pièce, Nicky Attiki traite d'une métaphore sociale qui a traversé tout le vingtième siècle : la transformation politique du monde. Le sculpteur pose de manière dramatique trois interrogations primordiales pour l'homme : l'enfermement, la justice et son pouvoir de transformer le monde. Tout commence dans l'atelier du sculpteur ; l'auteur fait s'y confronter six personnages, trois hommes et trois femmes, dont les conduites incarnent des idées motrices pour créer une société.

Voir ici

13:36 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 22 mars 2014

Roger Fry, autoportrait

Roger FryDe 1906 à 1910, il passe quatre ans aux États-Unis, où il travaille au Metropolitan Museum of Art de New York comme conservateur du département des peintures. C'est lors de ce séjour qu'il découvre l'œuvre de Cézanne et se désintéresse peu à peu des primitifs italiens, au profit des peintres français de la fin du xixe siècle.

(extrait de Wikipedia)

03:08 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roger fry

Mot

« La poésie n’a jamais le dernier mot ; le premier, toujours » 
(Yánnis Rítsos)

02:54 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yánnis rítsos

Papillon

"Ce que la chenille appelle la fin du monde, le reste du monde l'appelle un papillon"

vendredi, 21 mars 2014

S'ajouter

Paul Valéry"Trouver n'est rien. Le difficile est de s'ajouter ce qu'on trouve."

Paul Valéry

06:23 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul valéry

mardi, 18 mars 2014

Faiblesse

Paul Valéry"La violence marque toujours la faiblesse. Les violents en esprit s'arrêtent toujours aux premiers termes des développements de leurs pensées. Les termes délicats, les résonances fines leur échappent; et l'on sait que dans cet ordre de finesse se dissimulent les indices les plus précieux et les relations les plus profondes."

Paul Valéry, Tel quel

lundi, 17 mars 2014

Le huitième jour

"J'écris parce que j'ai l'impression ou le sentiment que le monde est inachevé, comme si Dieu, qui a créé le monde en six jours et qui s'est reposé le septième, n'avait pas eu le temps de tout faire. Je trouve le monde trop petit, la vie trop courte, le bonheur pas assez bonheur. J'écris pour achever le monde, pour ajouter à la création le huitième jour."

Antonine Maillet