Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 novembre 2022

La main

Mark Littlejohn33.jpg"A la longue, la main qui écrit vient d'un autre corps qui enveloppe et comprend le corps, ses déplacements, sa flexibilité, ses respirations, ses courbures, ses oublis, ses ondes, sa buée d'ondes. La durée, comme un orage, est mise à distance."

Philippe Sollers, Le secret

Photo : Mark Littlejohn

mercredi, 02 novembre 2022

Anthologie de la répartie, suite...

Ff7MgbsXEAgmAAc.jpgÀ la Chambre des Communes, Benjamin Disraeli lance au Premier ministre :

- La moitié du gouvernement est composée de crétins.

- Retirez vos propos !

- D'accord, je retire ce que je viens de dire. La moitié du gouvernement n'est donc pas composée de crétins.

lundi, 31 octobre 2022

Comediante tragediante

FgI1m1jXkAACVWL.jpg« Quand une chose est triste, on trouve ça toujours très bien. Faites quelque chose de gai et on vous tombe sur le dos. »
Auguste Renoir
« Le cinéma français vit de ses comédies et récompense ses drames. »
Coluche

20:34 Publié dans Cinéma, Humeur, humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coluche

vendredi, 28 octobre 2022

Songeons bien à la solitude de Cézanne

929213981.jpg« Songeons bien à la solitude de Cézanne, au vide qu’il y a eu autour de son esprit et de ce cœur soucieux d’attachement quand même ; or il n’a rien trouvé autour de lui, dans le sacrifice complet de soi, que l’ingratitude des choses très hautes, dont la seule façon de vous répondre et de vous récompenser est une voix en vous qui vous crie que, pour être digne d’elles, il faut sans cesse regarder plus loin qu’elles et sans cesse les dépasser. D’autres ont des bustes, des statues : sa grandeur à lui est dans le silence qui n’a cessé de l’entourer ; sa grandeur à lui est de n’avoir ni buste, ni statue, ayant taillé le pays tout entier à sa ressemblance, dressé qu’il était contre ses collines, comme on voit le sculpteur, son maillet d’une main et son ciseau de l’autre, faire tomber le marbre à larges pans. »
Charles-Ferdinand Ramuz

lundi, 24 octobre 2022

Alberto Moravia ; photo de Sophie Bassouls

Alberto Moravia, Sophie Bassouls

Debratna Ghosh

Debratna Ghosh

jeudi, 20 octobre 2022

Le propre du réel

Lacan“Le propre du réel, c'est qu'on ne l'imagine pas.”

Lacan

09:23 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lacan

mardi, 18 octobre 2022

It's a gas, gas, gas !

raymond depardonRaymond Depardon - California 1982

lundi, 17 octobre 2022

Ricardo Mosner

Las manos de Thelonious, 2022, technique mixte sur papier
Ricardo MosnerActuellement dans l'exposition "Música Mosner" à El Mediator, Perpignan. Jusqu'au 18 décembre
Thelonious Monk portrait

jeudi, 13 octobre 2022

Un vagabond de mots dans un voyage de songes

Brassai le pont Neuf.jpg« J’avais été jadis un voyageur insouciant. Je devins un lecteur de grand chemin, toujours aussi rêveur mais un livre à la main. Je lus, adossé à tous les talus d’Europe, à l’orée de vastes forêts. Je lus dans des gares, sur de petits ports, des aires d’autoroute, à l’abri d’une grange, d’un hangar à bateaux où je m’abritais de la pluie et du vent. Le soir je me glissais dans mon duvet et tant que ma page était un peu claire, sous la dernière lumière du jour, je lisais. J’étais redevenu un vagabond, mal rasé, hirsute, un vagabond de mots dans un voyage de songes. »
René Frégni, Minuit dans la ville des songes. Gallimard, 2022.
Photo : Brassaï, Le Pont-Neuf

mercredi, 12 octobre 2022

Minuit dans la ville des songes

minuit-dans-la-ville-des-songes-1.jpgMinuit dans la ville des songes est un très beau livre, d’une grande intensité ; difficile de le lâcher, tant la tension qui le soutient est forte. Quelle vie, quel parcours ! Toutes ces aventures si extraordinaires ont presque l’air ordinaires sous la plume de René Frégni, car son écriture est vive, ferme et persuasive, et qu’elle est vraie, sans fioritures, sans faux semblants, directe, percutante. En le lisant, j’ai retrouvé la force de Kerouac quand je dévorais à 19 ans Sur la route, même si c’est chez Giono que Frégni trouve ses racines, Giono mais aussi Dostoïevski, Camus et Céline.

« Je fais partie de ce peuple anonyme des lecteurs. Chacun de nous est assis dans sa chambre, un livre à la main, et nous voyageons dans un immense train qui n’existe pas. »

19:33 Publié dans littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rené frégni

lundi, 10 octobre 2022

Impératif

2908370699.jpgLe verbe lire ne supporte pas l’impératif. Aversion qu’il partage avec quelques autres: le verbe “aimer”… le verbe “rêver”…

Daniel Pennac

et les traces se transforment

Andreas Heumann.jpg« Le monde et moi-même nous nous rencontrons en esprit, et les traces se transforment. »
Shi Tao (Shih T'ao) 1640-1718?Photo Andreas Heumann

pour quoi

FaXssIYWIAUSk9Q.jpg"Ce pour quoi nous trouvons des paroles, c'est que nous l'avons dépassé"

Nietzsche, Crépuscule des idoles

samedi, 08 octobre 2022

Plus musculaires dans le parler, plus respirés et surprenants

ueyioauz.jpg« Je fréquente les auteurs anciens parce qu’ils ont plus d’oreille que nous, parce qu’ils sont plus musculaires dans le parler, plus respirés et surprenants. Dans Bossuet, dans  Pascal, dans La Fontaine, il y a une vigueur sonore, une respiration, un naturel, une joie immédiate. Je les fréquente plus que jamais aujourd’hui où la somptueuse forêt des langues risque de disparaître d’Europe, remplacée par une végétation rabougrie et passe-partout, un petit parterre uniforme. »

Valère Novarina

vendredi, 07 octobre 2022

Mahdieh Farhadkiaei playing cards

Mahdieh Farhadkiaei

Yvette Depaepe

Yvette Depaepe

Kees Scherer

Kees Scherer 2.png

Travaux des fondations de la Tour Eiffel

310730682_1897651100442680_6713174602090404547_n.jpgPhoto de Pierre Lanith en 1887. A l'arrière-plan, on distingue l’École Militaire

18:52 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Etude de femme, Pierre-Auguste Renoir

pierre-auguste renoir