Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 août 2020

Mantis religiosa

"Georges Souche.jpgPrègadieu, bel prègadieu, de qu'espèras de l'estiu ?" (Max Rouquette)
Photo de Georges Souche
 

lundi, 24 août 2020

Crier dans le désert

EgBtCgOXsAYTlJq.jpg

20:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 22 août 2020

Pourquoi Harpo Marx a-t-il décidé d’être muet à l’écran ?

3027c0b4179218ca763ed8080b54f378.jpgMon premier texte publié, dans L’Autre Journal, le mensuel de Michel Butel, en octobre 1990 ; il s’agissait de répondre à la question : « Pourquoi Harpo Marx a-t-il décidé d’être muet à l’écran ? ».

Ma réponse :

« Harpo Marx a décidé de parler. Avec ses mains, avec son corps, avec ses yeux ; ses yeux surtout, comme des phares. Et son sourire tour à tour entendu, rêveur, complice, cynique… Il fait partie de ces personnages évidents ; il l’est, de toute éternité. De notre enfance d’abord, justement quand le langage n’est pas là ; alors il est de notre côté. Il nous parle, tout de suite ; après, on le reconnaît et tout d’un coup, c’est notre enfance qui s’illumine, qui revit, qui est là enfin. Cette scène quand il déballe de son manteau de père Noël tous les objets de la terre, et même un chien – ce chien qu’on n’a pas eu dans notre enfance. Et cet air faussement ahuri ; plus les autres se prennent au sérieux, plus lui se prend au jeu. Il déstabilise et il gagne toujours, à la fin. Car il est la vie. Il a choisi d’être muet parce qu’il avait tout cela à dire. Sans un mot. En musique. Salut l’harpiste. »

vendredi, 21 août 2020

On ne dit pas Renoir, mais peintre de couleurs !

Renoir

09:40 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir

jeudi, 20 août 2020

Ô bizarre suite d’événements

Eft6OV-XgAE8TkD.jpg" Ô bizarre suite d’événements ! Comment cela m’est-il arrivé ? Pourquoi ces choses et non pas d’autres ? Qui les a fixées sur ma tête ? Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j’en sortirai sans le vouloir, je l’ai jonchée d’autant de fleurs que ma gaieté me l’a permis ; encore je dis ma gaieté, sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce Moi dont je m’occupe : un assemblage informe de parties inconnues ; puis un chétif être imbécile ; un petit animal folâtre ; un jeune homme ardent au plaisir, ayant tous les goûts pour jouir, faisant tous les métiers pour vivre ; maître ici, valet là, selon qu’il plaît à la fortune ! ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux… avec délices ! orateur selon le danger ; poète par délassement ; musicien par occasion ; amoureux par folles bouffées, j’ai tout vu, tout fait, tout usé. "
Figaro, scène 3 de l’acte V du Mariage de Figaro de Beaumarchais

10:18 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beaumarchais

mardi, 18 août 2020

Emotions...

Efn59KYVoAAnq7-.jpg“Les émotions les plus belles sont celles que tu ne sais pas expliquer.”
Charles Baudelaire

11:19 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : baudelaire

mardi, 11 août 2020

Intuition

«©Darusz Klimczack.jpg C’est parce que l’intuition est surhumaine qu’il faut la croire, c’est parce qu’elle est mystérieuse qu’il faut l’écouter, c’est parce qu’elle semble obscure qu’elle est lumineuse. »
Victor Hugo
Photo : Darusz Climczack

Mon corps

117408876_10224064081446932_5278479757270317843_n.jpg« Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé... »
« Fragments d’un discours amoureux » Roland Barthes

dimanche, 09 août 2020

Le Trio Milata : extraits des Carnets de voyage

DSC03889.jpg

Ici : https://www.youtube.com/watch?v=m-syf3-TQFQ

11:31 Publié dans Chanson, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trio milata

samedi, 08 août 2020

Le pays apparut

Baricco Sakamoto.jpg"A ces mots, Athéna dispersa les nuées : le pays apparut."
Odyssée, XIII
Photo : Baricco Sakamoto

vendredi, 07 août 2020

Cela se voit

Jean Giono, Sergio Sberna« Si vous êtes généreux ou cruel, courageux ou lâche, cela se voit dans le style, quelle que soit l’histoire que vous racontez et quel que soit le soin que vous prenez à vous masquer. »
Jean Giono
Photo : Sergio Sberna

jeudi, 06 août 2020

Ce trouble léger

©Teresa R..jpgPeut-être avais-je atteint cet état mystérieux, insondable, ce trouble léger qu’on appelle bonheur. Cet état, cette limite plutôt, qui était ma quête, que j’étais venu chercher ici au bout du monde, que tant d’autres avant moi avaient poursuivi et si peu atteint, cette fêlure dans le réel qui fait oublier la rumeur des jours pour nous plonger transis dans une extase fragile et passagère que l’on cherche à recréer sans cesse sans y parvenir souvent.
Raymond Alcovère, extrait de "Le bonheur est un drôle de serpent", Roman, 2009, éditions Lucie
Photo : Teresa R.

mardi, 04 août 2020

Voilà !

EeUgUuiXgAAFRI_.jpg

19:01 Publié dans Humeur, humour | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 03 août 2020

Tout a été dit

EeZSB1_WsAAMTZZ.jpg

20:36 Publié dans Humeur, humour | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 28 juillet 2020

Une symphonie du nouveau monde

l'aube a un goût de cerise, hengki  koentjoroLa sirène du steamer mugit. La fumée s’échappe à gros bouillons et rejoint les nuages, effacées leurs traces. Le sillon se dévide dans une infinie lenteur. L’horizon s’enflamme de jets saccadés, monstrueux, barbaresques. Le ciel est une lutte, un amas de lances, un combat fratricide. Ainsi le ciel. De grandes orgues joufflues gonflées de nuit. Une symphonie du nouveau monde.
Raymond Alcovère, extrait de "L'aube a un goût de cerise", N&B éditions, 2010
Photo : Hengki Koentjoro

dimanche, 26 juillet 2020

Bourvil

Bourvil

20:16 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bourvil

Felix Vallotton, Ciel de tempête, 1916

Ed3T8vlXgAEZB67.jpg

20:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : félix vallotton

samedi, 25 juillet 2020

Sans avoir jamais existé

henri heine« La vie et le monde sont le songe d'un dieu ivre qui s'échappe furtivement du banquet divin et s'en va dormir sur une étoile solitaire, ignorant qu'il crée ce qu'il songe... Et les images du songe se présentent tantôt dans une extravagance bigarrée, tantôt harmonieuses et raisonnables... L'Iliade, Platon, la bataille de Marathon, la Vénus de Médicis, le Munster de Strasbourg, la Révolution française, Hegel, les bateaux à vapeur, sont des pensées issues de ce long rêve. Mais un jour, le dieu se réveillera en frottant ses yeux bouffis, il sourira et notre monde s'enfoncera dans le néant sans avoir jamais existé... »
Henri Heine, Tableaux de voyage.

12:20 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : henri heine

mercredi, 22 juillet 2020

Miroir

Rainer Czerwonka.jpg« Ne te fais pas le propriétaire des dénominations, ne sois pas un magasin à calculs ; ne te comporte pas comme un préposé aux affaires ou un maître de sagesse. Sache aller jusqu'au terme de l’illimité et vagabonder dans l’invisible. Tire parti de ce que tu as reçu du Ciel sans en chercher avantage. Contente-toi d’être vide. L’esprit de l’homme parfait est un miroir. Un miroir ne reconduit ni n’accueille personne ; il renvoie une image sans la garder. C’est ainsi qu’il domine les êtres sans les blesser. »
Zhuangzi
Photo : Rainer Czerwonka

Voici les temps des trajets par train depuis Paris en 1882

Edb11bxWsAUn13R.jpg

10:17 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : train