mardi, 22 juillet 2014

C’est dimanche, au bord de la mer

turner.jpgC’est dimanche, au bord de la mer. Le vent souffle en bourrasques, les promeneurs ont rebroussé chemin. Luminosité coupante. Il y a de la magie dans l’atmosphère, univers en suspens, près de basculer. Phénomène rarissime, on aperçoit le Canigou et la chaîne des Pyrénées en surimpression sur l’horizon. On tient à peine debout. Contre la violence des éléments, ils marchent. Puis ils s’arrêtent, seuls au milieu de l’espace.

Soudain Léonore le prend dans ses bras, l’embrasse à le dévorer. Ils sont serrés. Le vent hurle, soulève le sable. Elle crie : « dis-moi que tu m’aimes, que tu m’aimeras toujours ». Il l’embrasse en pleurs et crie à son tour : « je te le jure ». La tempête est effroyable. Ils tombent par terre, incapables de se détacher. Gaétan est sûr que, s’ils le faisaient à cet instant, ce serait à jamais. Emportés par un souffle qui vient du dedans, accrochés l’un à l’autre avec l’énergie du désespoir.

Le sable leur fouette le visage, s’insinue mais ils ne le sentent pas ou bien cette douleur est encore du plaisir. Au bout d’un temps, le vent a creusé un abri autour. Ils restent immobiles, puis la tension tant en eux qu’à l’extérieur s’apaise. Ils se lèvent sans dire un mot. Bientôt avec l’accalmie, ils ne seront plus seuls. Ils s’en vont, avec la sensation d’avoir été au bout du voyage, d’en être sortis vainqueurs. Silencieux, envahis par un bien-être profond.


Raymond Alcovère, extrait de "Le Sourire de Cézanne", roman, 2007 éditions N&B

Turner

dimanche, 20 juillet 2014

Jean-Jacques Marimbert ouvre son blog

jjm.jpgAu jour la nuit

Ici

Photo de Jean-Jacques Marimbert

vendredi, 18 juillet 2014

Te souviens-tu ?

Andrea Mantegna (1431-1506), plafond du palais ducal de Mantoue.jpg"Te souviens-tu, chère amie, quand nous étions dans cette triste chambre où on montait par ce vilain escalier, où il faisait si froid, où nous étions contents de nous, c'est qu'il existe un soi qui, lorsqu'on sait le respecter, est indépendant, inattaquable, et qu'il a encore un aplomb dans les orages, dans les tremblements de terre. Eh bien, en vérité, ce n'est chez moi que de l'instinct, dont ton aimable intérêt me fait raisonner avec toi, toi toute seule..."

Vivant Denon à Bettine, 1814

Andrea Mantegna (1431-1506), plafond du palais ducal de Mantoue 

02:07 Publié dans amour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les coordonnées se redistribuent

Lautréamont« Tout au long du XXe siècle, des écrivains ont mis leurs phrases à l’épreuve des Chants et des Poésies : Jarry, Tzara, Aragon et Breton, Ponge, Sollers, Debord. A chaque fois se produit un renversement des perspectives, une avant-garde naît, les coordonnées se redistribuent. »

Yannick Haenel 

Au temps de la marine à voile, aucun capitaine n’aurait eu l’idée d’appareiller un vendredi 13

Costa ConcordiaAu temps de la marine à voile, aucun capitaine n’aurait eu l’idée d’appareiller un vendredi 13, mais nous sommes en 2012, et ces vieilles superstitions sont dépassées. On commémore cette année-là le centenaire du naufrage du Titanic, mais ça aussi c’est le hasard. 
Pourtant, ce vendredi 13 janvier 2012, au moment où le paquebot Costa Concordia quitte le port de Civitavecchia, comme le Titanic en son temps, il accumule les superlatifs et les chiffres vertigineux. Un des plus grands bateaux de croisière d’Europe, surnommé « le temple du luxe et du divertissement ». Haut de treize étages, il emporte 4 252 passagers. 1 500 cabines, quatre piscines, cinq restaurants, treize bars et un centre thermal parmi les plus fastueux au monde, un casino, un atrium de huit ou neuf étages, de quoi donner le vertige…
Et puis, nous sommes bien loin de l’Atlantique nord, pas d’iceberg en vue en Méditerranée occidentale, de plus le paquebot suivra le plus souvent les côtes. Sept escales en sept jours, départ de Civitavecchia en Italie pour atteindre Savona, puis ce seront Marseille, Barcelone, Palma de Majorque, Cagliari, Palerme et retour.
Il a fière allure ce Concordia et il est presque neuf, baptisé en 2006. La cérémonie, il est vrai, avait été marquée par un incident : la bouteille de champagne, lancée par la top-modèle Eva Herzigova, ne s’est pas brisée, un signe de mauvais sort pour les marins mais bien vite oublié. 
Raymond Alcovère, "Tragique vendredi 13", début du texte extrait de "Histoires vraies en mer Méditerranée"

http://www.papillon-rouge.com/

jeudi, 17 juillet 2014

Visionnaire !

Décidément : il était visionnaire !
"Conseils: Ne respirez pas sans avoir, au préalable, fait bouillir votre air."
(Erik Satie)

mardi, 15 juillet 2014

Bête !

1797497_593671524048236_2030507473_n.jpgL'ennemi est bête : Il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui !

Pierre Desproges

lundi, 14 juillet 2014

#Minuit

Giorgio de Chirico - Piazza (Souvenir d'Italie) 1925.jpgMinuit vint

Minuit disparut

Minuit dix parut

Minuit vingt.

André de Richaud

Giorgio de Chirico - Piazza (Souvenir d'Italie) 1925

Penser ?

autos2.jpg« La plupart des penseurs écrivent mal parce qu’ils ne nous communiquent pas seulement leurs pensées, mais aussi le penser de leurs pensées » Nietzsche.  Humain trop humain.

20:46 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 13 juillet 2014

Suspension

vertigo.jpg« La lâcheté est presque toujours due à la simple incapacité de suspendre l’activité de son imagination. »
Ernest Hemingway ]
 

Dimanche

Je sais pourquoi je déteste le dimanche : c'est parce que des gens occupés à rien, se permettent d'être oisifs comme moi.
(Jules Renard, Journal, 29 juin 1895)

11:23 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jules renard

Vivere

" Je ne veux surtout pas laisser cela se figer, se pétrifier en doctrine. Je veux le vivre."

Rainer Maria Rilke, Journaux de jeunesse

samedi, 12 juillet 2014

Roi-Soleil

"Quand le Roi-Soleil s'est couché, c'en fut fait de la grandeur de la France"

Ramon Gomez de la Serna

13:55 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (0)

La bête, nouvelle illustrée par Claude-Henri Bartoli

042088-claude-henri-bartoli-errances-chamaniques.jpgLa bête, nouvelle illustrée par Claude-Henri Bartoli

A lire ici

Ici : Claude-Henri Bartoli, Errances chamaniques

vendredi, 11 juillet 2014

Mazarin

17 REMBRANDT DIE HEILIGE FAMILIE C.jpg"On raconte que le cardinal Mazarin mourant, le flambeau à la main, en larmes, se fit porter en chaise à porteur parmi ces cinq cent quarante-six peintures suspendues sur les murs de son palais de la rue de Richelieu."

Pascal Quignard

Rembrandt

jeudi, 10 juillet 2014

Art de la guerre

code barre.jpg"Quelques critiques que puissent être la situation et les circonstances où vous vous trouvez, ne désespérez de rien ; c'est dans les occasions où tout est à craindre qu'il ne faut rien craindre ; c'est lorsqu'on est environné de tous les dangers qu'il n'en faut redouter aucun ; c'est lorsqu'on est sans aucune ressource qu'il faut compter sur toutes ; c'est lorsqu'on est surpris qu'il faut surprendre l'ennemi lui-même "

SUN TZU, L'Art de la Guerre

Lapin

Buster-Keaton-in-Go-West.jpg"Être "de quelque chose", ça pose un homme, comme être "de Garenne", ça pose un lapin."

Alphonse Allais

mercredi, 09 juillet 2014

Twitter

Vous pouvez aussi me retrouver ici :
https://twitter.com/RaymondAlcovere

23:48 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : twitter

Magie

"L'art c'est la magie libérée du mensonge d'être vérité."

Adorno

Une île

île.jpg« Nous accueillons facilement la réalité, peut-être parce que nous soupçonnons que rien n'est réel. » Borges