Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 juillet 2010

Un projet fou de Frédérique Azaïs-Ferri

Artiste peintre professionnelle je me suis lancée depuis un an déjà dans la création de petites peintures miniatures sur bois de 5x5cm. De thème abstrait en général  ces « Fragments d’Histoires » sont aussi réalisés à partir de thèmes aussi variés que les écrivains, les instruments de musique, les bateaux etc….
A ce jour j’ai peint plus de 5000 Fragments, souvent exposés.

Mon projet aujourd’hui est de pouvoir exposer sur une seule ligne 1kilomètre de Fragments d’Histoires, ce qui, avec un espace de 1 cm entre chaque œuvre, donne un total de 16 660 Fragments ou 20 000 s’il n’y a pas d’espace.
Je souhaite également pouvoir trouver une ville qui aurait un mur d’enceinte de cette longueur, les berges d’un canal, les murs d’une usine etc…. où pouvoir exposer cette œuvre. L’idée est de faire participer les habitants de cette ville pour terminer les derniers deux cents mètres ensemble, à l’occasion d’une sorte de marathon peinture de 24 heures par exemple.
La collecte vise à financer l’achat des petits morceaux de bois et ensuite l’installation de ceux-ci
(ce qui n’est pas chose aisée !!! j’en ai déjà exposé 2000 et cela avait nécessité un énorme travail).

Contact ici

 

lundi, 07 juin 2010

Réaliser des sensations

arton29.jpg« Peindre d’après nature, ce n’est pas copier l’objectif, c’est réaliser des sensations» : Cézanne.

13:11 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cezanne

mardi, 04 mai 2010

Les femmes chez Watteau

Watteau_cousines_m.jpgQuelle allure ! comme celle-ci dans "Les deux cousines"

00:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : watteau

samedi, 01 mai 2010

L'Oeil de Monet

101-monet-falaisespourvillerain.jpg"Monet, ce n'est qu'on oeil, mais quel oeil !" disait Cézanne

Ici "Les Falaises de Pourville sous la pluie"

00:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monet

lundi, 12 avril 2010

Jean Renoir dessinant

_renoir_jean_renoir_dessinant_1901_m.jpgCinquante ans plus tard, le modèle se souvient des conditions précises dans lesquelles ce portrait a été fait : « J'avais exactement sept ans quand le portrait a été peint. Comme je ne pouvais pas aller à l'école parce que j'avais la grippe, mon père en profita pour me prendre comme modèle. Pour que je reste tranquille, il suggéra qu'on me donne un crayon et une feuille de papier ; il me convainquit de dessiner des animaux pendant que lui dessinait mon portrait » (Jean Renoir à John Roberts en 1952, lettre conservée au Virginia Museum of Fine Arts de Richmond).

Pierre-Auguste Renoir, Jean Renoir dessinant (1901)

samedi, 27 mars 2010

Quand le style français atteint cette pointe du concert

paintings-by-edouard-manet-2.jpgJ’ai vu ce matin, dans des circonstances particulières, le portrait que Manet a fait de Berthe Morisot en 1872. Il a alors 40 ans, elle 31. C’est un tableau bouleversant de vivacité, de curiosité, d’amour. Une victoire de la Commune de Paris, en noir positif. Berthe est la belle-sœur de Manet, mais surtout sa belle sœur. Dans le bouquet de violettes du corsage s’affirme la victoire sur la mort (Morisot). Le sourire de la mort. Manet avait été très déprimé, l’année précédente, par les massacres de la Semaine sanglante.

Dans violette, il y a viol, voile, voilette, violet (« le rayon violet de ses yeux », l’« Oméga » de Rimbaud), bien que les yeux, ou plutôt le regard aigu, de Berthe Morisot soient de couleur noisette. Il y a aussi viole, l’instrument de musique. Dans un petit tableau magistral, Manet peint, côte à côte, un billet écrit, un bouquet de violettes et un éventail. Bleu, blanc, rouge. On lit Mlle Berthe, et sa signature. On peut difficilement faire plus explicite comme déclaration de délicatesse érotique violente.

Rimbaud : « l’élégance, la science, la violence ».

Quand le style français atteint cette pointe du concert (Watteau, Fragonard, Manet), c’est exécuté avec presque rien.

Voilà ce que Bataille appelle l’indifférence active de Manet. Un détachement vibrant.

Magie de ces deux vers de Rimbaud :

Mais l’araignée de la haie

Ne mange que des violettes.

Ce Manet est un des plus beaux portraits du monde. Il illumine ma journée.

Sollers, L’Année du Tigre

A lire ici dans "Ironie" d'autres contributions sur Manet

00:10 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manet

jeudi, 25 mars 2010

Tous les sens à la fois

451_388_veronese-bethsabee.jpg"Il est incontestable que si Venise, comme toute école italienne, respecte la forme et même en a le sens, elle n'aspire qu'à épanouir tout ce que la forme réprime ou combat. (...) Au lieu de satisfaire la pensée et ses règles sévères, l'art que conçoit Venise plaira à la sensibilité et s'abandonnera à elle. Il sera sensoriel, il sera sensuel, il sera sensible. (...) Représenter la réalité par l'équivalence des formes définies et nettes, qui parlent à l'esprit et qui sont un acte de compréhension, c'était l'ambition de la Renaissance. La représenter par le rendu des apparences telles qu'elles sont perçues directement par les sens, c'est adopter une attitude inverse, une soumission physique à la donnée. (...) L'école vénitienne préféra définitivement à la forme la couleur, qui enchante les sens ; au rendu exact des matières réelles, elle préféra le déploiement des richesses propres à la peinture elle-même. Au pittoresque elle ajouta le pictural ; elle fut la première à créer un art jouant des impressions bien plus que des règles savantes. Enfin, la beauté qu'elle poursuivit ne fut plus une conception de l'esprit, mais un enchantement du regard ; elle naît de la volupté d'une chair plutôt que de l'exacte harmonie d'un corps et de ses proportions. (...) Art sensuel donc, mais encore plus sensible : car le choc physique n'est que le début d'un ébranlement délicieux qui s'achèvera dans l'âme ; toute sensation se mue en émotion et toute émotion contribue à un état intérieur. (...) Cette résonance nouvelle, les successeurs immédiats des grands maîtres vénitiens de la Renaissance l'ont déjà perçue : la preuve en est la façon dont Rubens, par exemple, parle de Titien "avec qui la peinture a trouvé son parfum". Ce que Rubens nomme parfum, c'est ce que Delacroix ou Van Gogh appellent musique : la possibilité pour l'art de n'être plus une satisfaction du goût et de l'esprit par la clarté et l'harmonie des formes, mais une puissance suggestive par laquelle se communiquent à la fois l'immatériel et l'indicible".
René Huyghe, L'Art et l'âme
Véronèse (Paolo Caliari, dit)
[Vérone, 1528 - Venise, 1588]
Bethsabée au bain

vendredi, 26 février 2010

On dirait un Cézanne

san_rocco_tintoret_trois_pommes.jpg« On a découvert en 1905 à la Scuola di San Rocco un morceau de frise du Tintoret qui, repliée contre le mur lors de la mise en place, parce qu’il dépassait la mesure, a conservé toute sa fraîcheur de coloris. Ce sont des pommes peintes en vert pâle et rouge vif sur un fond de feuilles vert véronèse. Tout y est couleur. On dirait un Cézanne. » (Maurice Denis).

00:10 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tintoret, cézanne

dimanche, 21 février 2010

Entre ces deux Danae de Titien

titien_danae_naples1_1257692624.jpgtitien_danae_prado1_1257692638.jpgDix ans ; la première (1544/1546) vient de Naples, et l'autre (1553/1554) du Prado.

00:13 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : titien, danae

lundi, 15 février 2010

François Plazy, peintre

leaudici_72.gifVous pouvez découvrir ici le peintre arlésien François Plazy.

A partir du 17 février jusqu'au 21 mars, il expose avec Frank Imperato  à l'espace Van-Gogh à Arles : l'exposition s'appelle Ricochets , une histoire à deux voix et quatre mains, en recherche permanente de jeu et de joie.  (plus d'infos sur son site)

Vernissage le vendredi 19 février à partir de 17h30 .

00:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : françois plazy

samedi, 06 février 2010

Encre de Kin

JE2-1 - Copie.jpgLe grand Bona Mangangu est de retour sur la toile (normal pour un peintre !). Son site s'appelle "Encre de Kin". Ici une des ses encres sur papier que vous pourrez découvrir sur son site. Bonne visite...

mardi, 19 janvier 2010

Un peintre qui sait sa grammaire

cezanne_bay-estaque.jpg« Les mots, les couleurs ont un sens. Un peintre qui sait sa grammaire et qui pousse sa phrase à l’excès, sans la rompre, qui la calque sur ce qu’il voit, qu’il le veuille ou non traduit sur sa toile ce que le cerveau le mieux informé de son temps a conçu et est en train de concevoir. »

Paul Cézanne

00:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cézanne

lundi, 04 janvier 2010

Une logique colorée

« Il y a une logique colorée, parbleu. Le peintre ne doit obéissance qu’à elle. »

Cézanne

22:34 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cézanne

samedi, 19 décembre 2009

La Tempête

809.jpg

"Laissez passer les touristes, restez simplement là, devant ce tableau, oubliez tout. Il a lieu maintenant, pour vous, pour vous seul. Il vous parle du temps par-dessus le temps, comme Venise le fait constamment. C’est sa vocation, sa grandeur, son calme.
J’écoute, je commence à voir. A droite, une femme aux trois quarts nue, un boléro blanc sur les épaules, assise sur un drap froissé en pleine nature, allaite un enfant avec son sein gauche (on ne voit pas le droit). Elle vous regarde. Elle en a vu d’autres, elle en verra d’autres. Vous êtes obligé d’être cet enfant. La femme est très belle, jeune, éternelle, cheveux blond vénitien, rassemblée sur elle-même malgré ses cuisses écartées, très attentive, protectrice, un peu inquiète. A gauche, sur une autre scène, séparé de la femme à l’enfant par une rivière en ravin, un homme désinvolte et jeune, veste rouge, tenant un bâton plus grand que lui, tourne la tête vers le petit théâtre de l’allaitement. Est-ce un père? Un fils? Un passant? Il a l’air très content, détaché, il pose. Il se souvient, aussi. Ce bébé, c’était lui dans une autre vie. Ou bien ce sera lui, et puis lui encore.
Où cela a-t-il lieu? Aux environs d’une ville que l’on voit se dresser dans le fond, au-delà d’un petit pont de bois qui fait communiquer les deux rives. Une ville sous l’orage dans un ciel gris-bleu. Un éclair déchire le fond de la toile et accentue la brisure entre la femme à l’enfant et l’homme contemplatif. Sur terre, une rivière les sépare, ils ne sont pas dans le même temps. Dans l’air, une zébrure et une fulgurance comme rentrée (vous voyez l’éclair, vous ne l’entendez pas encore) font apparaître le spectre des palais et des tours. Au premier plan, les humains mortels. Dans les coulisses, Dieu ou les dieux. Destin, hasard, saisons, nature. L’éclair est un serpent qui révèle les éternités différentes de la femme et de l’homme. Vous ne le savez pas au point où la couleur le dit.

Ce tableau est une étoile, un aimant. Je le vois d’ici, à Paris, par-delà le bruit et la fureur de l’histoire. Il fait le vide, il est évident. Il est d’un temps nouveau: le plus-que-présent permanent. J’aimerais le voler, le garder pour moi, dormir près de lui, être le seul à le voir matin et soir. Je voudrais survivre en lui, me dissoudre en lui, haute magie, alchimie. Je devine le passage secret qui l’a rendu possible"

Philippe Sollers

Giorgione

mardi, 08 décembre 2009

En dégager la religion

paul_cezanne_-_l_estaque_aux_toits_rouges_1885_grand.jpg« Quand je songe à ces premiers hommes qui ont gravé leurs rêves de chasse sous la voûte d’une caverne ou à ces bons chrétiens qui ont peint leur paradis à fresque sur la paroi des cimetières, qui se sont fait, qui se sont tout fait, leur métier, leur âme, leur impression. [Je voudrais] être ainsi devant un paysage. En dégager la religion... »

Cézanne à Joachim Gasquet

Paul Cézanne, L'Estaque aux toits rouges

13:22 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul cézanne

lundi, 07 décembre 2009

L'impressionnisme était né

pierre-auguste-renoir-la-baigneuse-endormie_1226154479.jpg"Un matin, l'un de de nous manquant de noir, se servit de bleu : l'impressionnisme était né."
Pierre-Auguste Renoir

Pierre-Auguste Renoir, La Baigneuse endormie

mardi, 01 décembre 2009

Un des sommets de l'oeuvre de Cézanne : Le Lac d'Annecy

cezanne.jpg1896

lundi, 02 novembre 2009

Tango negro

!cid_954F18EF-2CED-43E4-B70B-1442B0297333.jpgL’association Tango Negro vous invite le 10 novembre pour l’inauguration de son siège 71 rue de Rochechouart à partir de 18h

Exposition

Alterio Bali Bonomo Caceres Massano Marcos Momo Mosner Riveiro Rofman Zadan

(Ici une oeuvre de Ricardo Mosner)

vendredi, 30 octobre 2009

Jacki Maréchal à Lyon

A864.JPGà l'occasion du 111 des Arts 2009 au
Grand Dôme de l'Hôtel-Dieu

du 11 au 22 novembre 09 Vous pourrez y voir un dizaine de ses tableaux de la série "Les familles Françaises

Ici, son site

00:15 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : jacki maréchal

jeudi, 29 octobre 2009

L'Alphabet de Frédérique Azaïs-Ferri

IMG_9891.jpgIMG_9890.jpgIMG_9889.jpg

Parmi les dernières créations de Frédérique Azaïs-Ferri, voici des extraits de son alphabet. Frédérique sera présente au Baloard le 12 novembre pour le lancement de mon roman.

Voir ici son site

Frédérique Azaïs-Ferri expose actuellement dans l'Aude sa dernière série sur bois : "Les Intemporelles" à l'Ostal Cazes, Tuilerie Saint-Joseph, La Livinière, 04 68 91 47 79

http://www.lostalcazes.fr/