Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 juillet 2006

La liberté de dire et d'écrire ce que nous pensons

"La liberté de dire et d'écrire ce que nous pensons est une faveur trop précieuse pour ne pas provoquer la jalousie du destin" : Alina Reyes note cette phrase de Julien Green dans son Journal, une de ces phrases - et ça a été le cas pour elle - qui relancent l'écriture d'un texte, comme la clé magique qu'on attendait au bon moment pour continuer d'avancer. Celle-ci est parfaite justement, forte, énigmatique, elle ouvre des espaces, donne envie de lutter justement, de plonger dans ce mouvement d'adhésion et de combat simultané qu'est l'écriture.

dimanche, 16 juillet 2006

Aucune métaphore plus appropriée...

medium_fragonard-abbe.jpg« Aucune métaphore plus appropriée n’ayant été trouvée pour traduire certaines nuances d’ordre émotionnel, j’affirme que les dieux existent ! » : Ezra Pound.

Jean-Honoré Fragonard, portrait de l'abbé de Saint-Non

lundi, 10 juillet 2006

Par cet impossible que la vérité touche au réel

« Je dis toujours la vérité, pas toute parce que, toute la dire, on n’y arrive pas, c’est impossible, ce sont les mots qui y manquent, c’est même par cet impossible que la vérité touche au réel. »

Lacan

13:54 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Lacan, vérité

Sots

"La gravité est le plaisir des sots" : Alexandre Vialatte

 

jeudi, 06 juillet 2006

Une île

"Une île est comme un doigt posé sur une bouche invisible et l'on sait depuis Ulysse que le temps n'y passe pas comme ailleurs" : Nicolas Bouvier

jeudi, 29 juin 2006

Du général au particulier

"Cézanne dira, là-dessus, quelque chose de lumineux : les mauvais peintres voient l'arbre, le visage, le chien, mais pas cet arbre, ce visage, ce chien. Ils ne voient rien. Les lois passent parfois plus rapidement que les phénomènes. Cet arbre n'est pas "un arbre". C'est celui-là. En ce moment."

Philippe Sollers, Le cavalier du Louvre.

 

mercredi, 28 juin 2006

Impossible d'entrevoir le terme du voyage

Nous enfilions la grande route du sentiment, et la reprenions de si haut, qu'il était impossible d'entrevoir le terme du voyage.

Vivant Denon, Point de lendemain, 1812

dimanche, 18 juin 2006

Bataille vivant

A voir et à entendre ici, sur le site remarquable de Stephane Zagdanski"Bataille vivant", une video qui peut être une bonne introduction à l'oeuvre de cet immense écrivain.

mercredi, 07 juin 2006

Le caractère d’un homme fait son destin

Cette citation célèbre de Démocrite m'est venue à l'esprit en lisant l'excellente interview de Duong Thu Huong sur le site de Calou

samedi, 06 mai 2006

Clin d'oeil

Freud est né le 6 mai 1856. Je repense souvent à cette anecdote citée par Philippe Sollers dans un de ses livres. Le jeune Freud assiste à la Salpêtrière aux cours de Charcot ; celui-ci lui glisse à l'oreille : "chez les hystériques, c'est toujours la chose sexuelle qui est en jeu". Réflexion de Freud : Oui mais alors, pourquoi n'avoir rien dit !

dimanche, 30 avril 2006

Que l'on nomme caractère

"Il faut croire solidement à la vérité supérieure des principes éprouvés et ne pas oublier que, dans leur vivacité, les impressions momentanées détiennent une vérité d'un caractère inférieur. Grâce à cette prérogative que nous accordons dans les cas douteux à nos convictions antérieures, grâce à la fermeté à laquelle nous nous y tenons, notre action acquiert cette stabilité et cette continuité que l'on nomme caractère."

Clausewitz

 

jeudi, 27 avril 2006

Autant d'esprits qu'il y a d'animaux dans la mer

L'homme abrite autant d'esprits qu'il y a d'animaux dans la mer - ils luttent les uns contre les autres pour l'esprit "moi" ; ils l'aiment, ils souhaitent qu'il s'installe sur leur dos, ils se haïssent au nom de cet amour."

Nietzsche

mercredi, 26 avril 2006

L'acte de voir

medium_cezanne-mt-st-victoire-vue-des-lauves-1902-06.3.jpgL'acte de voir ne se détermine pas à partir de l'oeil mais à partir d'une éclaircie de l'être

Heidegger

Cézanne, La montagne Sainte-Victoire vue des Lauves (19021906)

mardi, 25 avril 2006

Pour les dévoiler sans qu'ils s'en doutent

"De la même manière, vous ne parviendrez pas à faire admettre à des subjectivités de plus en plus façonnées par le modèle de la communication répétitive et instantanée, que la langue qu'ils habitent vient de plus loin qu'eux et les traverse physiquement pour les dévoiler sans qu'ils s'en doutent. C'est ainsi que, logiquement, concept a pu devenir un terme de publicité."

Philippe Sollers, le paradis de Cézanne.

jeudi, 20 avril 2006

Les bébés

Dans les bons moments, je suis son bébé, sa poupée, son petit lion, son petit philosophe, son nounours, ou toute autre chose dans ce genre. Les femmes n’aiment ni les hommes ni les femmes mais les bébés : il faut leur offrir ce qu’elles aiment.

Philippe Sollers

samedi, 08 avril 2006

C'est faux

"C'est faux de dire : Je pense : on devrait dire : On me pense."

Rimbaud, première lettre du Voyant, 13 mai 1871

mardi, 28 février 2006

Secret

« Si vous ne voulez pas qu’une décision soit connue, ne la prenez pas ! »

François Mitterrand

vendredi, 17 février 2006

Ah ! Voyez comme les humains mettent les dieux en cause !

medium_sacred_v.jpgAh ! Voyez comme les humains mettent les dieux en cause !
C'est de nous que viendraient tous leurs malheurs.
Quand ce sont eux qui aggravent leur sort du fait de leur propre sottise.
Homère - l'Odyssée

Titien, L'amour sacré et l'amour profane (détail)

samedi, 04 février 2006

Dionysos et le Crucifié-Ressuscité en parfait accord

medium_monet_1908_vues_de_venise_jpg.jpg"Chaque homme qui se ferme au divin est par lui bientôt consumé dans la destruction" écrit Philippe Sollers dans "La mutation du divin" (in revue L'infini n° 93, hiver 2005). Quelle est donc cette conception du divin qui en irrite beaucoup ? Cela passe par Venise nous dit Sollers, de son vrai nom : Sérénissime : "Ce terme n'est pas tombé là par hasard. Au féminin, bien sûr. Venise, la plus dangereuse des villes... Qui sait voir, sous son masque, Dionysos et le Crucifié-Ressuscité en parfait accord ?"

Claude Monet, 1908

mercredi, 01 février 2006

Ce fameux point de l’attention

 medium_delaunay-sonia-rythme-couleur.jpgAinsi - me disais-je - c’est à un des moments les plus désolés de ma vie que j’aurai trouvé le hasard et la force d’exprimer, mais non : de capter ou d’entrevoir ce fameux point de l’attention où tout est décidément interchangeable. ’La pensée défilait devant moi ; ma propre personne et ’moi’ capable non seulement de voir tout cela dans une sorte de lumineuse absence, mais de le soupeser, de le juger, d’en rire... Et, dans ce détachement passionné, l’absurdité, enfin, devenait merveilleux : une réalité merveilleusement absurde.

Philippe Sollers, Une curieuse solitude
Sonia Delaunay