Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 juillet 2008

Le Voyageur au-dessus de la mer de nuages

couverture.jpgLe Voyageur au-dessus de la mer de nuages de Françoise Renaud, a obtenu le Prix 2008 du Manuscrit Régional VALLEELIVRES Cévennes.

Extrait : 

Le deuxième trimestre était largement entamé quand je revis par hasard Virginia au bar de Jacquelin.

Elle paraissait changée, son visage amaigri, sa peau ternie. Dans l'instant où elle avait franchi le seuil du bar, j'avais cru qu'elle me cherchait des yeux, raison pour laquelle j'avais levé le bras pour lui faire signe. Lentement elle avait marché vers moi, alors j'avais vu combien elle était changée.

Je rentrais d'une excursion à l'île de Groix avec mes camarades de maîtrise, aussi j’entrepris de lui raconter la pointe des Chats, les litages fins et plissés des schistes étonnamment bleus. Bleus à cause du glaucophane. Oui, le glaucophane : un minéral abyssal qui donnait idée de ce qui arrivait quand l'écorce terrestre rencontrait le plancher océanique, un minéral engendré sous de très hautes pressions qui témoignait de chevauchements anciens. J'assurais que sa couleur était inimitable, proche de l'indigo des robes de désert, proche des lavandes du plein été. À la fois marin et végétal. Elle n'avait jamais entendu ce nom-là. Pour conclure elle affirma que je ne manquais pas de talent pour conter les histoires.

En vérité j'étais fou, fou d'avoir découvert les roches à glaucophane et fou de la revoir, persuadé que le premier événement avait suscité l'autre.

Souvent j’avais guetté sa silhouette au sein de la marée d'étudiants qui franchissait le seuil du restaurant, mais jamais ne l'avais aperçue. Chaque fois j’avais refoulé ma déception. Et maintenant j'avais envie de le lui avouer quand, brusquement, elle proposa de sortir dans le parc. L'air lui manquait.

La pluie était tombée une bonne partie de la matinée et les végétaux dégageaient encore des odeurs de tempête. Tout de même, on sentait que le vent du nord était en train de rentrer, que le ciel lentement s'abandonnait à ses courants indécis.

Nous nous assîmes sur un muret à proximité de la bibliothèque.

Les gouttes géantes suspendues aux branches d'arbre au-dessus de nos têtes tremblaient. Parfois chutaient dans nos cheveux.

Quel prix accorder à ces secondes où nous avions les yeux posés sur le même ciel ? Il était plombé comme après un naufrage, pourtant la clarté grandissait à mesure que le vent se précisait, nimbait nos corps et nos visages d’un halo blanc. Tout le reste de la vie aurait pu se dérouler à l'aune de cette clarté, du moins en avoir la saveur : moi assis près d'elle à frôler sa manche, le vent en train de naître, l’imperceptible frémissement du monde après la pluie.

Peut-être que c'était ça le bonheur.

mardi, 08 juillet 2008

Pour le livre

IMG_8535.jpgDes amendements proposés par des députés de la majorité parlementaire lors de l’examen du projet de loi de modernisation de l’économie ont ouvert un large débat sur la loi du 10 août 1981 relative au prix du livre, dite « loi Lang ».

Les professionnels du livre, auteurs, traducteurs, éditeurs et libraires, rejoints par les bibliothécaires et de nombreux acteurs du livre en régions, ont expliqué d’une même voix que ces amendements remettaient en cause la loi de 1981 et menaçaient les équilibres du marché du livre, ainsi que la diversité de la création et de l’édition françaises. Leur mobilisation a été relayée par des membres du gouvernement. Madame Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, a souligné combien cette loi restait un outil indispensable pour protéger la littérature. Madame Christine Lagarde, ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, quant à elle, a indiqué ne vouloir changer ni la politique du livre ni le système législatif actuel.

Les acteurs du livre sont néanmoins inquiets car beaucoup d’idées fausses sont colportées sur la loi par quelques multinationales du commerce culturel. Le lobbying qu’elles exercent auprès des parlementaires est à l’origine de ces amendements. Il vise à déréguler le marché du livre afin d’imposer un modèle commercial basé sur une volonté d’hégémonie et une stratégie purement financière. Derrière leurs arguments démagogiques mêlant modernité, défense du pouvoir d’achat et même écologie se cache un combat contre la création, la diversité, la concurrence et l’accès du plus grand nombre au livre.

Voir ce site ici

Peinture de Frédérique Azaïs-Ferri

mercredi, 21 mai 2008

Mai 68, Les Echos du Languedoc (sortie dans quelques jours...)

607383548.jpgMai 68, à Carcassonne, Montpellier, Oran, Paris, et bien plus loin… Un vent de révolte et de liberté agite le monde. En France, étudiants et ouvriers occupent usines et facultés. Dans la rue, ils se retrouvent pour défier un pouvoir et une société figés. Une enfant de dix ans, son grand frère en route pour l'Asie, un commerçant montpelliérain, un photographe amoureux, un militant d'extrême droite, un étudiant guinéen, une journaliste stagiaire, une jeune Oranaise, une étudiante allemande, un peintre à l'explosif, un alchimiste... Destins croisés, qui s'enlacent ou se heurtent au fil de quinze nouvelles tissées par des auteurs du Languedoc-Roussillon.


LES AUTEURS :

Quinze auteurs pour une joute littéraire sur le thème : mai 68 à partir du Languedoc, et pour laquelle chacun des auteurs a pleinement gardé sa liberté d'écriture.
 
Quinze nouvelles dont les personnages se croisent, se rencontrent, s'aiment, s'affrontent ou se fuient.
 
Et, l'alchimie des singularités opérant, les quinze œuvres individuelles se fondent en un ouvrage parfaitement imprévu qui devrait surprendre aussi bien amateurs exigeants de littérature que les passionnés interrogeant le passé. 

Anne Bourrel : La famille d’Anna.

André Gardies : La fille au drapeau.

Antoine Barral : Janvier 71.

René Escudié : Le trou.

Jacques Vénuleth : Souvenirs et espoirs d’un facho.

Florence Ludi : Sous les ombres portées, mai.

Dominique Gauthiez-Rieucau : La soixanthuitarde.

Janine Gdalia : L’amour d’un seul printemps.

Marie-Laure Dardenne : Le sablier.

Antoine Blanchemain : La mort de Justin.

Michèle Bayar : Love, not war.

Françoise Renaud : De Carcassonne à Lahore.

Raymond Alcovere : La sortie de crise.

Lilian Bathelot : Les cœurs légers.

Anne-Marie Jeanjean : Ce printemps très singulier.

mercredi, 23 janvier 2008

BHL devance "L'art de péter"

Les meilleures ventes d'essais en 2007, lire ici

samedi, 22 décembre 2007

Nocturnes 5.0

5e3997fdb3fa2fcc0862c904ad85eebc.jpg72 pages

30 photographies

80 poèmes

de Jean-Luc Aribaud

Zorba Editions, 16 rue de l'Egalité, 31 140 Saint-Alban

Prix : 15 euros

jeudi, 20 décembre 2007

Publicité pour le livre à la télévision : danger !

Une grande partie des éditeurs sont hostiles à cette mesure. Parce qu’elle creuserait les inégalités de chances entre grands et petits éditeurs, qu’elle favoriserait la politique des groupes, les seuls qui auraient vraiment les moyens d’investir dans des spots télévisés, pas seulement pour lancer des dictionnaires ou des encyclopédies, mais pour imposer des livres jeunesse, des albums de bandes dessinées et des romans grand public. Enfin parce que même les grandes maisons indépendantes seraient de temps en temps obligées de suivre sur ce terrain, qu’elles feraient glisser leurs budgets publicitaires définitivement de la presse écrite vers l’audiovisuel et l’internet, et que les comptes des journaux plongeraient donc davantage encore, ce qui menacerait l’équilibre déjà précaire non seulement des revues littéraires mais l’existence même des suppléments littéraires des quotidiens et les sections culturelles des hebdomadaires. Or eu égard à son efficacité, à sa vitesse d’exécution et à son pouvoir, quand Nicolas Sarkozy a une idée en tête, il est rare qu’elle ne soit pas suivie d’effet. Une commission, un rapport et c’est plié. D’autant que le président n’est pas un homme du livre mais un enfant de la télé.

Lire ici l'article en entier de Pierre Assouline

samedi, 14 avril 2007

Le sourire de Cézanne

Elle se lève tôt le lendemain matin, ouvre la fenêtre. L’air, étonnamment doux, palpite au-dessus des toits. L’ombre est grise encore. Une trouée dans le ciel orgeat, derrière Saint-Sauveur, plus ocre et violente au fil des minutes. Des vols de moineaux décrochent des toits avant de plonger dans les rues vides. Sa vie commence. Elle a dix-huit ans, mais avec le calme en plus. Elle ira posément dans la direction fixée, une certaine forme de doute n’a plus sa place. Gaétan dort tranquillement. Ses affaires, posées sur une chaise, sont animées d’une vie propre. Elle déborde d’un amour absolu envers lui, un amour qui ne remet pas en cause sa liberté. Le plus improbable est arrivé, il en est ainsi depuis les origines de l’univers. La même sorte de probabilité qu’un Cézanne existe.

Le sourire de Cézanne, Raymond Alcovère,

4 ème de couv, sortie première semaine de mai,

n & b éditions.

mercredi, 23 août 2006

Le livre utilisera Google et Internet en riant sous cape

Malgré ce qu'on répète, le contenant a une influence limitée sur le contenu. L'arrivée de la machine à écrire n'a pas beaucoup transformé le style des écrivains. D'une certaine manière, nos écrans sont plus proches de l'écriture manuscrite que ne l'était la machine à écrire: on peut corriger, recommencer sans fin.

A lire ici une interview de Jean-Noël Jeanneney sur l'évolution du livre et de la lecture

10:51 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, internet

vendredi, 05 mai 2006

Mauvais temps (aussi) pour le livre

Depuis que Le Matricule existe (1992), nous n’avons jamais assisté à un désastre aussi considérable : librairies en cessation de paiement, éditeurs obligés de geler leur production, budget des bibliothèques mis à mal, durée de vie des livres plus courte que celle des yaourts : c’est plus qu’une sinistrose qui s’est emparée du monde du livre.

A lire ici sur le site du Matricule

14:02 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6)

dimanche, 13 novembre 2005

Pierrot ou Ginette ?

Même si leur tonalité diffère ­ - douce-amère chez Dominique Fabre ; grinçante chez Pierre Autin-Grenier ­ - ces deux écrivains discrets ont plus d'un point en commun. Outre la teneur plus ou moins autobiographique de leurs textes, tous deux ont choisi la forme brève (nouvelles, romans courts, fragments) pour arpenter et dépeindre, avec une profonde humanité, un monde aux marges des villes, du faste, de l'abondance et de la réussite, où tentent de vivre gens de peu, sans-grade et autres éclopés de la vie. Rien d'étonnant dès lors de retrouver ces deux subtils prosateurs dans un café, ce lieu qui, dans la chaleur d'un instant partagé parvient à "faire tenir debout" des existences chancelantes et usées.

La suite de l'article de Christine Rousseau dans Le Monde des livres, à lire ici

22:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 09 octobre 2005

Le complot des banques, des beaufs et des charognards...

Le complot des banques, des beaufs et des charognards de l’immobilier a toujours été d’en finir avec et d’éliminer une bonne fois pour toutes ces petits cafés de quartier dans la chaleur desquels s’assemblait le populo en fin de son affolant labeur pour, les uns et les autres joyeusement trinquant à la solidarité, rosser en paroles le gendarme, pester contre les prétentions du proprio et le prix du pain, se rebiffer avec la fougue des humiliés contre toute autorité voire même, ainsi que l’ont toujours redouté les banques, les beaufs et les charognards de l’immobilier, manigancer quelque coup tordu à l’encontre de leurs intérêts et de leurs viles magouilles.

Voilà enfin de l'énergie en littérature, un bon coup de poing à la bassesse et à l'imbécillité ambiantes, que ce "Friterie-bar Brunetti"  ! Pierre Autin-Grenier, le prince du texte court, s'est fendu cette fois de 90 pages solidement trempées ! Et qu'on n'aille pas dire que c'est une ode au lapin à la gibelotte ou au Vermouth Cinzano, non c'est bien plus que ça, c'est un précis de décomposition, un pamphlet roboratif, un hymne à la révolte plutôt ! Tous ces personnages haut en couleur, ce bain d'humanité qu'il nous fait prendre, ce n'est qu'un lever de rideau, une mise en bouche, c'est ce bel aujourd'hui qu'il pointe, qu'il montre, qu'il fustige, qu'il apostrophe à longueurs de phrases ! Bel aujoud'hui ? P.A.G. nous avertit : Il est bien temps de se réveiller, il ne tient qu'à nous qu'il ne se transforme pas en horrible trou borgne des démolisseurs, équarrisseurs de toute poésie, et métamorphosés en moins de deux par les promoteurs à bagouses et cravate club en selfs, snacks, Quick et Mac, temples de la finance aseptisés où officie dans une parfaite indifférence une poignée d’automates en uniforme au service de pantins hébétés consommant sans mot dire la merde capitaliste dans une solitude peuplée d’assassins.

Friterie-bar Brunetti de Pierre Autin-Grenier, Gallimard, collection l'Arpenteur

17:27 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)

jeudi, 06 octobre 2005

Le P.A.G. nouveau est arrivé

Aujourd'hui en librairie :

Friterie-Bar Brunetti, Pierre Autin-Grenier

Gallimard collection L'Arpenteur

Modeste petit café des années 1960, la friterie-bar Brunetti est « un de ces bistrots qui parvient quand même à faire tenir debout ensemble un certain nombre de vies ». C’est aussi le lieu de formation de l’auteur quand il avait vingt ans, là où il a fait ses véritables universités, appris la vie, et aussi la politique et la littérature, auprès d’habitués hauts en couleurs : le grand Raymond qui n’en finit pas de se rejouer l’Indochine, Madame Loulou au grand coeur qui fait des passes, Domi le cantonnier, le père Joseph, Renée la bistrotière et bien d’autres…
Dans une prose pittoresque et gouleyante, Pierre Autin-Grenier fait revivre toute cette faune sympathique en diable, que l’embourgeoisement et la bien-pensance vont tuer petit à petit. Ce qui donne à l’auteur l’occasion de redire avec force ses quatre vérités à l’époque contemporaine et de réaffirmer le bien-fondé de l’anarchisme, « seule force capable de contrer la prise en main de la société par la réglementation bourgeoise. »

La 4ème de couverture

« – Raconte, ça te soulagera, ils disent. Tu parles !
À tantôt soixante piges, après s'être enfilé tout le sale boulot de vivre jusque-là, surtout quand on a commencé croupignoteux comme moi, et devoir encore buriner dur dans la clownerie pour tenter de faire bouillir l'amère marmite du quotidien, à peine de-ci de-là un instant pour trinquer un coup tranquille entre copains en guise de maigre consolation, vous pouvez imaginer que ce n'est pas dégoiser à l'infini toujours les mêmes salades sur mes interminables tourments et traques multiples qui va pouvoir m'alléger l'âme de tous les crimes et pataquès alentour. Non plus me donner à voir sous meilleur angle les crapoteux obsédés par l'idée de me chercher sans cesse des charrettes de chiens enragés dans la tête, pas davantage les regarder comme moins lâches et moins Marius, eux, et leurs bonnes femmes mieux bêtes qu'un morceau de bois, tous délirants qu'ils sont à me traiter d'individu aviné et vain guignol tant est fielleuse leur cervelle et crasse leur inculture.
Alors raconter encore et encore... »

L'auteur

Pierre Autin-Grenier est notamment l’auteur aux Éditions Gallimard de la trilogie « Une histoire » : Je ne suis pas un héros (L’Arpenteur, 1993, Folio n° 3798) ; Toute une vie bien ratée (L’Arpenteur, 1997, Folio n° 3195) ; L’éternité est inutile (L’Arpenteur, 2002), et d’un journal, Les radis bleus (Folio n° 4136).


10:05 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (10)

lundi, 04 avril 2005

Les mots sont des lianes d'abordage...

"Les mots sont des lianes d'abordage
à ne saisir que par l'extrémité de leur racine.

Plonge-les dans le coeur du monde
et fouilles-en les vicères :

la matière qui dégorge
est une boue en route vers les étoiles.

L'enveloppe restante, n'est rien d'autre que toi
diminué du mystère de la mort.

Maintenant tu fais partie de ce tout
même si tu répugnes à prononcer ton nom."

Jean-Luc Aribaud

Extrait de :"Passages", Pleine page, Zorba, 2005
pleinepage@pleinepage.com et http://www.pleinepage.com
zorba.edition@tiscali.fr

08:47 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 05 mars 2005

Azur


A peine plus
Que quelques lignes

L’azur
Scande les syllabes

La mouette
Et le baiser
Au vol

L’éclat de la mer


Valérie Canat de Chizy

00:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 03 février 2005

Se voir en peinture...

Notre temps est devenu fou. Ordre, contrôle, rentabilité. Alors que bonheur et plaisirs sont faits de rien. De riens. Ce rien on vous le laisse comme disait Léo Ferré. Eh bien prenons-le ! Prenons la parole, s’il ne reste que ça ! Même si ça ne sert à rien, ou justement à cause de cela ! Reste à jouer ! D’ailleurs la parole des grands écrivains est faite de silence. Quand on lit un grand texte, aussitôt le silence se fait, un silence de neige, tout autour. Comme si le monde s’arrêtait de tourner, si tout le bruit inutile apparaissait d’un coup comme ce qu’il est vraiment, c’est à dire vide, creux et inutile.
Il y a ces grands textes et puis la peinture. Certains tableaux happent le monde, l’insèrent, l’intègrent à eux, subrepticement...
Les regardant, vous êtes happés, intégrés à eux. Attention la chose peut même se faire à votre insu. Regardez mieux un tableau de Watteau, Delacroix, Poussin, Véronèse ou Fragonard…
Observez attentivement, peut-être vous y découvrirez-vous, dans un coin, tenant une guitare, ou dialoguant avec l’ange…

12:05 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6)