Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 octobre 2006

Qu’est-ce donc que la vie ordinaire

medium_IcoArtista1a.gif« Ma vie est semblable à l’enfant tumultueux de retour à la maison, gagné par l’ardeur d’un jeu au dehors : elle me quitte très souvent, elle me revient de loin en loin, encombrée par une émotion que les premiers mots apaisent. Je n’écris que très peu, et ce peu est encore trop, en regard des quelques instants qui éclairent le chemin où je vais : il y a très peu d’événements dans une vie. Parfois il n’y a que l’événement de son désastre, de son lent engloutissement dans le désastre quotidien. Ainsi perd-on toutes forces, dans l’impur mélange des jours. Qu’est-ce donc que la vie ordinaire, celle où nous sommes sans y être ? C’est une langue sans désir, un temps sans merveille. C’est une chose douce comme un mensonge. »

Christian Bobin, Le huitième jour de la semaine.

Modigliani

The Queen

medium_20061027ho_thequeen_450.jpgStephen Frears a réalisé là un film à la fois intense et sobre. Crépusculaire. On y suit jour après jour la famille royale anglaise la semaine qui a suivi la mort de Lady Di. Le soutien que va lui apporter Tony Blair, qui vient d'être élu, alors que dépassée par l'engouement et l'émotion mondiale qu'a provoqué ce deuil, elle reste d'abord campée dans son refus de le reconnaître, de comprendre ce qu'il représente et les évolutions qu'il signifie. Au point de se mettre en danger et de menacer tout l'équilibre des pouvoirs dans le pays. D'où ce mano a mano avec le jeune premier ministre qui joue là son baptême du feu. Helen Mirren porte bien la dimension tragique du personnage de la reine, notamment dans cette très belle scène, où, seule dans la nature, sa voiture en panne, elle se retrouve face à un cerf magnifique, celui que les chasseurs poursuivent, qu'elle incite à s'enfuir...

Transports en Chine

medium_transport_en_chine_03.jpgmedium_transport_en_chine_04.jpg

00:20 Publié dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo, Chine

lundi, 30 octobre 2006

Comment je suis devenu espion chinois

medium_Tobias.jpgBrume dense sur la lagune en arrivant, langueur à peine posée sur les toits, dans un ciel camomille, fléché d’or. Plénitude d’octobre quand tout se réduit, s’essouffle et se dilue, dans un malstrom de couleurs. Je n’aimais plus ma vie, il fallait en changer… Partir mais où ? Longues rêveries interminables, lent mouvement en dessous, avant le jaillissement de l’idée : Venise, ce rêve de ville, posé sur la mer avec ce regard distant et lumineux sur le reste du monde. Je cassai ma tirelire.

Un ciel en mouvement est une musique qui berce la terre, l’espace rendu à sa réalité première. Le vaporetto cingle vers la Giudecca, sur une mer orgeat. Atmosphère d’ouate, trouble, palpables. Brume opaque et filandreuse qui soulève l’atmosphère. La vie des marionnettes perd ici toute consistance. Rêver, penser, jouir sont l’essentiel. Comment vivre ailleurs, c’est-à-dire partout où règnent le froid calcul et la foire aux illusions … Face aux embruns, près de la Piazzetta. Brouillard en fines gouttelettes de neige. Un point perdu dans la brume se détache au large de San Giorgio Maggiore. Reflets céladon des vagues, amplitude molle de la houle, clapotis léger tourbillonnant. Un canot approche puis accoste. Le conducteur m’invite à monter. On m’a pris pour un autre, tant pis, l’heure n’est plus aux supputations. J’embarque.

Dédale inextricable des canaux avant d’aborder un palais. Porte vermoulue, lardée par le couchant. Sur le linteau, sculpté, un triton. Escalier à vis Renaissance. La profondeur aquatique de la ville se prolonge sur ses murs. Ensuite, salon baroque où flottent encaustique et fleurs fanées, un rien lugubre malgré la rusticité de l’air. La lumière est sur les murs : Cimabue, quand tout a commencé, puis le Siècle d’or : Le Tintoret, Andrea del Sarto,  Giorgone, Titien, Véronèse. Véronèse, sans doute avec Tiepolo le peintre le plus profond, le plus sensuel, le plus tactile de Venise. Sa lumière, charnelle, vivante. Ce tableau somptueux, liquide, les Noces de Cana ; Ici c’est Ecce Homo, le Christ montré dans sa nudité d’homme, sur fond rose, brique et bistre.

 

Pour les chinois, la peinture n’est pas le reflet du monde, mais le lieu de sa présence réelle. Il ne s’agit pas de décrire le réel, mais d’en manifester la vérité, le souffle. Par la fenêtre, dans un silence de crêpe, le clapotis immémorial de l’eau. De loin en loin, le glissement d’une gondole et le tintement des cloches, le même sans doute entendu par le maître de musique Antonio Vivaldi. Voici mon hôte : affable, entre deux âges, le visage émacié, anguleux. Ses gestes sont lents, curvilignes, suspendus en l’air. Sur un guéridon, un plateau orné d’une salamandre, posés dessus une liqueur de figue et deux verres à pied. La discussion s’engage sur la peinture, puis se déplace vers la littérature, la musique, la philosophie, l’histoire, l’éternelle chape de plomb de la société. L ’homme manie avec précision l’art de la conversation, où les français excellent dit-on. Assez vite le temps se dilue dans la pensée. Je n’avais pas vu s’allumer les candélabres, jetant la nuit venue une lueur auburn sur les boiseries, les aiguières et les porcelaines. L’homme est passionné de culture chinoise et me rappelle ce principe au cœur du Livre des Transformations : “ L’instant de la rencontre, son intensité, sont en correspondance avec la manière dont nous sommes reliés aux principes premiers et il est vain par conséquent, de vouloir s’en rendre maître ”. Ne vous arrêtez jamais au premier aspect des choses, poursuit-il, aux conclusions faciles, elles ne sont qu’écran de fumée, dépassez les. C’est grâce au contact avec l’Orient que Venise a éclairé l’Occident. Etait-ce possible, une ville sans rempart, seulement la force de l’eau… En vertu du principe de mutation, l’équilibre penche de nouveau du côté de l’Asie. Venise gardera son rôle de trait d’union et peut-être un jour l’Occident se reconstruira à partir de la Sérénissime. Ne soyez pas décontenancé, “ qui ne se corrige pas risque de se tromper constamment, par ignorance, ou parce que sa perception est faussée ”. Nous assistons aujourd’hui à l’effondrement d’une société, “ la plus grande civilisation de tous les temps ” comme a écrit un ami qui ne manquait pas d’humour,  c’est là le début d’un processus qui connaîtra bientôt de brusques accélérations, mais n’anticipons pas. Venise, et ce n’est pas un paradoxe, perdurera…  Il faut observer l’histoire. La grande force de la Chine, c’est que l’histoire y tient lieu de religion. Voilà une civilisation du livre qui n’a pas de religion du Livre, pas de dogme, ni Bible ni Coran. De toutes les anciennes civilisations, c’est la seule intacte. On la dirait sans idée, elle est comme l’eau, elle épouse l’avenir, l’adaptation est au cœur de sa logique… A Venise, vous le savez, chaque année, le jour de l’Ascension,  en signe d’alliance, l’anneau ducal est jeté dans la lagune… Ici tout se mêle, l’eau, le ciel, la lumière. Le monde ne peut être pensé que différemment, ou plutôt pensé, rêvé et joui en même temps… Oserais-je dire, l’histoire ne se fait pas toute seule, il convient de lui donner un coup de pouce de temps en temps… L’influence que conservera l’Occident dans ce monde nouveau sera en partie souterraine, peut-être faudra-t-il un autre Marco Polo, un voyageur… Parfois les espions le sont à leur insu… Toujours est-il, ce mouvement est entamé, nous devons préparer ces temps futurs… Les progrès de la technique sont déroutants n’est-ce pas, c’est au moment où ils allaient devenir dangereux que le retournement a eu lieu… Le monde a changé de face, et curieusement ce qui est visible aujourd’hui l’est à travers un miroir déformant… Vous verrez tout cela a l’air complexe mais ne l’est pas en réalité, nous en reparlerons très prochainement n’est-ce pas ? dit-il en reposant son verre dans un tintement cristallin.

Je pris congé et rejoignis le débarcadère. Aube frêle et opaque. Reflets zinzolins et dorures entrelacées des vagues. J’étais frais et dispos, comme après une bonne nuit.

Nouvelle parue dans la revue Salmigondis, n° 19, décembre 2002

Georg Baselitz, l'ange deTobias

Cristaux de roche

medium_yred.jpgLes heures,

Tu les traînes dans ton sillage

Dans l’attente

D’une prochaine éclipse.

Le sucre te mange.

Se fige le temps

Couleur de caramel.

Sous ta peau

Se forment

Les cristaux

Et les morceaux de roche

Dévalent

Des sommets.

 

Valérie Canat de Chizy

Yves Klein

dimanche, 29 octobre 2006

"Tu m'as tué... mais, comme toi, j'ai oublié de mourir."

Arabian love song: "Mahmoud Darwich, malade d'espoir!"

 A lire ici

samedi, 28 octobre 2006

La profondeur du sentiment pour sillon

medium_n45_klein_l.jpgUne fois le chandail ôté, l'offrande d'une poitrine rouge

Conséquence possible d'un coup de soleil,

Trace probable d'une vieille peinture de guerre

Une fois notre chant sur pilotis

suspendu entre brume et feutre

la profondeur du sentiment pour sillon

Que savoir d'autre de la vie ?

Jean Azarel, extrait de Passage du mortel

Yves Klein

 

Chroniques d'une élection (8)

medium_lichtenstein-pour_la_france.gifStrauss-Kahn, vrai rival de Royal?

Lire ici

vendredi, 27 octobre 2006

Textes peu sérieux, de Max Laire

medium_n45_lichtenstein_l.jpgLes rêves choisissent leur compagnie une gomme à la main

J’ai tellement de rêves que parfois j’ai la sensation de vivre en dormant

Ne donnez des conseils éclairés que le soir

Max Laire,

Roy Lichtenstein, Spray 

Lisez d'autres perles de cet auteur, ici sur le blog de la revue Casse, qui l'a publié

On vous mène en bateau depuis quarante ans.

Allez, Françaises, Français, citoyens, camarades, compagnons, il est l'heure de s'attabler et de cracher le morceau : on vous mène en bateau depuis quarante ans.

A lire ici, à propos du documentaire de Patrick Rotman sur Jacques Chirac

jeudi, 26 octobre 2006

Chroniques d'une élection (7)

"Si l’on pense que tout va bien et qu’il faut continuer comme ça, alors continuons ! Mais moi je pense que tout ne va pas bien !"

Ségolène Royal

à lire ici l'édito de Jean-Marcel Bouguereau

Si écrire ne pouvait pas me servir à aimer, autant tout arrêter

medium_christine-angot-rendez-vous.2.jpgJe n'étais pas faite pour abattre des cartes, je n'étais pas stratège, je n'étais pas séductrice, je n'y arrivais pas. Ou je ne disais rien ou j'étais trop directe. La seule chose qui me convenait c'était le poker, écrire, tout écrire, et faire lire, ça je savais le faire, tout jouer d'un coup. Miser tout sur un seul chiffre qui a peu de chances de sortir, mais s'il sort c'est mieux que tout. C'était le chiffre que j'avais choisi.

« Rendez-vous » de Christine Angot est un roman déroutant : vif, efficace, percutant. Dès les premières pages on est emporté. Son écriture ne ressemble à aucune autre, surtout, rarement on aura été aussi loin dans le regard au scalpel sur soi-même, dans le désir, le désir d'une vérité des choses. Sa quête est éperdue, elle déstabilise le lecteur, par moments on reste à l’extérieur, sur la défensive,  puis on est bousculé, happé, l’émotion est là, la machine s’emballe: Si écrire ne pouvait pas me servir à aimer, autant tout arrêter. Elle va jusqu'au bout, la littérature et la vie, tout s'entrecroise, les époques, sa vie réelle. Le livre est circulaire, les personnages réapparaissent, au fur et à mesure le regard du lecteur se précise, s'affine. L'utilisation des temps est  surprenante, celle de l'imparfait, à contretemps en apparence, mais qui questionne, transforme la lecture. Il y a de l’extrême, on est toujours à la limite de la folie, de l’inconcevable ici dans la relation amoureuse et le livre va toujours plus loin que ce qu’on avait imaginé : c’est sa force . On peut ne pas entrer dans cet univers, le refuser, mais une chose est sûre, il n’est pas ce qu’il semble être. Pas de stratégie d'évitement ici, de contournement, et pourtant  (justement plus que jamais) on est dans la littérature, de celle qui bouscule, bouleverse, la seule vraie en quelque sorte.

Quand j’écris, je vois  bien moi, la syntaxe n’a pas d’importance, les négations, les conditionnels, les conjonctions, ce n’est que des présentations pour masquer plus ou moins ce qu’on pense, les si, les bien que, pour amoindrir les mots, atténuer les valeurs. Ca ne change pas le contenu, le sens ni les images qui viennent avec. Il n’y a pas de conditions, pas de si dans la vérité.

mercredi, 25 octobre 2006

Jusqu’à ce que jaillisse le plaisir

medium_arum-lily.jpgChaleur humide, couchée nue sur le lit. Caresse des arums, délicats pétales blancs sur ma peau, aurores de plaisir. La pointe recourbée parcourt ma cheville, ma jambe, ma cuisse, coule sur mon ventre lisse où un léger duvet se réveille, titillé par cet effleurement, glisse dans la vallée magique, remonte jusqu’au mamelon, monticule soyeux, puis se pose sur mes lèvres.  Main dans mes cheveux, puis sur tout le corps, rondeurs, velouté turgide, blondeur de l’épiderme, pianotement des doigts sur la peau. Usant de la tige ensuite, entre mes cuisses ouvertes, jusqu’à ce que jaillisse le plaisir.

Raymond Alcovère, Extrait de Fugue baroque, éditions N & B

Comme des outils divinatoires

medium_koons.jpg"La parole appelle, ne nomme pas. Le français le dit : nous ne nommons pas les choses, nous les appelons. Nous les appelons parce qu'elles ne sont pas là, parce que nous ne savons pas leur nom." "La pensée n'utilise pas les mots, ne cherche pas ses mots. Ce sont les mots qui cherchent, qui traquent la pensée. Nous nous dépouillons des mots en parlant. Celui qui parle, celui qui écrit, c'est un qui jette ses mots comme des outils divinatoires, comme des dés lancés."

Valère Novarina

Image : Jeff Koons

mardi, 24 octobre 2006

Les statistiques

Si l’on en croit les statistiques, on peut avancer que depuis l’irruption sur la terre de l’homme, ce mammifère intelligent, le nombre des naissances est à peu près équivalent à celui des décès parmi sa race. A noter toutefois un très léger excédent des naissances, dû probablement à leur antériorité sur les décès ; il aurait fallu en effet que l’agent recenseur comptabilise par anticipation les morts à intervenir pour ne pas fausser la balance.
Mais le lecteur aura rectifié de lui-même.

Jean-Jacques Nuel

(D'autres textes à lire sur le blog de la revue Casse)

Chroniques d'une élection (6)

"Avec cette distinction bourgeoise qui semble dissimuler quantité de secrets inavouables, Sego ressemble déjà à un personnage Chabrolien."

Arlette Laguillier

Chroniques d'une élection (5)

Le scénario est désormais bien rodé. Centres militaires pour jeunes délinquants, 35 heures, carte scolaire ou «surveillance populaire» des élus : «Ségolène Royal regarde ce qui monte dans l'opinion sur un sujet précis, elle attaque la ligne socialiste, elle se fait attaquer en retour par son camp, résume un sondeur. Puis elle attend le sondage qui montre qu'elle a le soutien de l'opinion.» Le tout dans un timing soigné...

Article à lire ici

Et délice d’aimer une pure exigence...

Ce n’est pas dans les géographies

Qu’il faut chercher cette île

Où nous avons vécu.

Délice de sentir celle

Qui jamais ne repose

Effacer sur le sable

Des mots jamais écrits.

Délice d’oublier

Des formes absentes

Et d’attendre un vent

Qui ne veut pas qu’on le nomme.

Et délice d’aimer

Une pure exigence.

Une île qui n’existe pas

Des plages qui s’évanouissent

Un estuaire

Et un cœur qui pourrait se taire.

Un silence

Qui s’enroule dans un coquillage

Au nom tarabiscoté

Et ce pronom

Qui marche de travers

Comme un crabe

Et qu’on écrase !

Bernard Lesfargues, extrait de "La plus close nuit", éditions Fédérop

lundi, 23 octobre 2006

Borges toujours

medium_Borges_Vernissage.jpgExposition "Dans la nébuleuse de Borges"

par El Colectivo à El Sur
du 23 octobre 2006 au 22 janvier 2007
El Sur
35 Bvd St Germain 75005 Paris
Tel: 01 43 25 58 28

Chroniques d'une élection (4)

"comme si aucune leçon n'avait été tirée du séisme du 21 avril 2002, quand Lionel Jospin, confronté à sept concurrents de gauche et d'extrême gauche, qui avaient totalisé 26,71 % des suffrages, avait été éliminé dès le premier tour"

Article à lire ici