lundi, 28 janvier 2013

L'inattendu

450px-Giovanni_Battista_Tiepolo_071.jpg"Les choses divines ont bien des aspects. Souvent les dieux accomplissent ce qu'on n'attendait pas. Ce qu'on attendait demeure inachevé. A l'inattendu les dieux livrent passage."

Euripide, Les Bacchantes

Tiepolo, Jeune femme au perroquet

dimanche, 15 août 2010

Tiepolo

gesuati_tiepolo2_560.jpgPeu d’artistes, après Michel-Ange, ont été aussi souverains que Tiepolo dans l’art du plafond. C’est son élément, son ciel, son eau, sa vision renversée des corps, des chairs, des tissus, des matières. Chaque touche de pinceau est une note. Vous levez la tête, vous vous tordez le cou, vous le regardez grâce à un miroir dans l’allée centrale, vous recommencez, votre poids est toujours trop lourd, trop terrestre. Tiepolo, c’est du Saint-Esprit dans les cintres, du vent spirituel dans les voiles, les trombes, les effondrements calculés, les spirales, vol plané ou piqué, démonstration que la vie humaine en oiseau est possible. Ça descend vers vous, ça vous oblige à monter. Descente, ascension : c’est le fond de ce que cette religion veut dire.

Tiepolo est un ange, il devrait être depuis longtemps béatifié. Le mot « bienheureux » lui va comme une palette. Des anges, il en faut plein, avec des jambes, des pieds et des bras, pour maintenir la nacelle en navigation, écouter les nuages, varier les teintes, laisser des échancrures montrer des apparitions. Bon prétexte pour glorifier la peau, les soies, les bijoux, les velours, volupté, faste, mouvement et froissement du calme. La Vierge, comme modèle, est renouvelable à volonté, on vient encore d’en voir trois passant sur les quais. Encore une fois, vous êtes au bord de l’eau, vous accostez, vous montez les marches, vous passez la porte de bois massif, vous entrez, vous levez les yeux, le ciel réel vous tombe d’un coup sur la tête.

Philippe Sollers, Dictionnaire amoureux de Venise

lundi, 03 août 2009

Quel dommage

tiepolo.jpgC'est en Italie et au XVIIe siècle qu'une  princesse disait, en prenant une glace avec délices le soir d'une journée fort chaude : quel dommage que ce ne soit pas un péché !

Stendhal 

Tiepolo, La femme au perroquet

00:15 Publié dans Papillote | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stendhal, tiepolo

mercredi, 06 août 2008

La vérité dévoilée par le temps ?

tiepolo01g.jpgPour ne pas heurter les sensibilités, le sein d'un femme représentée sur l'œuvre de Tiepolo ("La vérité dévoilée par le temps") qui sert de toile de fond à la salle de presse du Conseil italien a été voilé.

Lire ici

lundi, 16 juin 2008

Le dernier soleil de Venise

450px-Giovanni_Battista_Tiepolo_071.jpgGiovanni Battista Tiepolo

Jeune femme au perroquet (1760-1761)

21:34 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, art, venise, tiepolo

dimanche, 06 août 2006

Dévoiler

medium_01planet.jpg"Il y a une roue de l'espèce humaine, et elle est voilée. Que vous appeliez ça le péché originel, diable au travail, mauvais arrangement des atomes, discordance entre les sexes, chute dans les phénomènes, exil de l'âge d'or, oubli de l'Etre, volonté dévastatrice de l'univers, complot des cellules et, finalement, peur de la mort, on aboutit toujours à la même conclusion dans cette vallée de larmes. Dévoiler veut alors dire simplement remettre la roue en roue libre, à tombeau fermé, redresser le bâton que vous percevez tordu dans l'eau, rectifier la vue dans le temps, apprendre à voir en courbe : "Apprendre à voir en courbe, afin d'anticiper du regard la vu de la Terre promise, où mène une voie sinueuse, un chemin à travers la prairie du malheur", comme me le souffle mon ami Empédocle"

Philippe Sollers, Une vie divine

Tiepolo, Allégorie du ciel et des planètes.