Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 novembre 2005

Par scrupule

J'ai connu autrefois un pauvre homme qui, par scrupule, n'a jamais voulu coucher chez lui, disant que son nom était un nom à coucher dehors. Ce souvenir ne m'est pas désagréable.
(Erik Satie, Écrits réunis par Ornella Volta, Éditions Champ Libre, 1981, p. 157)

21:05 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 10 novembre 2005

Le catalogue des opinions chic

ou Dictionnaire des idées reçues de Flaubert, on y trouve (entre autres) :

PAYSAGES (DE PEINTRES) : Toujours des plats d’épinards.

LITTERATURE : Occupation des oisifs.

LION : Est généreux – Joue toujours avec une boule

17:00 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 08 novembre 2005

La modestie

La modestie va bien aux grands hommes. C'est de n'être rien et d'être quand même modeste qui est difficile.
Jules Renard, Journal  -2 décembre 1895

22:35 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 30 octobre 2005

Des livres introuvables

C'est l'info culturelle du jour, cette liste de livres introuvables qui nous est gracieusement proposée par Eric Dejaeger, qui est président de quelque chose il me semble (comme quoi il n'y a pas qu'en France) :

Un long dimanche de filles en saillies par Charles Bukowski

De l'inconvénient d'être nez par Cyrano de Bergerac

Je ne suis pas un Eros par Henry Miller

Une femme de mes nages par Johnny Weissmuller

Une femme de méninges par Simone de Beauvoir

Sur la croûte par Charles Baudelaire (essai sur les peintres du dimanche)

Nonne hante noeud franc par Frédéric Beigbeder (version belge, bien entendu !)

Vacances en glaise par Alberto Giacometti

Liberté pour les bourses par Louis Calaferte

Le lacs des signes par Umberto Eco

Plates formes par Lolo Ferrari

Père, vit au poing par soeur Emmanuelle

La double vie d'un nain con sciant par Sigmund Freud et Carl Gustav Jung (préfesse de Jacques Lacan)

Cire anneaux de verge en rac ! par Edmond Rouston

Otez l'eau ! par Pierre Autin-Grenier

Germe anal par Paul Verlaine

L'eau, dis, c'est ? par Rick Hunter

Les radis artificiels par Charles Baudelaire

Et on tuera tous les à fric par Pierre-Joseph Proudhon

L'oeuvre aux noirs par Martin Luther King

 

21:47 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (3)

mardi, 18 octobre 2005

Le taureau

- Comme il me regarde !

- N'aie pas peur Gloriette, il voit bien que tu as l'air d'une honnête femme.

Jules Renard, extrait des Histoires naturelles

14:30 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 10 octobre 2005

Rien

Devant l'impossibilité de tout savoir, la plupart ont choisi de ne savoir rien.
(Louis Scutenaire, Mes inscriptions (1943-1944), p.121, Éditions Labor, 1990) 
 

17:40 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 07 octobre 2005

Pour de vrai ?

Il faut se méfier des comiques, parce que quelquefois ils disent des choses pour plaisanter

Coluche

13:59 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 05 octobre 2005

Humour involontaire

C'est bien sûr le meilleur ! Voir les dernières perles des assureurs, cliquez !

10:56 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 10 septembre 2005

Pour P.A.G.

"Quand je n'aurai plus qu'une paire de fesses pour penser, j'irai l'asseoir à l'Académie Française"

Georges Bernanos

14:45 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 31 août 2005

Il n'y a pas que Houellebecq...

A tricher sur son âge... Scoop à découvrir sur le blog de Jean-Jacques Nuel... L'autre monument des Lettres françaises, Pierre Autin-Grenier aussi... Depuis les rumeurs les plus folles courent... Certains observateurs audacieux auraient même cru reconnaître l'écrivain dans la célèbre Bacchanale du Titien (visible ici en date du 30 août), dans le personnage allongé sur la partie droite de la toile, manifestement dans un état d'ébriété avancé, ce qui ne laisse pas de nous surprendre quand on connaît la sobriété légendaire de notre ami...

11:51 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (5)

mardi, 26 juillet 2005

Les réformes de l'Education Nationale

Enseignement années 1950
Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100F. Ses frais de production s'élèvent aux 4/5 du prix de vente. Quel est son bénéfice ?

Enseignement 1960
Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100F. Ses frais de production s'élèvent aux 4/5 du prix de vente, c'est à dire 80F. Quel est son bénéfice ?

Enseignement 1970
Un paysan échange un ensemble 'P' de pommes de terre contre un ensemble 'M' de pièces de monnaies. Le cardinal de l'ensemble 'M' est égal a 100, et chaque élément sigma de 'M' vaut 1F. Dessine 100 gros points représentant les éléments de l'ensemble 'M'. L'ensemble 'F' des frais de production comprend 20 gros points de moins que l'ensemble M'. Représente 'F' comme un sous ensemble de 'M' et donne la réponse a la question : "Quel est le cardinal de l'ensemble 'B' des bénéfices (à dessiner en rouge)" ?

Enseignement 1980
Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100F. Les frais de production s'élèvent à 80F et le bénéfice est de 20F. Devoir : Souligne les mots 'pomme de terre' et discutes-en avec ton voisin.

Enseignement 1990
Un pèizan k-pitalist privilégié sanrichi 1-justemen 2. 20F sur 1 sac 2 patat. Analiz le text é recherché lé fot 2 gramère é d'ortogrf.,2 ponktuassion é anssuit di sseu ke tu penz 2 cèt mani-R 2 sanrichir.

Enseignement 2000 (assisté par ordinateur)
Un producteur de l'espace agricole câblé sur ADSL consulte en conversationnel une data bank qui display le day-rate de la patate. Il load son progiciel SAP/R3 de computation fiable et détermine le cash flow sur écran pitch 0,25mm Energy Star. Dessine-moi avec ton mulot le contour 3D du sac de pommes de terre puis logue toi au réseau Arpanot (Deep Blue Potatoes). Via le SDH boucle 4.5, extraire de MIE le graphe des patates. Devoir : Respecte- t-il la norme ANSI, ISO, ElAN, CCITT, AAL ?

Enseignement 2010
Qu'étaient les paysans ?

16:43 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, 01 juillet 2005

Les cerises à l’eau de vie

Voici la recette des cerises à l’eau de vie de Pierre Dac (1893 - 1975)

Voici l'époque où les cerises vont se trouver en abondance sur nos marchés; profitons de leur prix abordable pour préparer de délicieuses cerises à l'eau-de-vie. Pour cette préparation, employez de préférence la cerise anglaise, la Montmorency, la griotte d'Etampes ou la tardive de Saint-Quentin. Enlevez les queues, dénoyautez. Prendre un litre de bonne eau-de-vie à 45° et procédez de la façon suivante : absorber une dizaine de cerises d'un seul coup, boire immédiatement la valeur d'un verre à bordeaux d'eau-de-vie et continuer ainsi jusqu'à épuisement des cerises et de l'eau-de-vie. Cette méthode, qui laisse à la cerise toute sa saveur, évite l'emploi toujours fastidieux des pèse-sirop et des bocaux de verre.

14:00 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (9)

mercredi, 29 juin 2005

Un peu de Woody

"Si les soucoupes proviennent d'une autre planète, pourquoi leurs pilotes n'ont-ils pas tenté d'entrer en contact avec nous au lieu de tourner en rond autour des contrées désertiques ?"
"Ce n'est pas que j'aie vraiment peur de mourir, mais je préfère ne pas être là quand ça arrivera."
"L'homme est une créature prédestinée à exister dans son époque, même si ce n'est pas là qu'on rigole le plus."
"La plupart du temps, je ne rigole pas beaucoup. Et le reste du temps je ne rigole pas du tout."
"Je ne crois pas en l'au-delà mais j'emmènerai quand même des sous-vêtements de rechange."
"Selon les astronomes modernes, l'espace est limité. Voilà une pensée très réconfortante, particulièrement pour les gens qui ne se rappellent jamais où ils ont mis les choses."
"J'aurais voulu être espion, mais il fallait avaler des microfilms et mon médecin me l'a interdit."
"Quand j'écoute trop Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne."
"Je suis abasourdi par le nombre de personnes qui veulent "connaître" l'univers alors qu'il est déjà suffisamment difficile de se repérer dans le quartier chinois de New York."
"Mon cerveau ? C'est mon second organe préféré."
"Ses baisers laissaient à désirer... son corps tout entier."
"L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible."
"J'ai des questions à toutes vos réponses."
"La première fois que j'ai vu une femme nue, j'ai cru que c'était une erreur."

12:21 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (2)

dimanche, 22 mai 2005

Paradis ou enfer ?

François Hollande meurt accidentellement... Il est accueilli au Paradis par Saint Pierre qui lui dit : « Bienvenue. Cependant, nous devons régler un petit problème. Nous voyons si rarement des chefs de parti, ici, que nous ne sommes pas certains de ce que nous devons faire de toi. Le Grand Patron veut que tu passes un jour en Enfer et un jour au Paradis. Tu devras ensuite choisir l'endroit où tu voudras passer l'éternité. « Mais j'ai déjà décidé, je veux rester au Paradis. » « Je regrette, mais nous avons nos règlements. » Saint-Pierre conduit François Hollande vers un ascenseur qui le conduit en Enfer. Quand la porte s'ouvre, il se retrouve sur un magnifique terrain de golf tout vert, le soleil brille dans un ciel sans nuages et il y fait un parfait 25 degrés. Au loin se profile un superbe club house. A l'avant de l'édifice se trouvent son papa ainsi que Guy Mollet, Charles Hernu et
le promeneur du Champ de mars. Une grande partie de la droite est là aussi ; tous ces beaux personnages s'amusent, heureux et habillés de façon élégante et décontractée (Dior, Versace, Armani, etc.). Ils accourent à sa rencontre, l'embrassent et se mettent à brasser leurs souvenirs d'antan et leurs débats homériques ha ha !). Ils jouent une partie de golf amicale et dînent au homard et au caviar. Le Diable offre même une consommation glacée. « Bois donc cette Margarita et relaxe un peu, François ! » « Euh, ben, je ne peux plus boire, j'ai fait un serment... » « Voyons, mon garçon, c'est l'Enfer ici. Tu peux boire et manger tout ce que tu veux sans t'inquiéter . À partir de maintenant, ça ne peut qu'aller de mieux en mieux ! » François Hollande boit son cocktail et commence à trouver le Diable sympathique. Il est gentil, raconte de bonnes blagues, aime aussi jouer de bons tours, etc. Ils s'amusent tellement qu'ils ne voient pas le temps passer. Arrive pourtant l'heure de partir. Tous ses amis le serrent dans leurs bras et François Hollande prend l'ascenseur qui monte vers le Ciel. Saint-Pierre l'attend à la sortie. « C'est maintenant le temps de visiter le Ciel », lui dit le vieil homme, en ouvrant la porte du Paradis. Pendant 24 heures, François Hollande doit frayer avec Jean Moulin, Jean Jaurès, De Gaulle et toute une confrérie de gens bienveillants qui conversent de sujets beaucoup plus intéressants que l'argent et qui se traitent l'un l'autre avec courtoisie. Pas un seul mauvais coup ou une seule blague cochonne ; pas de « club house » mirobolant mais un resto ordinaire. Étant donné que ces gens sont tous pauvres, il ne rencontre aucune connaissance, et il n'est pas reconnu comme quelqu'un d'important ou de spécial ! Pire ! Jésus est une espèce de hippie, un hurluberlu qui ne parle que de « paix éternelle » et ne cesse de répéter ses insipides rengaines : « Chasser les marchands du Temple », « il sera plus difficile à un riche d'entrer dans mon royaume qu'à un chameau de passer par le chas d'une aiguille », etc. La journée terminée, Saint Pierre revient... « Alors, François, tu dois maintenant choisir ». François Hollande réfléchit pendant une minute et répond : « Bien, je n'aurais jamais pensé faire ce choix... Hum !.. Bon, je trouve le Paradis « intéressant », mais néanmoins je crois que je serais plus à l'aise en Enfer avec mes amis ». Saint-Pierre l'escorte alors jusqu'à l'ascenseur et François Hollande redescend jusqu'en Enfer. Quand les portes s'ouvrent, il se retrouve au beau milieu d'une grande plaine brûlée et stérile, couverte de vidanges et de déchets toxiques industriels. Il est horrifié d'apercevoir tous ses amis, en guenilles et enchaînés tous ensemble, qui ramassent des déchets pour les mettre dans des grands sacs noirs. Ils gémissent de douleur, se plaignant de leur supplice, leurs mains et leurs visages noirs de saleté. Le Diable s'amène, mettant son bras velu et puant autour des épaules du nouveau. « Je ne comprends pas, balbutie François Hollande en état de choc, lorsque j'étais ici hier, il y avait un terrain de golf et un « club house » ; nous avons mangé du homard et du caviar et nous nous sommes soûlé. On s'est envoyé en l'air comme des lapins et on s'est tous follement amusés. Maintenant, je ne vois qu'un désert rempli d'immondices et tout le monde a l'air misérable. » Le Diable le regarde, lui sourit sournoisement et lui susurre à l'oreille : « Hier nous étions en campagne électorale ; aujourd'hui, tu as voté pour nous ! ».



20:15 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 10 avril 2005

Exclusif : le nom du nouveau pape !

Le pape est mort, un nouveau pape est appelé araignée ! (et pas à Rainier !)

(Merci Jacques Prévert, toujours parmi nous)

01:29 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 09 avril 2005

Un demi !

"L'autre jour, au café, je commande un demi. J'en bois la moitié. Il ne m'en restait plus !"

Raymond Devos

10:55 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (2)

jeudi, 31 mars 2005

Répétition

Il n’y a que deux sortes de comique, le comique de répétition et... le comique de répétition

14:12 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (4)

mercredi, 30 mars 2005

Marcher...

Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l'un avance, l'autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche !

Raymond Devos


17:05 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (0)