Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 novembre 2005

Le secret de sa splendeur

"Wolfgang Mozart, quoique doué par la nature d'un génie musical supérieur peut-être à tous les compositeurs du monde passé, présent et futur, n'avait jamais pu encore faire éclater son divin génie à Vienne, par suite des cabales de ses ennemis ; il y demeurait obscur et méconnu, semblable à une pierre précieuse qui, enfouie dans les entrailles de la terre, y dérobe le secret de sa splendeur. Je ne puis jamais penser sans jubilation et sans orgueil que ma seule persévérance et mon énergie furent en grande partie la cause à laquelle l'Europe et le monde durent la révélation complète des merveilleuses compositions musicales de cet incomparable génie."

Lorenzo Da Ponte, Mémoires

03:11 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 15 novembre 2005

John Lennon

Le meurtrier de John Lennon, Mark Chapman, a expliqué dans un enregistrement que la télévision américaine diffusera vendredi, comment il tua le musicien, poussé par une irrépressible pulsion. "C'était un besoin absolu," raconte Chapman, aujourd'hui âgé de 50 ans, qui a abattu Lennon de cinq balles dans le dos il y a près de 25 ans, le 8 décembre 1980, devant l'immeuble new-yorkais du musicien.
"Je suis profondément convaincu en mon âme et conscience que je n'aurais rien pu faire à ce stade pour m'empêcher, j'en suis totalement convaincu... C'était comme un train, un train sans conducteur, que rien ne pouvait arrêter. Rien n'aurait pu m'arrêter", dit-il dans ces enregistrements audio de 1991 et 1992 jusque-là jamais diffusés. Ce témoignage fait partie d'un documentaire que la chaîne britannique Channel 4 doit programmer à l'occasion de l'anniversaire de la mort du Beatle, et ces extraits seront diffusés par le réseau américain NBC vendredi. Chapman, qui avait été arrêté sur les lieux du drame, purge une peine de prison à perpétuité dans l'Etat de New York. L'an dernier, sa demande de liberté conditionnelle a été rejetée, la justice évoquant ses "intentions extrêmement malveillantes". Dans l'enregistrement, il livre une explication amère de son crime. "Voila un homme qui avait le monde à ses pieds, et moi... j'étais juste une personne, sans personnalité. Quelque chose en moi s'est cassé... Et je me souviens avoir pensé que peut-être mon identité se révélerait dans le meurtre de John Lennon." Il évoque aussi le jour du crime, quand il voit la limousine de Lennon se garer devant le Dakota building. "Alors je sais que c'est lui, j'ai ce sentiment incroyable... J'entends une voix dans ma tête qui dit "fais-le, fais-le, fais-le". Et tandis qu'il passe devant moi, je sors l'arme, je vise son dos et j'appuie cinq fois sur la détente". (Dépêche AFP)

22:20 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 13 novembre 2005

Une sorte de demi-mondain

Souvent, je regrette d'être venu moi-même en ce bas monde; non pas que je haïsse le monde. Non.... J'aime le monde, le grand monde et même le demi-monde, étant personnellement une sorte de demi-mondain.
Mais que je suis venu faire sur cette Terre si terrestre et si terreuse?
Y ai-je des devoirs à remplir? Y suis-je venu pour accomplir une mission - une commission?
M'y a-t-on envoyé pour m'amuser? pour me distraire un peu?... pour oublier les misères d'un au-delà dont je ne me souviens plus? N'y suis-je pas importun?
Que répondre à toutes ces questions?
Croyant bien faire, presque à mon arrivée, ici-bas, je me suis mis à jouer quelques airs de Musique que j'inventai moi-même....
Tous mes ennuis sont venus de là...
(Erik Satie, Écrits réunis par Ornella Volta, Éditions Champ Libre, 1981, p. 176)


 

21:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 03 novembre 2005

Recoins de ma vie.

Souvent, je regrette d'être venu moi-même en ce bas monde; non pas que je haïsse le monde. Non.... J'aime le monde, le grand monde et même le demi-monde, étant personnellement une sorte de demi-mondain.
Mais que je suis venu faire sur cette Terre si terrestre et si terreuse?
Y ai-je des devoirs à remplir? Y suis-je venu pour accomplir une mission - une commission?
M'y a-t-on envoyé pour m'amuser? pour me distraire un peu?... pour oublier les misères d'un au-delà dont je ne me souviens plus? N'y suis-je pas importun?
Que répondre à toutes ces questions?
Croyant bien faire, presque à mon arrivée, ici-bas, je me suis mis à jouer quelques airs de Musique que j'inventai moi-même....
Tous mes ennuis sont venus de là...

(Erik Satie, Écrits réunis par Ornella Volta, Éditions Champ Libre, 1981, p. 176)

 

17:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 08 octobre 2005

En troisième acte

« J’ai la tête et les mains si pleines du troisième acte qu’il ne serait pas étonnant  que je me transforme moi-même en troisième acte »

Mozart

17:39 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

Me and Bobby Mc Gee

Le 4 octobre 1970 : la mort solitaire de Janis Joplin (à lire sur Bella Ciao)

 

10:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

Larghetto

Le larghetto du quintette avec clarinette de Mozart est un moment de pure émotion, jamais à ce point la sensation de calme ne s’est rassemblée dans la musique avec une telle intensité, toute la profondeur du monde s’incurve entre les notes, soleil léger,  friselis du vent

10:17 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 07 octobre 2005

Deux guitares, une voix

ALAIN GARCIA avec la complicité de
SEBASTIEN FARIAS
Deux guitares, une voix,
des chansons colorées,
des fragments de vie d’une des rives de la Méditerranée…
Contact : 06 76 19 12 13 ou contact.alaingarcia@free.fr

Tous les vendredis et samedis
du 14 octobre au 12 novembre 2005 Venez aux soirées les moins chères de tout Montpellier !

C’est au Luna Y Sol avec sa formule :
Un concert/une soupe/un verre de vin à 10€

Votre réservation au 04 67 27 60 25

16:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

samedi, 28 mai 2005

La séance du 4 septembre 1962

"Royal, George Martin laisse à Ringo Starr deux semaines pour s'accorder avec ses nouveaux partenaires : Love me do - P.S. I love you, premier single des Beatles en tant que tels, est enregistré en deux séances abracadabrantes. Celle du 4 septembre voit le producteur se braquer contre ce qui sera la spécificité du couple Mac-Cartney-Starr : un imperceptible décalage entre la basse giclante de l'un et la grosse caisse de l'autre sur tempo, créant par là-même un swing éminément dynamique et distinctif - ruse que reprendront, en l'amplifiant, Bill Wyman et Charlie Watts, monstrueuse paire rythmique des Rolling Stones."
Extrait de "Les Beatles", François Ducray, Librio musique.

15:24 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)