Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 septembre 2008

Le 22 septembre aujourd'hui je m'en fous

Et c'est triste de n'être plus triste, sans vous...

Voir et entendre ici

Merci Frasby !

dimanche, 24 août 2008

Love in vain

Version live 1972, avec un joli solo final de Mick Taylor, ici

03:43 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : musique, rolling stones

jeudi, 21 août 2008

Rock'n'Roll norvégien

My Name is Julia Kristeva par le groupe "Kulta beats", à voir et entendre ici

vendredi, 27 juin 2008

Un mental de résistant

« La vie ce n’est pas facile/Il faut avoir un mental de résistant »

Grand corps malade

Lire une interview ici

lundi, 16 juin 2008

Le 4 mars 1768

VIVportrait.jpgLe 4 mars 1768, en même temps que l'apparition de Antonio Vivaldi en ce monde, se produit un événement très rare : un tremblement de terre.

22:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : musique, vivaldi

mardi, 10 juin 2008

La musique

IMG_8628.jpg« La musique vous parle de vous-même et vous raconte le poème de votre vie : elle s’incorpore à vous, et vous vous fondez en elle. Elle parle de votre passion, non pas de manière vague et indéfinie, mais d’une manière circonstanciée, positive, chaque mouvement du rythme marquant un mouvement connu de votre âme, chaque note se transformant en mot, et le poème entier entrant dans votre cerceau comme un dictionnaire doué de vie. »

Baudelaire
Peinture récente de Frédérique Azaïs-Ferri

00:20 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, baudelaire

jeudi, 01 mai 2008

Cecilia Bartoli

380499331.jpg« Tout son corps est un instrument de souffle. Elle peut être furieuse, idyllique, pseudo-naïve, sentimentale, drôle, sadique, tendre, rêveuse, enfantine. Elle a fait le tour des mille détours. Elle prend les mots à la racine (divin italien), elle les étire et les broie, elle les catapulte, les caresse et les fouette. [...] Une telle aptitude à la volupté abolit, chirurgicalement, des tonnes de musique romantique inutiles. Bartoli est une sorcière, une fée, une débauchée, une fille du peuple sensuelle et gaie, une artiste incroyable, une merveilleuse femme de la vie courante, une camarade, une aristocrate, une reine. Elle descend de tous les tableaux vénitiens, Vénus, saintes, elle est là, à la fin du XXe siècle et au début du XXIe. » 

Philippe Sollers, Dictionnaire amoureux de Venise.

mercredi, 30 janvier 2008

Abd al Malik / Gibraltar

05 - La Gravité.mp3

dimanche, 20 janvier 2008

Samba pa ti

A mon pote Didier, qui doit faire chanter les anges, tout là haut, avec sa guitare

samedi, 19 janvier 2008

What a wonderful world, suite

"C'est aussi simple qu'une phrase musicale", écrit Rimbaud dans "Guerre".

Comme on ne quitte plus certains livres, emporté par la première phrase, peut-être est-on emporté dans une chanson par la première phrase musicale. Et puis bien sûr il y a la voix de Louis Armstrong, et ces "lyrics" aussi, force et simplicité...

I see trees of green, red roses too
I see them bloom for me and you
And I think to myself what a wonderful world.

I see skies of blue and clouds of white
The bright blessed day, the dark sacred night
And I think to myself what a wonderful world.

The colors of the rainbow so pretty in the sky
Are also on the faces of people going by
I see friends shaking hands saying how do you do
They're really saying I love you.

I hear babies cry, I watch them grow
They'll learn much more than I'll never know
And I think to myself what a wonderful world
Yes I think to myself what a wonderful world.

jeudi, 17 janvier 2008

2 ' 18'' de bonheur

1855df0caddee5600bcd5df50bcb00d7.jpgIci

dimanche, 16 décembre 2007

Cecilia Bartoli

Ce soir à 19 H, sur Arte, Cecilia Bartoli chante Mozart

jeudi, 18 octobre 2007

My foolish heart

Bill Evans au piano

21:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : musique, piano, Bill Evans

lundi, 08 octobre 2007

Ukulele weeps

Voir et entendre ici (merci Nin !)

00:20 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : George Harrisson

vendredi, 05 octobre 2007

Cecilia !

Par un groupe de Rock bordelais, merci Christine !

19:31 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Cecilia, rock and roll

samedi, 22 septembre 2007

Tout à la fois

0d0be817d6fdb55c2eaaee3fef132842.jpg« L’opéra permet d’entendre tout à la fois, ce qui ne serait pas le cas dans une pièce. C’est évidemment ce « tout à la fois » qui intéresse Mozart. »

Philippe Sollers

mardi, 18 septembre 2007

comme un lièvre dans le poivre

"Je suis maintenant comme un lièvre dans le poivre depuis 3 semaines"

Mozart, en train d'écrire L'Enlèvement au sérail, 1782

03:45 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Mozart

vendredi, 14 septembre 2007

Troisième acte

d1b58e2eb5c61041358b30c86d78714f.jpg"J'ai la tête et les mains si pleines du troisième acte qu'il ne serait pas étonnant que je me transforme moi-même en troisième acte."

Mozart

Cézanne, Une moderne Olympia

00:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mozart, Cézanne

mercredi, 04 juillet 2007

Le temps est sorti de son lit, d’une certaine façon

b56f7b6ad8f5ef2ae88d0bca5b60aba5.jpg"le jazz peut nous montrer, dans sa lumière, que brusquement il y a des gens qui ont osé prendre une autre forme de pensée, pensée très rigoureuse, très élaborée, sous le forme NON PAS du savoir, mais d’un désir violent d’un ETRE LA de leur corps au moment même où il s’exprime. Il faut voir pour ça ce qu est arrivé à l’humanité en tant que rythme, en tant que rapport au temps... rapport au temps c’est bien le problème, parce que les temps, si je peux dire et c’est une phrase de Lois, les temps ont changé d’époque. Le temps est sorti de son lit, d’une certaine façon."

Philippe Sollers, Entretien avec J.-L. Houdebine et G. Bourgadier (décembre 1978), lire ici

Ray Charles

vendredi, 22 juin 2007

Souvenirs...

Chicago : Crosby Stills Nash and Young, 1968