Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 février 2018

Premier manuscrit d'Ulysse de Joyce

DTdQpp9XcAAPRq6.jpg

samedi, 13 juin 2015

Le silence, l’exil, la ruse

james_joyce.jpg« Je ne veux pas servir ce à quoi je ne crois plus, que cela s’appelle mon foyer, ma patrie, mon église. Je veux essayer de m’exprimer sous une forme quelconque d’existence ou d’art librement et aussi complètement que possible en employant pour ma défense, les seules armes que je m’autorise à employer, le silence, l’exil, la ruse. »

James Joyce

12:25 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james joyce

samedi, 20 décembre 2014

Devise de James Joyce

"L'exil, le silence, la ruse."

02:21 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james joyce

mercredi, 16 janvier 2013

Réveil

"L'histoire est un cauchemar dont j'essaie de me réveiller."

James Joyce

04:11 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james joyce

samedi, 07 juillet 2012

J'essaie de m'éveiller

"L'histoire est un cauchemar dont j'essaie de m'éveiller"
James Joyce

01:15 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : james joyce

dimanche, 20 décembre 2009

Chaque page nouvelle est une aventure

James%20Joyce%202.jpgSupposons que je sois sur le point d’écrire une fable, et que deux arguments s’offrent à moi ; ma raison reconnaît que le premier est très supérieur ; le second est résolument médiocre, mais il m’attire. Dans ce cas-là, j’opte toujours pour le second. Chaque page nouvelle est une aventure dans laquelle nous devons nous mettre en jeu.

Borges

Photo : James Joyce

samedi, 05 décembre 2009

Relisant Gens de Dublin

arts-graphics-2006_1174606a.jpgRelisant pour la xième fois "Les morts", la nouvelle qui clôt le recueil de James Joyce "Gens de Dublin", oeuvre de jeunesse de James Joyce, je n'en reviens pas de cet extraordinaire enchaînement de faits et de causes : John Huston l'a adaptée au cinéma, ce serait son dernier film ; et par rapport à la nouvelle, il donne encore plus de force et d'importance à la scène finale, longue et magnifique méditation sur la mort ;  et c'est à sa fille Angelica Huston qu'il confia le principal rôle féminin, personnage qui fait tout basculer à la fin justement

mercredi, 06 mai 2009

Le bon plaisir de Philippe Sollers

TQ64Joyce_freund1-2.jpgArchives sonores : on peut écouter ici l'émission Le bon plaisir de Philippe Sollers, sur France Culture, en 1987

Il y est notamment question de pensée ( extrait 3. La forme de la pensée contemporaine)

et de cette photo de James Joyce par Gisèle Freund

" Je ne suis pas bien vu par les douaniers du système littéraire, les gens du milieu ; mais je suis lu par les simples gens ou les érudits ".

mardi, 23 octobre 2007

Le fameur monologue de Molly Bloom

"C'est depuis peu de temps qu'un éclaircissement a eu lieu à propos de ce qu'il faut nommer la guerre des femmes, qui connaît un tournant d'époque considérable, à la faveur des mutations que nous connaissons. Cette guerre ne s'était jusqu'à maintenant racontée qu'à travers des religions, des mythes, plus ou moins argumentés et descriptifs. Mais ce n'est que maintenant que nous pouvons relire, rouvrir toute l'archive à ce sujet. Il nous suffit alors de nous mettre dans une position "ulysséenne", ce que le professionnel Joyce a bien compris au début du XX è siècle. Ce n'est pas un hasard si Ulysse se termine par le fameux monologue de Molly Bloom."

Philippe Sollers, Guerres Secrètes

lundi, 23 avril 2007

Dans la paix du matin...

L'ombre des forêts flottait dans la paix du matin entre la tour et la mer que regardait Stephen. Au creux de la baie et au large blanchissait la mer miroitante, éperonnée par des pieds fugaces et légers. Sein blanc de la mer nébuleuse. Les accents enlacés deux à deux. Une main cueillant les cordes de la harpe et mêlant leurs accords jumeaux. Vagues couplées du verbe, vif-argent qui vacille sur la sombre marée.

James Joyce, Ulysse