Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 octobre 2015

Profond Renoir

RenoirPierre Auguste Renoir Portrait de Victor Chocquet 1876

21:23 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir

samedi, 16 mars 2013

Fortune

renoir.jpg« Dans le monde de l’esprit, c’est en faisant faillite qu’on fait fortune. »
Christian Bobin

Et Renoir

lundi, 10 septembre 2012

Surtout pour la vache en plastique

renoir-marche-aux-puces-674304-jpg_463190.JPGUn Renoir pour 5 euros, Sweet Virginia, lire ici

13:23 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir

dimanche, 27 mai 2012

Renoir

Renoir

00:16 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir

samedi, 28 août 2010

Variations

renoir baigneuse.jpg" C'est quand on les saisit par derrière que les seins donnent la sensation d'être le plus grands. Quand on les surprend ainsi et qu'on les presse, on devine leur aspiration, on les sent tirer, tirer en avant, s'échapper, se tendre, saillir. C'est de cette façon seulement, en les prenant par derrière, qu'on les confond et qu'on les devine : car, sans même le vouloir, quand ils sont surpris de face, ils se rétractent un peu, se retirent dans leur coquille, se blottissent... Oh, cette chasse défendue qui consiste à les saisir tout à coup par derrière ! Comme ils s'y livrent, pareils à une femme à qui on met par surprise les deux mains sur les yeux ! Ils croient que c'est l'Idéal qui les saisit ainsi, et ils se dilatent de plaisir. "

Variétés et observations / Seins / Ramon Gomez de la Serna / traduct. Jean Cassou, Valery Larbaud et Mathilde Pomès / Ryôan-ji / André Dimanche Éditeur

Renoir, Baigneuse

lundi, 07 décembre 2009

L'impressionnisme était né

pierre-auguste-renoir-la-baigneuse-endormie_1226154479.jpg"Un matin, l'un de de nous manquant de noir, se servit de bleu : l'impressionnisme était né."
Pierre-Auguste Renoir

Pierre-Auguste Renoir, La Baigneuse endormie

samedi, 22 août 2009

Les « quoique » sont toujours des « parce que » méconnus

caroline-remy-renoir_1215581827.jpgMa mère s'émerveillait qu'il fût si exact quoique si occupé, si aimable quoique si répandu, sans songer que les « quoique » sont toujours des « parce que » méconnus, et que (de même que les vieillards sont étonnants pour leur âge, les rois pleins de simplicité et les provinciaux au courant de tout) c'étaient les mêmes habitudes qui permettaient à M. de Norpois de satisfaire à tant d'occupations et d'être si ordonné dans ses réponses, de plaire dans le monde et d'être aimable avec nous. De plus, l'erreur de ma mère, comme celle de toutes les personnes qui ont trop de modestie, venait de ce qu'elle mettait les choses qui la concernaient au-dessous, et par conséquent en dehors des autres.

Marcel Proust, A l'ombre des jeunes filles en fleur

Caroline Rémy ou Séverine peinte par Renoir

mercredi, 20 août 2008

Ce Renoir que l'on ne saurait voir

renoir9.jpgRenoir, qui en 1900 a fêté quant à lui son 59e anniversaire, est engagé depuis quelques années dans un profond renouvellement de son art. Un renouvellement aussi bien stylistique que thématique (les nus, par exemple, deviennent beaucoup plus fréquents que par le passé). Conscient de se trouver au début d’une nouvelle étape de son travail, Renoir venait d’ailleurs d’écrire à son principal marchand, Paul Durand-Ruel, dans une lettre datée du mois de février 1899, qu’il se sentait depuis peu — et je reprends ses mots — « mûr vis-à-vis de [lui-même] pour [sa] peinture ».

C’est donc seulement à partir du milieu des années 1890 que Renoir eut le sentiment d’atteindre une forme de maturité artistique, c’est-à-dire d’arriver enfin à faire, en peinture, ce qu’il voulait. Désormais, s’il cherche encore car il ne cessera jamais de chercher, c’en est toutefois fini de ce qu’il avait pris l’habitude d’appeler sa « maladie de recherches ». Autrement dit, en pleine possession de ses moyens, Renoir a désormais le sentiment de trouver, et chaque jour avec un peu plus de facilité. D’où l’extraordinaire abondance, l’extraordinaire liberté des œuvres qu’il réalise au cours de ses dernières années. D’où aussi cette autre confidence, formulée cette fois-ci à l’extrême fin de sa vie : « Si j’étais mort à 65 ans, je n’existerais pas. »

Lire ici l'article de l'excellente revue Ironie, en entier

15:26 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art, peinture, renoir

lundi, 07 juillet 2008

Le nu dans la peinture au XIX ème

1875%20Renoir%20Auguste%20Etude%20torse%20effet%20de%20soleil.jpgFaites votre choix, c'est ici

Sur Renoir, lire ici

14:40 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art, peinture, nu, renoir

dimanche, 27 janvier 2008

La richesse des gestes

"e51a0e430eea751257af447f27f71587.jpgLa richesse de la vie se traduit par la richesse des gestes. ll faut apprendre à tout considérer comme un geste : la longueur et la césure des phrases, la ponctuation, les respirations ; enfin le choix des mots, et la succession des arguments."

Nietzsche

Renor, Les grandes baigneuses

 

05:43 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : renoir, Nietzsche

vendredi, 30 mars 2007

Voilà ce que je veux peindre

medium_5695507.jpgQuels êtres admirables que ces Grecs. Leur existence était si heureuse qu’ils imaginaient que les dieux, pour trouver leur paradis et aimer, descendaient sur la Terre. Oui, la Terre était le paradis des dieux... Voilà ce que je veux peindre

Renoir

18:56 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art, peinture, Renoir

samedi, 21 octobre 2006

La Terre était le paradis des dieux

medium_baigneus_pomb.jpg"Quels êtres admirables que ces Grecs. Leur existence était si heureuse qu'ils imaginaient que les dieux, pour trouver leur paradis et aimer, descendaient sur la Terre. Oui, la Terre était le paradis des dieux... Voilà ce que je veux peindre."

Renoir

vendredi, 20 octobre 2006

La camisole de force !

"Pour faire de la peinture, il faut être un peu fou. Je le suis moi-même. Quant à Cézanne, c'est la camisole de force."

Renoir