Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 juillet 2007

Le combat spirituel

dfa6447f3c9ed611a0052f03024eaece.jpg"Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes ; mais la vision de la justice est le plaisir de Dieu seul."
 Rimbaud, Une Saison en enfer

00:21 Publié dans illuminations | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Rimbaud

samedi, 21 juillet 2007

étincelle d'or de la lumière nature.

29e8b288cc01f70dc7b637956ad4935b.jpg Enfin, ô bonheur, ô raison, j'écartai du ciel l'azur, qui est du noir, et je vécus, étincelle d'or de la lumière nature.

Rimbaud, Une saison en enfer

Van Gogh, La Nuit étoilée

22:35 Publié dans Grands textes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Rimbaud, Van Gogh

lundi, 18 juin 2007

Machine aimée des qualités fatales.

6029583806bca15add7933a290a74a30.jpgIl est l'affection et le présent, puisqu'il a fait la maison ouverte à l'hiver écumeux et à la rumeur de l'été, lui qui a purifié les boissons et les aliments, lui qui est le charme des lieux fuyants et le délice surhumain des stations. Il est l'affection et l'avenir, la force et l'amour que nous, debout dans les rages et les ennuis, nous voyons passer dans le ciel de tempête et les drapeaux d'extase. Il est l'amour, mesure parfaite et réinventée, raison merveilleuse et imprévue, et l'éternité : machine aimée des qualités fatales.

Rimbaud, Génie 

Tableau de Frédérique Azaïs

samedi, 19 mai 2007

L'inévitable descente du ciel

medium_ANIMAUX_032005_46_.JPGLes calculs de côté, l'inévitable descente du ciel, et la visite des souvenirs et la séance des rythmes occupent la demeure, la tête et le monde de l'esprit.
Rimbaud

Photo : Gildas Pasquet

mercredi, 11 avril 2007

J'écrivais des silences

 medium_Email0362.4.jpgCe fut d'abord une étude. J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges.

Rimbaud, Une saison en enfer

Tableau de Frédérique Azaïs

dimanche, 05 novembre 2006

Une expression bouffonne et égarée au possible

medium_Golden_Study_20Pollock.2.jpg"Enfin, ô bonheur, ô raison, j'écartai du ciel l'azur, qui est du noir, et je vécus étincelle d'or de la lumière nature. De joie, je prenais une expression bouffonne et égarée au possible."

Rimbaud

Pollock