lundi, 14 mai 2007

Chroniques d'une élection (68)

medium_4.jpgOLD LOOK ET NEW ORDER.

Par Christian Garcin

Etrangement, à en juger par le gratin réuni dimanche soir place de la Concorde pour célébrer la victoire de Nicolas Sarkozy, on aurait pu imaginer avoir remonté le temps jusqu’au milieu des années 70. Du reste, et même si cela ne revêt pas une importance capitale, tous les « artistes » (comme on dit) qui soutenaient le candidat UMP, de Johnny Halliday à Enrico Macias, en passant par Doc Gyneco ou Christian Clavier (sans parler d’« écrivains » comme l’inénarrable José Frèches), qu’ils aient été présents ou pas dimanche, ne sont pas précisément ceux qui, dans leur disciplines respectives, brillent le plus par leur audace « artistique » — sans même parler de modernité, terme sans doute un peu trop fourre-tout. Un des meilleurs tours de passe-passe du nouveau président réside dans cette formidable capacité, qu’il a exploitée jusqu’à la corde, et qui est à mettre au crédit de son habileté politicienne : maquiller le vieux pour lui donner l’apparence du neuf, incarner la rupture après des années de responsabilité politique, la nouveauté avec  le soutien de Giscard et Raffarin, la modernité avec l’appui  de Didier Barbelivien et Mireille Mathieu, voire l’honnêteté avec celui de Bernard Tapie (il n’a tout de même pas poussé le paradoxe jusqu’à incarner le bon goût avec Bigard). Et le plus étonnant, c’est que, apparemment, ça marche. Mais ne nous y trompons pas : la France qui a gagné hier soir, ce n’est pas tant la France audacieuse et moderne, débarrassée des supposés archaïsmes de mai 68 et d’une intelligentsia de gauche (le nouveau président préfère le terme de « gauchiste ») idéologiquement paralysante, que la France profonde et un peu ringarde de la beaufitude, du journal de Jean-Pierre Pernaud et du terroir, du « bon sens » raffarinien et de la fausse bonhommie pompidolienne. Dimanche soir, il ne manquait plus que Danièle Gilbert — qui après tout était peut-être présente elle aussi, allez savoir.

Non, cette France profonde, à l’instar de l’Amérique profonde qui avait voté Bush en 2004, n’est pas uniquement la France entreprenante qu’on veut bien nous dessiner et que nous vantent à longueur de discours les médias, ainsi que les lieutenants du nouveau président (les uns utilisant des autres). Elle est majoritairement frileuse et repliée sur elle-même, elle se nourrit de peurs et de rejet de l’autre, elle imagine qu’elle paiera moins d’impôts et que les chômeurs, les immigrés et autres fainéants cesseront enfin de  vampiriser les caisses de l’Etat, qu’elle aura de meilleures retraites grâce aux caisses privées, de meilleurs remboursements si on privatise l’assurance-maladie — dans les deux cas, les fainéants n’en profiteront pas et c’est tant mieux —, elle voit les privilégiés parmi les fonctionnaires et les rmistes, et pas parmi les actionnaires et détenteurs de stock-options, elle se scandalise davantage d’un fraudeur un peu bronzé dans le métro que de l’évasion fiscale, soutenue ou favorisée par leur candidat, d’un chanteur ou d’un tennisman célèbres, elle juge l’art contemporain comme un caprice inepte et sans intérêt, les études de littérature ou de langues anciennes comme un luxe inutile qui ne doit plus être pris en charge par la collectivité, elle estime l’homosexualité immorale, l’homoparentalité scandaleuse. C’est inscrit dans ses gênes, la gauche est fainéante et laxiste, elle encourage les délinquants, et mai 68 est une erreur qu’il convient de balayer enfin. C’est l’anti-France de Super-Dupont, le personnage de Gotlib et Alexis. Cette droite « décomplexée », dit-on, qui vient d’arriver au pouvoir, cette droite dure dont, il faut lui reconnaître cette cohérence, le nouveau président n’a jamais tenté de minimiser la violence (« Si je suis élu, ce que la droite n’a jamais osé faire parce qu’elle avait honte d’être la droite, je le ferai », a-t-il annoncé dans son meeting de Toulouse), s’inscrit ainsi dans un double désir de Restauration : retour vers les années 70-80, Johnny Halliday et Mireille Mathieu, les années bénies Pompidou-Giscard, d’avant le 10 mai 81 — mais des années dont on aurait de plus gommé la « parenthèse enchantée » de mai 68, si néfaste à l’esprit de compétition. Mélangez à ce credo idéologique la violence économique et sociale des Seillières et autres poètes du Cac 40, vous aurez un portrait assez édifiant de la « nouvelle société » qui nous est promise.

medium_11.jpgOn peut la voir nettement se dessiner, d’ailleurs, se profiler dans toute sa brutalité populiste et arrogante : car ce qui depuis quelques années se produit dans tout le continent et au-delà, c’est la tentative réussie de la droite de rassembler sur sa droite et englober plus ou moins ouvertement les extrêmes jadis refoulés : ainsi Aznar et les néo-franquistes, Berlusconi et l'Alliance du Nord, ce qui se passe en Pologne en ce moment, ou Sarkozy avec ses multiples clins d’œil à l’électorat de Le Pen. Il s’agit en somme d’une relecture de l'histoire de la part de cette nouvelle droite "décomplexée", et de la fin de la honte que représentait cette partie fascisante d’elle-même. Chez nous, cela sonne comme une réconciliation inavouée ou inconsciente entre Vichy et la droite républicaine. Le nouveau président l’a maintes fois répété : la France n’a, en ce qui concerne son passé, à avoir honte de rien.

Il est à parier que dans nos sociétés occidentales, le processus démocratique impulsé par la gauche, qui encourageait la solidarité et procurait un accroissement à la fois des libertés individuelles et des protections collectives et sociales, en est arrivé à son terme, et pas seulement en France. Que ce processus aura globalement duré une cinquantaine d’années, de la Libération aux années 90, et qu’à présent il se trouve en déclin — un déclin hélas probablement irrémédiable, engagé dans les années Reagan, poursuivi par Margaret Thatcher, et aujourd’hui, avec dix ans de retard, avec la droite qui arrive au pouvoir en France. Il n’est pas impossible que la gauche ait achevé son rôle historique, et n’en soit plus qu’à lorgner vers une gauche à l’américaine, c’est-à-dire une droite modérée. Nos sociétés marchandes s’en accommoderont fort bien pour réduire périodiquement quelques-unes des inégalités les plus criardes voulues par la droite la plus dure. Ensuite de quoi renaîtront très vite les peurs, les fantasmes et les boucs émissaires (immigrés, chômeurs, rmistes, fonctionnaires, intermittents, etc.), et le chacun pour soi reprendra ses droits. Car ce qu’au bout du compte auront provoqué nos sociétés consuméristes et technolâtres est une hypertrophie du souci de soi, au détriment du souci du monde. C’est la marchandise qui l’a finalement emporté, le fameux « fétichisme de la marchandise » dont parlait Marx ; c’est l’humanisme, et donc l’humain, qui se trouve en berne. Mireille Mathieu peut toujours rire de toutes ses dents, et Johnny Halliday compter ses millions sécurisés : ils ne sont que des marionnettes, les emblèmes estampillés TF1 de cette France à la fois old-look et new-order qu’on nous promet. Retour arrière toute en ce qui concerne les idéaux et les valeurs, attention à la marche (descendante) en ce qui concerne les plus démunis.

Christian Garcin

Photos : Jean-Louis Bec

Commentaires

franchement bravo ! c'est un peu mon dégout de dimanche même si ce nationalisme bovin m a aussi pas mal faut peur , et écoeuré

Écrit par : aloredelam | lundi, 14 mai 2007

Qu'ajouter à tant de lucidité?
Le dégoût peut-être de cet ordre nouveau,
la conscience aigue de notre faiblesse commune,
le désir, intact, de poursuivre.
Tant de vulgarité affichée, osée et nous, en face.
Les visages de Glucksmann et d'autres, lessivés par le pouvoir, l'envie du pouvoir, le reniement aussi.
Et tous les autres, invisibles et fourbus, mais prêts à poursuivre, en silence souvent, en criant parfois que nous ne sommes pas morts, que nous désirons encore.
En nous, une vieille résistance qui ne peut s'accommoder des discours triomphalistes et cherche encore un chemin, ailleurs que dans l'éloge de l'ordre.
Jamais je ne renierai ma jeunesse et Mai 68!

Écrit par : sylvie.durbec | lundi, 14 mai 2007

Bonjour cher Raymond (permettez, on doit avec vous se sentir si proche et si lointain...). Je viens chez vous ayant aperçu quelque lumière et réalisant (après plusieurs jours, mais je ne suis pas un grand "blogueur") que ce Ray là est Alcovère.
Avec le type d'analyse que fait Garcin on est pas sortis de l'auberge ! Sous quelques truismes propres à satisfaire tous les militants désenchantés il passe à côté de l'essentiel. Et de quel droit estampille-t-il ceux qui n'ont pas voté pour sa Dulcinée, comme étant marchandisés et déhumanisés ? Il faudrait des plombes pour lui répondre. Ce qui serait parfaitement inutile car il doit faire partie de cette gauche aveugle et sourde qui se sent bien seule aujourd'hui. Ben oui, on peut détester Thatcher, Aznar, Tapie etc. et être contre l'homoparentalité, les voyous (sémantiquement au moins, il doit les victimiser je suppose), les bobos, l'Europe à 25, les 35 h, les islamistes etc. Mireille Mathieu (qui n'est pas ma tasse de thé) a au mois un avantage sur lui: elle a travaillé en usine et n'a jamais mis le feu à l'école de son quartier (car je suppose que Garcin s'assimile volontier au "combat" des casseurs voyant en eux un nouveau lumpen-prolétariat, j'exagère à peine...).
Avec ce genre de littérature, fait de vérité récupérée par un faux dogme, on peut craindre le pire pour les prochaines législatives: une gauche encore plus laminée et les coudées vraiment franches à une droite qui se croira tout permis alors qu'elle n'aura été portée au pouvoir que par l'aveuglement d'un parti incapable d'écouter ailleurs que dans les cafés Ségolène. Gardarem lou moral !

Écrit par : Roberto | lundi, 14 mai 2007

Merci de citer la source. Ca se fait. Des fois. Demander l'autorisation à l'auteur aussi. Des fois. Pas en cas de révolution, c'est vrai...

Écrit par : Le Préfet maritime | lundi, 14 mai 2007

Le malheur, cher Roberto, c'est justement que Mireille Mathieu n'ait pas continué à travailler en usine au lieu que de se mettre bêtement à chanter ! Quant aux bobos : NE TOUCHEZ PAS AUX BOBOS, c'est ma tasse de thé !

Écrit par : P.A.G L'Ami du Désastre | lundi, 14 mai 2007

Oui c'est devenu un peu facile cette histoire de Bobos ! Il y avait eu les Babas il y a quelques années ! Je ne pense pas que la gauche se sente bien seule, tant qu'il y aura des inégalités, de l'oppression et tout le toutim, il y aura une gauche, c'est à dire des gens qui n'acceptent pas cette réalité, c'est pas demain la veille autrement dit !

Écrit par : Ray | mardi, 15 mai 2007

Roberto, avoir travaillé en usine n'excuse pas la crétinerie. C'est méprisant, cette espèce d'air condescendant vis à vis de cette pôvre fille qui a travaillé en usine. Cela veut dire que ces "gens-là" sont tellement bêtes qu'on leur pardonne beaucoup ? L'amalgame commence là, cher Roberto.

Écrit par : Caroline | mercredi, 16 mai 2007

Caroline: je ne comprends pas votre comm. Merci de me relire. Ai-je dit que MM est une crétine ? C'est vous qui le dites. Il se trouve en plus que la connais, et que je partage avec elle bien des points communs s'agissant des origines sociales et du vécu ouvrier. Je n'aime pas forcément ses chansons mais je respecte ses idées, sa famille et son engagement. Vous paraissez vouloir inverser les rôles...A mon avis vous avez écrit plus vite que votre plume ! Sans rancune...

Écrit par : Roberto | mercredi, 16 mai 2007

Les commentaires sont fermés.