Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 février 2005

Allons enfants de l'apathie !

L’affaire des lycéens n’est pas terminée. Ne pas oublier que malgré l’aspect ubuesque de certains de ses représentants ce gouvernement s’est toujours montré extrêmement habile pour annihiler toute forme d’opposition. A l’image de ce président qui a toujours eu l’intelligence de se faire passer pour plus bête qu’il n’est. Ajoutez à ça une apathie générale et une absence de réaction devant cette stratégie des petits pas, et vous aurez le processus de décomposition en cours. Un nouveau siècle des lumières est indispensable aujourd’hui, mais est-ce encore possible ?

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 10 février 2005

Anesthésie générale

Le mouvement couve sous la cendre... Le referendum sur l'Europe comme cristallisation des mécontentements, frustrations... France maillon faible, ça s'est déjà vu ! Est-ce qu'une utopie est encore possible aujourd'hui ? Et si c'était vraiment la fin de l'histoire ? Anesthésie générale, parfaitement réussie... Dossier suivant ?

06:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 06 février 2005

Tiepolo

Dans un plafond de Tiepolo, le ciel se poursuit dans la peinture et la peinture dans le ciel. Anges bondissant, bleu, or, vert, pourpre, turquoise, superposés, enlacés. Le rose, l’or et le vert se mêlent, ronde magique. Les drapés se fondent dans les nuages, corps aimés, gestes amples, souples, sourires, mains tendues. Eros n’est ni dans le ciel, ni sur cette terre, il est dans cet entre-deux et nous y sommes, tout d’un coup, un coup de baguette magique, celle du peintre. L’amour est un désir de littérature…

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 05 février 2005

Le cardinal Mazarin mourant...

On raconte que le cardinal Mazarin mourant, le flambeau à la main, en larmes, se fit porter en chaise à porteur parmi ces cinq cent quarante-six peintures suspendues sur les murs de son palais de la rue de Richelieu.

Pascal Quignard

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 04 février 2005

Un retournement

Temps étonnants… Tout le monde semble emmitouflé… Attaqué de toutes parts (droits sociaux, intégrité du corps, contrôle social…) chacun se protège, se replie… Et ça ne fonctionne pas, chacun s’en rend plus ou moins compte, comme si il y avait là une pente, un mouvement irréversible qui entraîne tout le monde, sans possibilité de retournement…
L’art est un retournement permanent… Et si toutes les époques sont pareilles, le retournement aura bien lieu… Sans doute même est-il déjà commencé, mais on peut à peine le voir…

09:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)