jeudi, 11 mai 2006

Les règles capitales

Les blogueurs de "Langue Sauce piquante" ne m'en voudront pas, mais je recopie ce texte chez eux pour son intérêt pratique :

"L’emploi des capitales (ou cap) pour les titres d’œuvre, dans les textes courants, pose souvent problème, d’autant que les affiches de cinéma ou les jaquettes des livres ne permettent pas de s’y retrouver, les titres y étant imprimés tout en majuscules, pour attirer l’œil.
Il existe à ce sujet un consensus dans la presse et l’édition, qui s’attachent grosso modo à respecter les mêmes règles. Précisons aussi que capitale et majuscule sont des synonymes, le premier étant un terme d’imprimerie, le second, plus ancien, venant des copistes et scribes.
Commençons par le cas sans doute le plus fréquent : un article défini suivi d’un substantif ouvrent le bal : Le Concile d'amour ou Les Animaux malades de la peste. Une cap à l'article et au substantif, c’est simple.
Attention, si le titre forme une phrase complète (sujet et verbe), seul le premier mot prendra la capitale : La dialectique peut-elle casser des briques ? Dans ce cas, pas de cap au premier substantif.
Variante : si le titre est formé de deux substantifs mis sur le même plan, les deux prendront la cap : Le Rouge et le Noir (même chose s’il n’y a pas d’article : Guerre et Paix).
Si un adjectif vient s’intercaler entre l’article et le substantif, les trois prendront la cap : Le Vieil Homme et la mer ou La Dolce Vita.
Si un article indéfini commence le titre, il prendra seul la cap : Un chapeau de paille dItalie ou Des souris et des hommes.
Quand un substantif sans article, un adverbe, une préposition, un verbe, un pronom commencent le titre, ils prennent seuls la cap : Mon pote le gitan, Ascenseur pour l’échafaud, Y a-t-il un pilote dans lavion ? ou Quand passent les six cognes, ou encore Jembrasse pas."

Commentaires

Kapital ! Thank you, Man ! Fortutileneffet.

Écrit par : J.-J. M. | jeudi, 11 mai 2006

J'ai tout juste :-). Si tu vois des erreurs à la maison en passant, n'oublie pas de me prévenir Ray, merci!

Écrit par : Calou | jeudi, 11 mai 2006

Yes mais le big boss dans ce domaine, l'Attila du solécisme, le Pavarotti de l'exactitude grammaticale, c'est J.-J.M. !

Écrit par : Ray | vendredi, 12 mai 2006

Zut ! Je ne connaissais pas ces règles. Je comprends maintenant pourquoi j'ai été refusé chez Galligrasseuil.

Écrit par : Éric Dejaeger | mardi, 16 mai 2006

Les commentaires sont fermés.