Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 septembre 2010

Lapsus lingue

Un must, à déguster ici

20:26 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rachida dati, lapsus

Commentaires

Linguae, c'est le cas de le dire.... Cette droite décom-plexée est impayable!

Écrit par : nouvelles du silence | mardi, 28 septembre 2010

Oui c'est linguae bien sûr, moi-même ne suis pas très clair sans doute !

Écrit par : Ray | mardi, 28 septembre 2010

Ne serait-ce pas plutôt un "lape-suce" ?

Écrit par : Éric | mercredi, 29 septembre 2010

C'est débile ce que je vais vous dire, mais l'huile d'arachide me fait penser au calamar, oui le calamar, de la même famille que la seiche... Je m'explique : Vous savez tous qu'on dit Lapsus "linguae" par précision envers le lapsus "calami" (lapsus à l'écrit) therme qui a d'ailleurs disparu de notre vocabulaire, aujourd'hui on ne précise plus.
Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que si le mot linguae vient de langue (d'où la délation et d'où par voie de conséquence la fellation...) ça c'est évident, par contre ce mot calami lui, vient de Calamus, qui est à l’origine du mot calame : roseau. Un roseau pour écrire, et plus encore, notez qu'au début on s'en servait plutôt pour graver de ce bon vieux calame, on gravait dans l'argile frais, mais ensuite on a eu une bonne idée : l'encre... l'encre de petits animaux où on trempait le calame... d'où le nom du calamar...!!! Enorme non ??? Et d'où le nom aussi du calamus qui est le prolongement du rachis dans une plume d'oiseau, puisqu'un calame c'est aussi une plume d'oie... d'où le rachis da dati qui ramène à la fellation...contrairement au rachis Parmentier qui lui ramène à la patate...

Wikipedia : L'utilisation du terme « calmar » [kalmaʀ] pour désigner ce genre d'animaux est attesté en français depuis le XVIe siècle sous la forme calemar[34]. Ce nom vernaculaire semble emprunté de l'italien calamario, lui même issu du latin calamarius, « Étui à roseaux pour écrire », qui servait à désigner une écritoire portative jusqu'au XVIIIe siècle (cf. calmart 1464)[35]. On l'a donc vraisemblablement appliqué à l'animal, étant donné que celui-ci peut expulser un liquide noirâtre semblable à de l'encre et possède une coquille interne semblable à une plume, le tout enfermé dans son manteau en forme d'étui. Les populations méridionales et provençales françaises ont tendance à conserver la lettre « a » après le « l » (calamar) [36]puisqu'elles sont fortement influencées par l'espagnol (calamar) et l'italien (calamaro).

Écrit par : jacki marechal | mercredi, 29 septembre 2010

Une joie pour ceux qui, comme moi, s'intéressent à la psychanalyse. Pour une fois je e sens plus freudienne que jungienne ! Bises.

Écrit par : ariaga | vendredi, 01 octobre 2010

Écrire un commentaire